Cadremploi.fr  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Un salarié heureux est de 10 à 12% plus productif

Un salarié heureux est de 10 à 12% plus productif

un-salarie-heureux-est-de-10-a-12-plus-productif

C’est une évidence qui va beaucoup mieux en la répétant souvent. Un salarié heureux travaille mieux qu’un employé malheureux. Trois chercheurs de l’université anglaise de Warwick l’ont démontré une fois de plus, et d’une manière aussi simple qu’évidente. Sept cents cobayes, sous l’œil inquisiteur de ces profs, se sont livrés à quelques expériences. Au premier groupe, les universitaires grands-bretons ont demandé de se replonger dans leurs mauvais souvenirs et de se remémorer leurs scènes de ménage ou leurs deuils récents, histoire de plomber l’ambiance. Aux autres ont été servi des chocolats. Ils ont également eu droit à une projection de clips rigolos. Puis, les tristes et les enjoués ont tous été soumis au même examen de maths, chronométré s’il vous plait. Et non seulement les participants qui étaient en joie ont fini le test avant les attristés, mais en plus, leurs réponses étaient plus justes. Une performance supérieure de 10 à 12% par rapport aux autres. CQFD.

L’entreprise, un lieu émotionnellement sain ?

Les trois chercheurs britanniques ont également appuyé leur démonstration sur des cas concrets, en allant interroger des responsables RH d’entreprises, et non des moindres, puisqu’il s’agit de ceux de Google et d’Ernst & Young (EY, pour faire court et à la page), qu’on ne saurait soupçonner de manquer de productivité. « Nous savons que la santé, la famille et le bien-être sont un aspect important de la vie de nos salariés. Nous avons également remarqué que les employés qui sont heureux démontrent une motivation accrue » témoigne Lara Harding, directrice des programmes en faveur du personnel (people programs manager) chez le géant du Web. En expliquant que « chez Google, nous veillons à ce que l’entreprise soit un lieu émotionnellement sain pour travailler. » Matthew Thomas, DRH d'Ernst and Young n’évoque pas l’émotion sanitaire de ses open space, mais la santé physique, mentale et le bien-être de ses salariés. Pour lui, « ce n'est qu'à partir de ces bases solides qu'ils peuvent gérer des problèmes complexes. » Le gain évident de productivité de salariés bien dans leur peau, les boites participantes, et à fortiori, les lauréats du classement Great Place to Work l’ont compris. Ce n’est pas encore hélas, le cas, de toutes les entreprises.

Michel Holtz © Cadremploi.fr

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Don Quichotte

13/07/2014

à 01:47

Un salarié heureux ... qu'un "système" professionnel, c'est-à-dire toutes les bonnes volontés qui font ce système, va finir par détruire

Je connais des salariés en ESN qui étaient il y a quelques temps en bonne santé physique et mentale et très heureux en famille mais, leur lieu de travail devenant de plus en plus toxique et exsangue de toute éthique, ils ont tout simplement fini par dépérir.

Souvent livrés à eux-même (on dit qu'ils sont autonomes), sur des domaines qu'ils ont l'habitude d'apprendre sur le tas, nullement épaulés (il y a longtemps que la méthode du 'chacun pour soi' s'applique partout, le mot 'solidaire' résonne pas souvent dans l'air de notre époque), il arrive très souvent qu'en cas de problème, ces prestataires servent de "fusible". Il suffit de lui faire endosser toute la responsabilité ... même la part de responsabilité revenant à quelques responsables côté client.

Alors vous faites bien de rappeler dans votre article " Promu manager ? Les 5 erreurs à ne pas faire" car, que votre manager soit néophyte ou pas, il est de son devoir d'aider son équipe à mettre en place les meilleures solutions pour y parvenir mais, il doit aussi et avant tout, avoir le courage d'endosser sa part de responsabilité. C'est à cela que l'on reconnait en général, un vrai manager.

> Répondre

letess

31/03/2014

à 16:02

Cela va sans dire, mais c'est encore mieux en l'expliquant..
Si l'entreprise ne peut pas et ne doit pas se substituer à la vie extra professionnelle de ses salariés elle peut en effet apporter une contribution significative à la perception d'une vie globalement satisfaisante - ou non.
Ceci dit c'est plus facile à écrire qu'à réaliser au quotidien !

> Répondre

Trololo

28/03/2014

à 13:02

Je pense que c'est très en dessous de la vérité.

> Répondre

Gosset

28/03/2014

à 09:02

Des chercheurs pour démontrer cette évidence : inquiétant!
Qu'il faille dire qu'il faut dire et répéter montre qu'on dit au contraire "si vous n'êtes pas content, allez voir ailleurs, y a du monde à la porte, et payé moins cher".
Bref, des chercheurs ont découvert que l'eau chaude n'est pas froide.

> Répondre

+