Les mails, smartphones et autres TIC augmentent la charge de travail des cadres
Accueil  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Les mails, smartphones et autres TIC augmentent la charge de travail des cadres

Les mails, smartphones et autres TIC augmentent la charge de travail des cadres


Internet, courriels, smartphones ont pris le pouvoir au bureau. C'est excellent pour votre productivité, affirme votre patron. Mais le Centre d'analyse stratégique (CAS) fait entendre un autre son de cloche : la boîte mail ne fait pas que cracher des courriels, elle favorise aussi le stress et d'autres risques psycho-sociaux, conclut l'institution dans son dernier rapport, L'impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur les conditions de travail.

Pour les experts du CAS, qui ont travaillé avec la direction Générale du Travail (DGT), les nouvelles technologies peuvent engendrer "une augmentation du rythme et de l'intensité du travail". Conséquences pour les salariés : interruptions intempestives, sensations d'urgence mais aussi appauvrissement des liens sociaux et isolement de ceux qui sont les moins à l’aise avec l’informatique.

Si près de 2 salariés sur 3 sont concernés par les TIC, ce sont les cadres, hyper-connectés, qui encaissent "la plus forte surcharge en termes d'information et de communication, directement liée aux nouveaux systèmes d'information (…) avec une difficulté nouvelle liée au management à distance", souligne le rapport.

En outre, les salariés devenus esclaves de leur smartphone subissent le contrôle constant de leurs supérieurs, ce qui peut être ressenti comme une « atteinte à l’autonomie », selon le CAS.

Pour éviter le burn out tant redouté, les experts préconisent la mise en place de bonnes pratiques au sein de l’entreprise et notamment l’encadrement des horaires d’envoi d’emails. Récemment sur Cadremploi, le chercheur Fernando Lagraña avançait d’ailleurs d’idée d’un « permis de mailer » pour absoudre les sept péchés capitaux du mail. Car les spécialistes des TIC sont formels : les entreprises, victimes de la surinformation et de l’orgie communicationnelle, sont menacées d’infobésité.

Quelques entreprises ont donc décidé de se mettre à la diète dont Atos Origin, qui promet de bannir le mail interne dans trois ans.

Nathalie Alonso © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Andrée
    Bonjour,
    Interessant mais pas surprenant du tout. Et pourquoi aucune résistance au phénomène? Car il faudrait AUSSI s'interroger là-dessus. Cela me fascine de voir l'addiction qui s'empare de mes collègues, essentiellement masculin. Aucune loi, noi aucun règlement d'entreprise n'interdit de couper son smartphone fut-il Blackberry ou Iphone pendant une réunion....Rien n'interdit, non plus de ne pas ouvrir ses mails lorsqu'on fait un travail important!
    Ce qui est également fascinant c'est le retour de la réactivité à l'âge de Pierre. Plus personne ne réfléchis!! Je't'envoie un mail (avec la terre entière encopie, tu est contre et me réponds immédiatement : on dirait un match de boxe, ou un combat de coq, vous laissez cela une demi-heure et le sujet-anecdotique au départ a occupé 10 personne-qui ferait mieux de faire autre chose- pour rien.
    J'ai reculé le plus tard possible la possession de l'engin à titre professionnel ne sachant pas si je saurai mieux que les autres en gérer les nuisances et le parasitage.
    Par cahnce, ayant eu le temps d'observer mes collègues, je m'impose quelques règles -et m'y tiens. Cela n'affecte pas ma tperformance, au contraire. Les voicis:
    Je consulte mes mails régulièrement mais en dehors de réelle urgence, uniquement à heure fixe. Souvent la polémique s'est éteinte, ou bien sagement je peux avoir le dernier mot.... J'éteins systématiquement mon BB en réunion, et attitude inédite, j'écoute les autres....Il n'est pas interdit d'utiliser ses outils et non d'en être l'esclave.

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :