Attention, il y a un RAT dans votre boîte mail
Accueil  > Actualités > L'édito de Sylvia Di Pasquale > Attention, il y a un RAT dans votre boîte mail

Attention, il y a un RAT dans votre boîte mail


Depuis le temps qu’on se demandait quel animal pouvait bien nous pourrir la vie de bureau, on l’a enfin débusqué sur le site du Wall Street Journal : c’est le RAT. Ce « Répondre A Tous », ce sibyllin petit bouton qui s’affiche sur nos logiciels de messagerie, est un dispositif qui produit chaque jour à travers le monde des milliers de psychodrames.

A tel point que le chercheur américain Nathan Zeldes, cité par le WSJ, s’en émeut. Pour lui, un seul autre fameux bouton est « responsable de plus de douleur et de souffrance » que le reply to all : « c’est le bouton rouge qui lance des bombes nucléaires ».

On ne va pas tomber dans la démesure yankee. Mais quand même. Quelle entreprise n’a pas été victime d’erreurs de manipulation du RAT ? Combien de mails envoyés à une tripotée de correspondants ont reçu des réponses aussi générales, alors que la teneur confidentielle de cette réponse n’était destinée qu’à un ou plusieurs destinataires triés sur le volet ?

Exposer à tous une réflexion ou une blaguounette destinée à un seul peut avoir des conséquences désastreuses sur le destin professionnel de l’émetteur. On ne saurait trop le rappeler, surtout en cette période de vœux patronaux où chacun risque de recevoir dans sa boîte l’inévitable « Bonne et heureuse année 2013 » du big boss et d’être tenté de RAT du tac au tac. « Binouuuuuze ! » a répondu le jovial Eric à son pote de la bureautique, oubliant malencontreusement de supprimer les 600 autres destinataires du message, dont son boss. « Elle en sera meilleure si tu n’oublies pas mon augmentation ! », a balancé Irène à la terre entière, tutoyant au passage le principal actionnaire de sa boîte pour la première fois de sa courte carrière.

Autant d’erreurs d’aiguillage et de bourdes fatales qui poussent certaines entreprises à supprimer le bouton maudit. Comme Nielsen, qui l’a viré de la messagerie de ces 34 000 salariés. Sûr qu’avec une telle méthode, la boîte de sondage n’aura plus à craindre ces réponses certes sincères mais néanmoins risquées, que des millions d’autres entreprises à travers le monde endurent depuis le 2 janvier.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr – 7 janvier 2013

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • mcl
    J'adore les sponta-réactivités de tous ces gaffeurs. C'est drôle de demander une augmentation de salaire via un RAT. Vive le sens de l'humour ! (et ceux qui l'apprécient)...
    Cela me rappelle un bouquin sur les "lapsus révélateurs de la vie au bureau". Il faudrait écrire plus de livres sur ce que l'on vit au quotidien... et se souvenir: "Don't take life too seriously....

    Répondre