Cadremploi.fr  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Y, une génération qui se sent bien seule en entreprise

Y, une génération qui se sent bien seule en entreprise

y-une-generation-qui-se-sent-bien-seule-en-entreprise

Souvent décrite comme exigeante, impatiente et infidèle à son employeur, la jeune génération se sentirait surtout abandonnée à son arrivée en entreprise.

« Bienvenue, voilà ton ordinateur, tes clients. À toi de jouer ! » C’est ainsi que l’un des 1 480 jeunes diplômés interrogés par l’EDHEC NewGen Talent Centre raconte avoir été accueilli chez son tout premier employeur. Comme lui, 34 % des jeunes recrues, sollicitées par le centre d’expertise pour son enquête* sur l’intégration des jeunes diplômés, déplorent un manque d’accompagnent lors de leur intégration et un sentiment d’être livrés à eux-mêmes. « Tout est flou : la manière dont l’équipe est gérée, l’administration de l’entreprise. Aucun support, aucun soutien, autonomie totale », regrette un second. Une troisième évoque une « impression d’avoir été lâchée dans la nature et de devoir tout faire toute seule sans aucun appui managérial ».

Ce que veulent les jeunes

Seuls 18 % des jeunes interrogés ont le sentiment d’avoir été guidés et d’avoir bénéficié d’un réel accompagnement de la part de leur manager. Ils auraient voulu que leur manager les invite aux réunions, les suive et leur donne un feedback régulier. 14 % auraient aimé avoir un parrain, ou un mentor, pour les aider à faire leur premier pas dans leur entreprise. Alors sans surprise, quand on les questionne sur les améliorations… ils recommandent donc aux employeurs d’accompagner leurs jeunes recrues, de les encadrer. Via un suivi, une disponibilité accrue et un feedback régulier, ou un système de parrainage, par exemple.

Les jeunes français se méfient de leur management

Dans le premier volet de son enquête, publié en octobre dernier, l’EDHEC NewGen Talent Centre dévoilait que seuls 63% des jeunes diplômés français pensent bénéficier d’un management honnête et transparent.

* Enquête sur les conditions d’insertion et de fidélisation de la nouvelle génération dont le premier volet a été dévoilé le 17 octobre 2014. 1 277 jeunes diplômés français (86 %), 102 asiatiques (7 %), 39 européens (hors France, soit 3 %), 33 américains (2 %), 29 africains ou moyen-orientaux (2 %) ont été sollicités. 

10

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+