L'âge bête commence à 45 ans
Accueil  > Actualités > L'édito de Sylvia Di Pasquale > L'âge bête commence à 45 ans

L'âge bête commence à 45 ans


DRH, recruteurs et consultants, soyez gentils. Vous avez sûrement une réunion, là, tout de suite... Alors n'hésitez pas à quitter cette page pour aller vaquer à vos autres occupations. Car l'info qui suit doit rester enterrée, rangée tout au fond du bunker où sont classés les dossiers « secret défense ». Tous les témoins doivent être éliminés et personne ne doit connaître l'affreuse nouvelle : celle qui dit qu'à partir de 45 ans, on deviendrait moins intelligent.

 

Ce n'est pas moi qui viens de mettre un pied juvénile dans cette tranche de vie qui le dit, c'est l'University College de Londres. Et comme tout ce qui vient de la perfide Albion est matière à suspicion, les british chercheurs se sont fait aider par les french professeurs de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) pour couper court aux critiques. Ensemble, ils ont testé 5 198 hommes et 2 192 femmes âgés de 45 à 70 ans. La mémoire, le vocabulaire et l'expression orale de ces cobayes ont été passé à la moulinette pendant 10 ans et les résultats sont implacables : les performances des hommes et des femmes déclinent de 3,6% entre 45 et 49 ans.

 

Devant ces chiffres, deux alternatives s'offrent à nos synapses pseudo-dégénérées. On peut se consoler petitement et considérer que la gente féminine s'en tire mieux que les garçons. Car, toujours selon l'étude, la dégénérescence atteint 9,6% pour ces derniers et 7,4% seulement pour ces dames entre 65 et 70 ans. Mais on peut également envoyer paître purement et simplement l'enquête, les chercheurs des deux côtés de la Manche, les facultés franco-britanniques, Big Ben et la Tour Eiffel.

 

Posons-leur quelques simples questions. Quel est l'âge des mandarins qui dirigent ces instituts ? Dans la foulée, demandons-leur s'ils considèrent que tous les dirigeants de la planète, l'intégralité des prix Nobel, la quasi-totalité des PDG des grandes entreprises et la majorité des grands écrivains, cinéastes ou autres grands artistes de l'histoire sont tous atteints de sénilité ?

 

Quant aux DRH curieux qui, malgré nos avertissements, n'auraient pas résisté à l'envie de consulter cette étude et qui envisageraient d'en tenir compte dans leurs recrutements, rappelons-leur cette autre vérité. L'homme et la femme n'utilisent que 10 à 15% des possibilités de leur cerveau, à la maison ou au bureau. Et certains d'entre eux utilisent ces possibilités mieux que d'autres. Avant ou après 45 ans.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr © 9 janvier 2012

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

L'intelligence déclinerait à partir de 45 ans

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Sylvia Di Pasquale, auteur de cet édito
    @ Foulgot. Bonjour Foulgot, parlez-vous de mon cerveau ou de ceux des auteurs de l'étude ? Merci de préciser, c'est un délice de vous lire. Sylvia.

    Répondre

  • FOULGOT
    En considérant que le cerveau est un muscle et comme tout muscle il est nécessaire voire vital dans certains cas, de l'entraîner afin de développer ses capacités. Dans l'article suscitant ma réaction, je pense que "ce cerveau" n'a jamais été rompu à ce type d'exercice et que manifestement, même avec beaucoup d'effort, il sera inutile de l'entraîner à des réflexions, apprentissages et autres remises en causes, car manifestement, il souffre depuis longtemps d'une carence certaine en neurones. "Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c.., on est c... " (G.BRASSENS)

    Répondre

  • Mauriange
    Mon boss est tombé sur cet article par hasard ...après discussion il m'a fait un compliment . "Il me semble que vous êtes moins con que la moyenne " ouf !
    J'ai mis tout de suite le "il me semble" de coté

    Je vais aller fouiner du coté des 90% des possibilités de mon cerveau que je n'utilisent pas ....et je vais surveiller ma dégénérescence .

    Répondre

  • Homme de 51 ans et bien dans sa peau et dans sa t
    Sans doute que ces statistiques sont réelles et que nous devons les prendre en comptes. Mais, la perte de ces 3.6% ne serait-elle pas amplement compensées par ces années d'acquisition de connaissances et d'expériences...

    Répondre

  • lpnkng
    C'est avec le même genre d'études statistiques que certains prétendaient démontrer l'infériorité de certaines ethnies non ?

    Parce que si l'étude était vrai dans ce cas on devrait interdire des PDGs et des Présidents de la République à exercer sous prétexte qu'ils n'auraient pas toute leur facultés :)

    Répondre

  • LOUATI NOUREDDINE
    c'est stupide de lire à tel article,l'homme ou la femme intelligente ne cesseront de développer leurs intelligences par l'acquistion de nouvelles données tant qu'ils sont en vie sauf force majeure de maladie ou autre incident n'est ce pas!!!

    Répondre

  • lebrun
    oui effectivement il y a peut-être du vrai dans cette étude ,mais je ne peux constater que si les personnes de 45 ans perdent en moyenne 3.6% de leur capacités intellectuelles ,les auteurs de cette étude doivent allègrement approcher les 80....

    Répondre

  • Olivier
    On peut aussi supposer, d'après les résultats de cette enquête, que ce sont simplement les gens qui sont nés avant 1966 qui sont amoindris.

    Répondre

  • Alexandre
    Il me semble que ce genre d'études sert aussi à entretenir le mythe qu'il faut être intelligent pour réussir. J'ai connu des gens très intelligents qui étaient vraiment nuls... L'intelligence émotionelle, les capacités de communications, les aptitudes sociales, le réseau, etc. ont une importance bien plus prépondérante.

    Répondre

  • lesniewski
    selon moi, cette analyse merite reflexion, il faut méditer, réflechir, analyser toutes types de situations pour faire fonctionner notre cerveau, avec un taux de 15% nous avons encore 85% devant nous,

    bien à vous,

    alain

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :