Bien-être au travail : ces entreprises qui osent
Accueil  > Actualités > L'actualité métiers et régions > Bien-être au travail : ces entreprises qui osent

Bien-être au travail : ces entreprises qui osent


Réseau social interne, méthodes de recrutement novatrices, rémunérations attractives... Les entreprises récompensées par le label Great Place to Work rivalisent d'originalité pour tirer leur épingle du jeu.


Les réseaux sociaux, un levier de com’ interne pour Aramisauto.com

Chez Aramisauto.com, exit l'Intranet, place au réseau social interne Yammer (sorte de Facebook interne). Depuis le lancement de ce nouveau mode de communication en 2011, 125 groupes ont été créés à l'instar de "la tribu des créa" au marketing, la "hotline RH", le groupe informatique "to bug or not to bug". Au quotidien, les collaborateurs se donnent des conseils, se "like" et échangent leurs bonnes pratiques. Un outil interactif qui fluidifie les échanges d’informations entre les collaborateurs, qu'ils travaillent au siège social ou dans l'une des 24 agences implantées dans l’Hexagone. Chaque mois, 7.000 posts sont ainsi publiés.

Le choix du potentiel chez Extia

En à peine sept ans d’existence, la société de conseils en ingénierie Extia est passée de 0 à 600 employés. L'une des clés de sa réussite, c’est sa méthode atypique de recrutement : l’entreprise embauche en effet des candidats talentueux… et leur crée ensuite un poste selon leur profil. « C’est la stratégie du "d'abord qui, ensuite quoi. Cela permet d'établir une confiance mutuelle puisque la personne que vous recrutez vous recrute également », assure Edouard Murat, DRH d'Extia, qui occupe la cinquième place du classement.

PASàPAS : la rémunération participative

Ce centre de support SAP mise, lui, sur la rémunération pour fidéliser ses collaborateurs. Depuis sa création, il partage systématiquement 23% de ses bénéfices entre tous ses collaborateurs dont une partie sous forme d’intéressement. Au total, 42% du capital de PASàPAS appartient aux salariés, sans lien avec leur niveau de responsabilités. Enfin, chaque année, les collaborateurs justifiant de 18 mois d’ancienneté peuvent prendre part au capital.

Benjamin Dusaussoy © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :