Les 6 profils de candidats qui agacent les recruteurs
Accueil  > Conseils > Conseils candidature > Les 6 profils de candidats qui agacent les recruteurs

Les 6 profils de candidats qui agacent les recruteurs


C’est comme en amour : quand on a été déçu, on a tendance à devenir allergique à certaines situations. Autant savoir alors quels sont les profils de candidats qui crispent les recruteurs, non ? Heureusement, ce qui les excède, ce sont les excès. Oui mais lesquels ?

Ces jeunes diplômés qui savent tout

Lorsqu’ils ont un côté « melonesque », style « j’ai tout vu, j’ai tout fait ». En fait, ce sont souvent des jeunes diplômés qui veulent afficher une grande confiance en eux… mais qui du coup vont trop loin. Ces derniers « ont certes, appris la théorie en cours mais elle n’est pas toujours immédiatement applicable sur le terrain. Pourtant, ils semblent avoir réponse à tout et avoir un avis sur tout. Cela passe pour un manque d’humilité et les employeurs redoutent leur manque d’écoute et de capacité à s’adapter», observe Cyril Capel, dirigeant de CCLD Recrutement. Notre conseil : jeunes diplômés, mettez en avant votre potentiel et votre envie d’apprendre.

Ces seniors qui sont condescendants

A l’autre bout de la pyramide des âges, certains des candidats (très) expérimentés peuvent également paraître trop imbus d’eux-mêmes. Avec les chargés de recrutement plus jeunes, on frôle parfois la condescendance. Notre conseil : un senior doit parfois faire preuve de pédagogie avec le recruteur. Il faut si nécessaire entrer dans le détail, en fonction des questions de ce dernier : c’est plus payant, pour tous !

Ces dirigeants qui se prennent pour des stars

« Les dirigeants n’ont pas nécessairement connu d’échecs, certains arrivent au premier entretien en terrain conquis en ne comprenant pas, par exemple, pourquoi ils ne sont pas reçus en direct par le dirigeant», observe Cyril Capel. Pourtant, le process reste le même pour tous, et le filtre des RH, dans la plupart des entreprises, est un passage obligé. Notre conseil aux dirigeants : « s’adapter aux questions des recruteurs, tout en faisant passer votre message », recommande Corinne Cabanes, fondatrice du cabinet Corinne Cabanes & Associés.

Ces experts qui ne comprennent pas qu'on ne comprenne pas

Vous êtes un as de la robotique. Parfait ! Mais le recruteur n’y entend rien. Et quand l’as de la robotique n’arrive pas à vulgariser son propos, cela tourne dans certains cas au dialogue de sourds. Telle est la hantise des recruteurs face aux experts. Notre conseil : vulgarisez vos propos. Exit les focus technico-techniques. « Mettez aussi en avant vos interactions avec les autres services », conseille Corinne Cabanes. Le recruteur doit au moins saisir cette valeur ajoutée pour des entreprises aujourd’hui ultra-connectées.

Ces commerciaux qui vont sauver la boîte

A l’unanimité, ce sont ceux qui s’affichent avec un côté invincible et sauveur du monde. « Quel que soit le portefeuille client géré précédemment, grâce à leurs multiples talents, ils ont explosé les chiffres, tout leur réussi en permanence», raconte Cyril Capel. Le postulat « tout ce que je touche devient de l’or » peut desservir. Notre conseil : mettre en avant vos réussites par les chiffres, démontrer plutôt qu’afficher. « En outre, dans l’entreprise où le candidat postule, il y aura certainement des situations compliquées à gérer. Le candidat ne doit pas oublier de mettre en avant sa faculté de résilience », soutient Cyril Capel.

Ces managers de proximité qui critiquent leur ancien boss

Pris entre le marteau (la direction) et l’enclume (leurs collaborateurs) et donc bien sous pression quand ils débarquent en entretien, certains managers ont parfois… la critique facile. A bannir, le cassage de sucre sur le dos de l’ancien employeur. « Ceux que l’on cherche à éviter sont ceux qui sont dans l’affect et ont du mal à prendre du recul par rapport au terrain. Pour eux, les sujets principaux sont la reconnaissance, la montée en compétences des hommes… Alors que des recruteurs plus jeunes attendent par exemple des performances chiffrées et des prises de risque mesurées », reconnaît Corinne Cabanes. Notre conseil : donnez une vision globale de votre job, mettez en avant les réussites et les démarches mises en œuvre pour régler les difficultés.

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Nicolas
    Désolé de te contredire, mais ce sont bien les RH qui posent des filtres (on sort le grand parachute) non significatifs et surtout ne permettant pas de trouver la "perle rare", le candidat motivé et atypique.
    Combien de fois ai-je vu mon responsable opérationnel littéralement imploser et "se faire le RRH" parce qu'un candidat recalé au filtre RH l'avait contacté pour lui parler de son parcours et tenter sa chance directement auprès du directeur d'exploitation.

    Répondre

  • Valy54
    Il y aurait beaucoup à dire sur les profils des recruteurs qui agacent les candidats ! Irrespectueux, impolis, indiscrets, non ponctuels, inintéressants, non constructifs, ... Bref. Les candidats trop si, pas assez cela, ... Quand on voit le mal que l'on a à obtenir un RDV et un job, et, par quoi il faut passer !! Mais quand je vois que malgré tout, il y a pas mal de gens en poste qui ne sont pas à leur place, mon Dieu, ça m'agace vraiment. Tout ça pour ça !!

    Répondre

  • Aimsandisneuf
    beaucoup de recruteur, à force de chercher des profils trop précis, de mettre des filtres finissent par recruter des as de ce genre de "casting", je connais très bien mon travail mais j'ai jamais été capable de me vendre correctement, j'aime pas avoir se sentiment de me "prostituer" pour décrocher un poste, et j'ai souvent vu ces DRH recruter des incompétents notoires qui ne savent que jeter de la poudre aux yeux de la direction et qui au final sont nuisibles aux entreprises. Au bout de 2 ans ils finissent par être "démissionnés" et sont remplacés par d'autres eux aussi très bien payés et tout aussi incompétents. Ils iront refaire leur cinéma dans une autre boite qui les remerciera au bout de 2 ans également....
    Les entreprises qui font appels à des candidats de l'extérieur ne laissent aucun espoir de promotion à leurs salariés qui connaissent la musique et qui seront de toutes façons plus compétents que n'importe lequel de ces fumistes matadors.
    Ma promotion sociale je l'ai faite moi même : rupture conventionnelle, création de ma propre boite et j'ai pas besoin de DRH pour recruter, période d'essai et si ça correspond embauche.

    Répondre

  • Herbertoh
    C'est facile d’énumérer les 6 profils de candidats qui agacent les recruteurs ! Mais quand il s'agit de lister les dizaines de comportements méprisants des recruteurs, on trouve personne ! Désolé mais en terme d'irrespect, d'impolitesse, de mépris, les recruteurs sont les rois: Promesse de réponse non-tenue, absence totale de réponse, recrutement hors sélection, poste inexistant, manque de ponctualité, questions intrusives et indiscrètes, absence totale de transparence, critères inéquitables, népotisme, convocation sans fondement ... etc ...etc ... Alors, certes, certains candidats sont imbus d'eux-mêmes mais dans la très grande majorité des cas, les candidats débarquent dans un entretien plutôt stressés, modestes et n'arrivent pas à s'affirmer. En réalité, la proportion des comportements indélicats est beaucoup plus élevé du coté des recruteurs qui gagneraient à faire leur auto-critique, ce sera bien plus constructif que d'exiger continuellement des candidats la perfection absolue du ... mouton à cinq pattes !!!

    Répondre

  • jul
    Moi ce qui m'énerve ce sont les assistantes RH : des poulettes mignonnes entre 20 et 25 ans qui n'ont rien dans le crane, ne connaissent rien au métier et posent des questions idiotes pendant une heure et qui ont le pouvoir de nous envoyer ou pas rencontrer les opérationnels... Bac +6 et 5 ans d'expérience, pendant un an j'ai enchaîné les séries d'entretiens (parfois jusqu'à 9 d'affilé pour un poste) avant de créer ma boîte par dépit. Je ne le regrette pas, ma boîte cartonne, je me paye 10K/mois alors que j'en gagnais 5 en étant salarié, alors que je faisais gagner des millions d'euros par moi à une multinationale du top 5 mondial dont je tairai le nom...

    Répondre

  • trouvduboulotmoncoco
    Si il est relativement facile de dépister les lacunes des candidats au niveau des compétences purement technique, il est pratiquement impossible d'évaluer le savoir faire, leurs aptitudes à la gestion du poste et des relations aux autres sur le long terme. Je pense pour ma part que certains recruteurs mettent en place un cercle vicieux : le processus de recrutement devient tellement compliqués (et donc coûteux) que le risque de se tromper sur le profil se transforme en hantise, donc on rajoute des filtres espérant éviter l'erreur, et on as encore plus peur, donc on en rajoute...
    Je pense qu'un bon recrutement et un recrutement simple et rapide, avec une bonne période d'essai...Plus on complique, plus on a de chance d'embaucher un employé retord rompu aux techniques de mystification ... Ajoutons à cela qu'on tue toute chance d'avoir à un poste une personne spontanée ou aux méthode original et novatrice puisqu'il faut correspondre au profil trait pour trait...

    Répondre

  • lolo65
    Tout à fait d'accord avec Stephsea :
    A quand un article sur les 6 profils (ou plus ?) de recruteurs (au sens large) qui agacent les candidats ?

    Il y aurait tant à dire, déjà, sur ce qu'est un recruteur : n'oublions pas qu'il ne s'agit pas d'une profession réglementée et qu'en tant que telle, on y voit tout et n'importe qui !
    Ce que personne naturellement n'ose dénoncer...

    Si la jungle existe parmi les candidats à un emploi, la jungle existe bel et bien de l'autre côté, celui des recruteurs de tous poils. Beaucoup sont formés sur le tas, sans respect d'aucune déontologie, ni celle de l'être humain, derrière le candidat, et cherchent avant tout à profiter de la crise pour se tailler la part du gâteau des honoraires de... recrutements.

    Répondre

  • Recruteur
    Et oui le recruteur est décidément la cause de tous les maux.
    On sent ici une vraie frustration...
    Je ne dit pas que tous les rh sont parfaits.... Simplement quand je vois des commentaires sur des dirigeants de petites start up etc...
    Pour moi on est vraiment hors sujet.. en quoi sont ils des RH ?
    BAC +2 et 28 ans : et donc on ne peut pas etre recruteur ?
    Vous preferez un Bac +2 compétent ou un Bac +5 qui ne sera pas réactif et dont vous vous plaindrez encore....
    Pour ma part j'ai la chance de travailler dans une société "humaine", je ne trouve pas professionnel d'accueillir les candidats en retard et si cela arrive je m'en excuse avant de débuter l'entretien....
    Bref ne faites pas une généralité...
    Nous ne sommes pas des stars - Nous en faisons que choisir la meilleure candidature dépendamment des innombrables criteres qui nous sont imposés. Et donc oui cela implique des déceptions coté candidats.

    Répondre

  • Squallsk869
    Vous oubliez une chose importante! Les Rh trouvent les cv et font le tri mais ce sont les opérationnels qui soumettent le profil recherché autrement dit les directeurs ou responsables de service ( technique, commercial, maintenance, compta etc...) et la pluspart du temps ce sont eux qui refusent les profils ou candidats car ils recherchent toujours les moutons a 5 pattes donc c est pas forcément aux RH qu il faut en vouloir mais plus aux opérationnels! Désolé

    Répondre

  • Stephsea
    A quand un article sur les 6 profils (ou plus?) de recruteurs (au sens large) qui agacent les candidats?
    En voulez vous quelques uns pour vous aider dans votre rédaction?
    Le RH (ou simple employé d'agence) roi du monde, celui qui vous reçoit comme une crotte, en retard de 30mn, et qui vous conseille royalement de mieux vous "vendre" la prochaine fois, ailleurs, pour poursuivre cette démarche de candidature. Merci pour le conseil...
    Le patron paternaliste qui recherche un "fils" pour lui servir de faire valoir, alors que l'annonce parle d'un architecte ou d'un ingénieur ou d'un chef de projet. Il vous explique que ses méthodes de travail son immuables, et que ses deux filles chéries travaillent avec lui, à la compta et au secrétariat de direction. Vous serrez sous haute surveillance...
    L'investisseur, l'homme d'affaire pressé, l’incarnation de la réussite qui crée une boite ou une filiale, qui a de grands projets, qui vous reçoit cinq fois en 3 semaines, toujours de manière quasi impromptue, pour finalement ne pas vous rappeler, et pour vous dire, puisque vous insistez; avec un accent de pitié, que vous n'êtes décidément pas assez impliqué, ni vraiment fiable, et pas très disponible.
    Le fils à papa qui cherche des esclaves, qui considère votre age avec dégout parce que vous avez plus de 40 ans, qui recherche des célibataires "bogoss" avides comme lui de fric et de reconnaissance, mais qui acceptent par contre un fixe minimaliste, voire pas de fixe du tout, qui comprennent qu'il faut travailler avec leur propre outil informatique et leur voiture, qui ne comptent pas leurs heures le WE, qui "en veulent" en un mot, qui savent enfin qu'un bon commercial peut vendre sa mère.
    Le manager gentil, l'ancien de la boite, celui sans lequel "tout cela n'existerait pas ou plus, qui vous tient la jambe une heure sur les réussites de sa boite, sur sa position, sur ses méthodes et surtout ses challenges et immenses succès et qui ne vous écoute même pas quand vous souhaitez recadrer subtilement vers le sujet du jour...
    ETC...

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :