Ce que fait vraiment votre boss de ses journées
Accueil  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Ce que fait vraiment votre boss de ses journées

Ce que fait vraiment votre boss de ses journées


Il est souvent absent du bureau et toujours pendu au téléphone... Mais que fait donc (réellement) votre patron toute la journée ?  C'est à cette drôle de question qu'ont tenté de répondre des étudiants de la London School of Economics et de Harvard dans le cadre d'une étude très sérieuse sur l'emploi du temps des patrons.

En s'appuyant sur les données transmises par les assistants de 65 PDG dans le monde, les étudiants en ont conclu qu'un boss passe un tiers de son temps en réunion, soit 18h sur 55h de travail hebdomadaire. Rory Cowan, le PDG d'une société de 4 500 salariés, Lionbridge Technologies, l'a confirmé au Wall Street Journal : "Je ne sais plus quand je ne suis PAS en réunion".

Après tout, rien d’étonnant à ce que les patrons soient atteints de réunionite aigüe. Rencontrer des clients, des partenaires et des délégués du personnel, c’est bien ce que l'on attend de ces supers VRP, non ? Les auteurs de l’étude ont toutefois noté que dans les entreprises les plus structurées (celles qui comptent un directeur financier ou un directeur opérationnel dans leur trombinoscope) le temps passé par un PDG en réunion était réduit de 5h30.

N’empêche qu’en plus, le patron passe plus de 3h par semaine au téléphone, plongé dans de longues conversations. Il s’attable en outre 5h, durant ses repas d’affaires. Au final, il ne lui reste que… 6h par semaine pour travailler en solo et réfléchir au calme, rapporte l’étude.

Réaction de Ludovic Nodier, PDG de Visio conseil, une PME de 17 salariés spécialisée dans la gestion de la relation client : « Mon truc, pour travailler mieux, c’est de venir au bureau à 6h ou 7h le matin pour réfléchir et prendre de la hauteur. On n’est pas pollué par les sollicitations constantes». Reste à savoir si l’étude tient compte du caractère particulièrement matinal de ce type de PDG... au bureau bien avant leur assistant(e) ?

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Jiip
    Les recherches de Henri Mintzberg ont établi cela depuis trente ans. Cette étude présente le même caractère superficiel. Il ne suffit pas de savoir la forme que prend le travail du dirigeant, pour comprendre la substance de son activité.

    Répondre

  • joan10
    il ruine les entreprises

    Répondre

  • ma1do2ca3ro4
    J'ai été PDG durant de longues années, si je voulais travailler tranquillement, j'allais au bureau à 6 H du matin, ou alors , je travaillais chez moi jusque tard dans la nuit.
    Et les weeks-ends aussi, le travail, poujours le travail.
    Que faire d'autres lorsqu'il faut assurer la paie de 250 employés ?
    Réponse ? Bosser !

    Répondre

  • pensedit
    Menfin59, en prenant la peine de dactylographier ce textes connu depuis au moins 20 ans, est bien à l'image de bien des Français qui croient que tant que l'on ne transpire pas derrière une brouette, on ne fait rien.
    Si les industries des pays développés ont mis à la disposition du monde autant de biens matériels, de nourriture, de moyens de soigner, de supports à la culture ou la distraction, c'est bien que les "chefs" (depuis le responsable d'une équipe jusqu'au PDG) ont bossé efficacement.
    Même s'il y en a de moins bons, des chanceux propulsés à des postes qu'ils ne méritent pas, des dirigeants qui ont fait des erreurs ou fait moins bien qu'ils auraient pu le faire, des caractériels injustes, ils ont globalement apporté beaucoup à tous ceux qui n'ont pas les mêmes aptitudes.
    Quand il s'agit d'un sportif de haut niveau, personne ne conteste qu'il est meilleur que les autres.
    Quand il s'agit de la pensée, de l'intuition, du raisonnement, cela devrait être la même chose.
    Lors d'une carrière de 36 années, j'ai eu mes conflits ou désaccord avec tel ou tel grand responsable. Et pourtant, il n'y en a presque aucun auquel je dénie d'avoir beaucoup travaillé et d'avoir fait preuve de beaucoup de compétence.

    Répondre

  • GAUTIER
    Voilà un article de CADREMPLOI, et ceux qui sont en-dessous :
    - dans la même rubrique
    - sur le même thème, ne sont pas mal non plus. Gros bisous. MOM

    Répondre

  • Laulan
    Où peut-on consulter les résultats de l'enquête ?

    Répondre

  • Menfin59
    Article I : le chef a raison;
    Article II : le chef a toujours raison;
    Article III : même si un subalterne a raison, c'est l'article 1 qui s'applique;
    Article IV : le chef ne dort pas, il se repose;
    Article V : le chef ne mange pas, il se nourrit;
    Article VI : le chef ne boit pas, il goûte;
    Article VII : le chef n'est jamais en retard; il est retenu;
    Article VIII : le chef ne quitte jamais son service : il est appelé;
    Article IX : le chef ne lit pas son journal pendant le travail, il l'étudie;
    Article X : le chef n'entretient pas des relations avec sa secrétaire, il l'éduque;
    Article XI : on entre dans le bureau du chef avec des idées personnelles, on en ressort avec les idées du chef;
    Article XII : le chef reste le chef, même en maillot de bain;
    Article XIII : plus on critique le chef, moins on a de primes;

    Article XIV : le chef est obligé de penser pour tout le monde.

    Répondre