A quand la journée mondiale du Powerpoint ?
Accueil  > Actualités > L'édito de Sylvia Di Pasquale > A quand la journée mondiale du Powerpoint ?

A quand la journée mondiale du Powerpoint ?


On n'en peut plus. On n'en veut plus. Des journées mondiales du n'importe quoi et des fêtes de tout ce qu'on voudra. La célébration qui a fait déborder le vase s'est déroulée samedi dernier. Le 19 novembre a été décrété « journée mondiale des toilettes ». Je suis comme vous : je n'y ai pas cru. Alors je me suis précipitée sur ce site qui répertorie toutes les journées mondiales et je suis tombée de ma chaise. Les WC sont vraiment célébrés, comme le lupus, qui a sa journée mondiale le 10 mai. Le pied y a droit lui aussi, le 18 mai.

 

Nos amis les gauchers, ont eux aussi tout un jour pour s'exprimer, chaque 13 août. Cette liste impeccable est un formidable catalogue de l'absurde poétique et des préoccupations que chacun pense universelles. Et en l'examinant, on s'aperçoit que le travail est plutôt abondamment célébré, sous toutes ses formes. De l'inévitable premier mai, à la journée des secrétaires (le 22 avril), en passant par la sécurité au travail (le 28 avril), l'ingénierie innovante (le 13 mai) et la procrastination (le 25 mars). On pourrait également célébrer la journée mondiale pour la destruction des armes légères (le 9 juillet) dans certaines entreprises, et celle du vent (le 15 juin) dans de nombreuses autres.

 

Bref, c'est l'overdose, le trop plein. Presque pas de journée sans journée. Pendant qu'on y est, pourquoi ne pas combler le vide des rares dates sans célébrations. Tiens, il reste un créneau le 9 juin. Pourquoi ne pas instaurer « la journée mondiale sans réunion ». Le 22 novembre ? Parfait pour « la journée mondiale du Powerpoint », vous ne trouvez pas ? Le 10 janvier est particulièrement bien placé pour devenir la « journée mondiale de l'évaluation annuelle ratée» suivie, dès le 11, de « la journée mondiale de la non-augmentation ». On peut même caser « la journée mondiale du pot de départ » le 12 du même mois.

 

Ridicule ? Pas plus que la manie qui consiste à ajouter des célébrations aux célébrations. A l'origine, ces journées devaient servir à attirer l'attention des médias et des citoyens sur des questions d'intérêt général importantes. Au final, c'est le grand n'importe quoi. De plus, faute de budgets de communication costauds, les journées organisées par de petites associations ne font pas le poids face à celles lancées par les mastodontes que sont les grosses ONG, les églises ou certains groupes de lobby. Du coup, la profusion crée l'effet inverse : trop de journées mondiales tuent les journées mondiales. Comme dans la fable Le garçon qui criait au loup : à force de lancer de fausses alertes et de crier au loup sans raison, plus personne ne réagit.

 

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr - 21 novembre 2012

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • PLATOF
    Désolé Thierry, sans vouloir dénigrer une initiative si louable le constat est clair , Sylvia à bien raison c'est l'overdose. Fusse pour des toilettes au prix accessible! Du point de vue de l'initiateur (ou du lobbyiste!) chaque cas pourrait prétendre à des motifs légitimes et/ou louables. mais trop souvent la corrélation entre une action marketing déguisée et la philosophie originelle de la journée mondiale me semble aujourd'hui assez ténue? Chacun se fera son avis, cordialement à toutes et tous.

    Répondre

  • Jean Claude
    chère éditorialiste,

    en une brève au titre de "l'absurde poétique", je vous informe que le 21 Novembre 2011, jour de mon présent message à votre attention, est, de par Ma seule décision, le jour de la fidélité planétaire de ma femme de ménage (toilettes, .....). Et oui, et pour cela, je veux la célébrer pour ses 5 années jour pour jour de fidélité et d'assiduité. C'est comme cela, un point c'est tout. Ah, au fait, savez vous qui est ma femme de ménage ? Comme dans la publicité, c'est moi, mais un homme (autre absurdité selon la vindicte populaire), et pourtant.... Alors, comme pour conclure, il vaut mieux, même en tant homme, célébrer la fidélité de sa femme de ménage, que d'être déçue, sans infamie dans mes propos, par une "FMI", à savoir : une Femme de Ménage Infidèle. Cordialement. fidèle lecteur depuis 2004 de vos éditos, de temps à autres inspiré comme cette semaine ou la semaine dernière. Santé à toutes et à tous. Je retourne dans ma grotte. Jean Claude.

    Répondre

  • rok
    Excellent, j'adore!

    Effectivement le phénoméne de la «pensée unique» conduit nos sociétés tout droit à la dérive. Comme vous l'avez si bien dit quelque part dans votre texte, l'individu ou un groupe d'individus quelque part dans la planété décide de décreter quelque chose et veut l'imposer à l'univers entier en le déclarant, je cite «journée mondiale», c'est du N'IMPORTE QUOI. Ceux la oublient que le monde est pluriel et que les pensées, les idées ou les préoccupations qui sont valables dans une contrée ne le sont pas forcément dans une autre.
    La seule journée mondiale qui doit valoir c'est celle qui puisse faire en sorte que nos sociétés deviennent plus égalitaires. Tout le reste n'est que jeremiade et distraction

    Répondre

  • Alice Boisson
    Je suis d'accord que la journée des toilettes peut paraître stupide mais je pense que vous oubliez le message le plus important de cette journée. Pour vous aller aux toilettes est anodin mais pour d'autres dans le monde cela peut rimer avec maladies, marcher des heures ou risquer de se faire violer. Alors avant de parle d'absurde poétique il faudrait veiller à remettre dans le contexte avant de tirer à boulet rouge sur cette action! Alors pourquoi ne pas soutebnir cette cause en disant: oui cela semble absurde pour vous mais pour d'autre cela reste un luxe alors aider à ce que cela soit "normal" pour tous et cette journée idiote n'aura plus leiu d'exister.

    Répondre

  • Bertrand
    Dites, vous ne recrutez jamais d'ingénieur WatSan chez cadremploi ?
    Dire qu'il y a des journées mondiales de n'importe quoi, certes, mais prendre les toilettes comme exemple c'est passer à côté de quelque chose. Le problème de l'absence de traitement des déchets est un problème de santé majeur... dans le monde (on ne parle pas que de la France).
    À part ça, le point levé par votre édito est correct à mon humble avis, seul l'exemple est mal choisi. Merci.

    Répondre

  • Robert Martin
    Votre édito est la démonstration parfaite que ces journées qui "devaient servir à attirer l'attention des médias et des citoyens sur des questions d'intérêt général importantes" n'arrivent pas à donner le coup de pied qu'il faudrait. Si on prend, par exemple, la journée mondiale de la toilette dont il est trop facile de se moquer... elle ne vous intéresse pas. Mais on est 7 milliard de personnes sur la planète dont à peu près 2.4 milliard n'ont pas de toilette. Dans de nombreux pays il s'agit d'un réel problème qui contribue d'une manière très significative aux morts de plus d'un million de personnes par an dont 95% sont des enfants de moins de 5 ans. La journée est assez suivi dans ces pays-là. Je ne suis pas comme vous. Pour moi, si ce n'est pas un problème universel les conditions de vie de plus de 30% de la population mondiale devraient être au moins une préoccupation générale. La situation ne sera pas mieux, et sans doute bien pire, quand nous serons 9 milliards si on ne fait rien aujourd'hui.
    Il n'est pas difficile de se renseigner - quittez Powerpoint pour quelques minutes et allez voir http://www.wssinfo.org/.

    Répondre

  • Thierry Guedj
    Loin de moi l'idée de vous contredire sur la stupidité de ces célébrations à répétition, juste pour souligner que la journée mondiale des toilettes a été initiée par un inventeur (de toilettes bon marché...) devant le constat qu'un habitant de la planète sur huit - un milliard d'êtres humains... - était privé de cette décence et de cette dignité élémentaires...
    Cf. le billet paru dans Les Échos la semaine dernière.

    Cordialement,
    Thierry

    Répondre