Cadremploi.fr  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Le manager français vu par ses collègues étrangers

Le manager français vu par ses collègues étrangers

le-manager-franais-vu-par-ses-collegues-etrangers

Comment les managers français sont-ils perçus par leurs collègues étrangers ? Des chercheurs ont posé la question à 2 485 managers de 96 nationalités travaillant dans 19 entreprises du CAC 40. Psycho-portrait.

Perfectionniste

« Les managers français sont appréciés pour leur habileté dans le maniement des concepts et l’analyse en profondeur de problèmes complexes, constate Yasmina Jaïdi, co-auteur de la recherche encore en cours et maître de conférences à l’université Panthéon-Assas. Ils examinent un problème sous tous les angles, car ils ne veulent pas prendre trop de risques. C’est aussi une preuve de leur engagement et de leur perfectionnisme. Ils veulent bien faire. »

Accessible

Les managers français s’avèrent « très accessibles, humains et particulièrement à l’aise dans la relation individuelle, note la chercheuse, mais pas très tournés vers le collectif. »

Chauvin

Cocorico ! Les managers français restent les ambassadeurs du savoir-vivre à la française. « Avec les Français, tout s’arrête pour le déjeuner, peu importe ce qui peut arriver. Jamais tu ne verras un manager français avec une lunch-box ! », s’exclame l’un d’entre eux. « Ils sont très attachés à ce qui fait la culture française, explique Yasmina Jaïd, et les repas longs en font parties. Mais il se passe plein de choses lors de ces repas, ce qui échappe totalement aux managers allemands ou anglais, pour qui c’est surtout une perte de temps ! »

Individualistes

Malheureusement, les cadres français n’ont pas que des qualités. « Certains managers français ont tendance à mettre en avant leur propre carrière au lieu de penser collectif », déplore un manager norvégien.

Petit chef

Autre défaut : les managers français sont perçus comme autocratiques. « L’accessibilité du manager français atteint des limites lorsqu’il s’agit de trancher et de décider, illustre Yasmina Jaïdi. Dans ce cas, les cartes restent dans ses mains. Ils sont ouverts à la discussion mais c’est eux qui décident et ont le dernier. »

Elitiste

Les diplômes comptent, aujourd’hui encore, plus que la performance effective du manager français dans son évolution de carrière, même s’il s’avère de plus en plus attentif à la performance de ses équipes pour les évaluer. « Les étrangers ne comprennent pas toujours qu’on parle encore de l’école qu’on a fait alors qu’on a 20 ans d’expérience », ajoute Yasmina Jaïdi.

Informel

Dans les entreprises françaises, « beaucoup de choses se passent encore en dehors des salles de réunion. Les décisions sont prises à la machine à café ou dans les couloirs, de façon très informelle, constate Yasmina Jaïdi. Avec les managers français, certaines décisions sont prises dans des endroits inattendus, ce n’est pas aussi structuré que dans d’autre pays. »

Pour aller plus loin : une cartographie des différences entre les cultures de management

Et une vidéo : 

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

chris Prolls

24/03/2015

à 22:10

très bonne article qui résume très bien les choses..
malheureusement l'élitisme par le diplôme c'est une catastrophe pour l'économie française..

> Répondre

Bella

23/03/2015

à 14:56

Oui et Non
Manager d'une petite équipe de cadres dans un grand group international, je ne perds pas de temps avec de longs repas (je mange souvent un sandwich devant mon ordinateur) et je m'adapte à l'informel (il m'arrive de prendre des décisions devant la machine à café, d'y capter régulièrement des informations importantes, mais cela peut également avoir lieu au parking ou lors d'une alerte incendie) .

> Répondre

Pascal

19/03/2015

à 14:43

Un parcours riche d'expérience mais une école d'ingénieur sans la notoriété de certaines (oui mais c'est une des seules à permettre de le devenir à plus de 30 ans) et vous voilà non sélectionné alors que ... (oui je galère en ce moment mais ne désespère pas)
Plateau repas lors de réunion : c'est souvent le cas lorsque l'entreprise est rattaché à une entreprise étrangère.
Moi j'ai résolu le choix de la lunch box ou resto : je ne fais pas de pause repas. D'ailleurs c'est quoi une pause ? ;-) (je ne bois pas de café et ne fume pas)

> Répondre

Étoile

18/03/2015

à 03:36

Cette préférence du politiquement correcte et des études par rapport aux compétences et a l innovation empêchent aussi et souvent nos entreprises d être les meilleurs
Pour le déjeuner maintenant beaucoup de manager utilisent une lunch box ou des plateaux repas lors des réunions de travail sont la norme mais cela dépend sans doute des milieux professionnels

> Répondre

Nicole

17/03/2015

à 20:17

Tout est dit, "Individualistes", "Petit chef", "Elitiste". De plus, en France, ce ne sont pas forcément les plus compétent qui sont "aux manettes". Celui qui "brossera" le mieux le N+1 aura plus de chances d'avoir un poste à responsabilité...

> Répondre

+