Cadremploi.fr  > Conseils > Conseils candidature > Entretien d'embauche > A compétences égales, quel candidat est choisi par les recruteurs ?

A compétences égales, quel candidat est choisi par les recruteurs ?

a-competences-egales-quel-candidat-est-choisi-par-les-recruteurs-

Comment choisir entre plusieurs candidats qui présentent une expérience et des compétences équivalentes pour un même poste ? Quel est le petit plus, au-delà du CV, qui peut faire la différence en entretien ? Des professionnels du recrutement, parfois sous couvert d'anonymat, dévoilent quelques uns de leurs critères. Ces derniers ne sont pas toujours politiquement correct. Mais mieux vaut être prévenu...

   

1 - Le candidat le plus sympa

« Lequel sera le mieux à même de s'intégrer dans l'équipe ? ». C'est la question qui taraude les recruteurs, au-delà de la question du CV du candidat. « Une entreprise, c’est comme l’équipe de France de foot, observe Alexis Donot, PDG de l’Argus de la presse, qui avoue avoir souvent hésité entre deux candidats. Les talents individuels ne servent à rien si les membres de l'équipe se tirent dans les jambes. Je recrute des personnes avec autant de savoir-faire que de savoir-être. C’est pourquoi, à compétences égales, je prends parfois le plus candidat... le plus sympa. »

2 – La candidat qui connaît le mieux l'entreprise

Pour Pierre Emmanuel Dupil, directeur général du cabinet Michael Page, l’entretien est justement l’occasion de sortir du lot. « Il faut absolument préparer des questions intéressantes car on donne systématiquement la parole au candidat, au moins à la fin de l’entretien. La curiosité est appréciée, tout comme la connaissance des activités et des projets de l'entreprise. Ces questions montrent que le candidat porte de l’intérêt à la structure et à l’offre proposée », note ce dernier.

3 - Le candidat qui se projette le mieux dans le poste

Cécile Bernat, consultante RH à l’Atelier du recrutement, confirme l’intérêt d'aborder précisément la question des missions qui vous seront concrètement attribuées. « Evidemment, le candidat qui s’étend sur le montant des tickets resto va se disqualifier. A l’inverse celui qui, par ses interrogations, montre qu’il a compris les enjeux et les problématiques du poste et parvient à s’y projeter sortira gagnant. »

4 - Le candidat qui assume ses faiblesses

Ancienne chef de publicité et auteure du livre Sans emploi ? Trouvez votre voie et rebondissez !, Hélène Picot a toujours apprécié les candidats qui sortaient grandis d’une expérience passée. « Les candidats qui ont la franchise et la capacité d’admettre certaines erreurs, et qui en ont tiré des enseignements positifs, sortent généralement gagnants. » Évidemment, c'est un exercice sensible : il faut savoir valoriser un échec, le but n'étant surtout pas d'avouer une lacune qui sera négative dans le cadre de vos prochaines fonctions.

5 – Le candidat qui a le meilleur réseau

Selon Jean-François Amadieu, à compétences égales, la différence se joue surtout, au final, en fonction du réseau du candidat. « Pour un poste de cadre, on est souvent embauché en raison de ses relations au-delà de ses compétences », rapporte le spécialiste en gestion des ressources humaines, auteur de l’ouvrage DRH : le livre noir. Votre réseau, il ne faut donc pas hésiter à en parler !

6 – Le candidat qui présente le mieux

Vient aussi un critère moins avouable – et pas toujours conscient – , qui n'est pas sans rapport avec le physique du candidat. « 93 % d’un message émis passe par l’apparence », rappelle Aude Roy, consultante en image et posture professionnelle. « Même si c’est inconscient, un recruteur écartera souvent les candidats les moins soignés, les plus laids, les moins bien habillés... », assure la consultante.

7 - Le candidat qui habite le moins loin

Si l’adresse du candidat ne fait pas partie des critères de discrimination à l’embauche inscrits dans la loi, la proximité géographique reste un critère illégal… mais pratiqué. « Je connais des recruteurs qui, à compétences égales, privilégient les candidats qui habitent le plus près du poste à pourvoir, commente Philippe Hemmerlé, directeur du cabinet CVFirst. Parce qu’ils pensent qu’ils seront plus productifs et seront peut-être moins tentés de chercher ailleurs trop vite... »

8 – La candidate... qui n’a pas d’enfants

Il y a aussi l’ultime critère inavouable. Sous couvert d’anonymat, un recruteur nous a confié creuser la situation familiale de ses candidates, pour certains postes. Il s'agit pour lui d'embaucher « de préférence » des femmes sans enfant « ou avec des enfants déjà grands ». C'est un gage, selon un certain nombre de recruteurs, d’« une plus grande disponibilité ». « Je ne dis pas que c’est bien, mais je sais que je ne suis pas le seul… », se défend notre interlocuteur. Curieusement, les hommes sont bien moins exposés à ce genre d'incursion dans leur vie privée. Voilà une pratique discriminante qui a la dent dure.

9 – Le candidat qui… ressemble au recruteur

Reste que, parfois, la différence tient surtout… à la personnalité du recruteur. « Toute décision humaine est subjective et contient une part d'irrationnel que même le recruteur ignore, analyse Christian Malécot, consultant associé au cabinet Axessio. Et dans une grande majorité de cas, un recruteur a surtout tendance à choisir un candidat qui lui ressemble, avec la même façon de penser que lui. »

Céline Chaudeau © Cadremploi.fr

33

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

philippe

09/07/2015

à 12:18

en fait il y a tout sauf la raison essentielle qui motiverait une embauche
savoir recruter sur le critère de la compétence ca manifestement ils ne connaissent pas !!

> Répondre

En réponse à philippe

Lucide

01/03/2016

à 06:18

Pourquoi tant de candidats COMPETENTS vont s'expatrier à l'étranger ? Patrons, pouvez-vous répondre à cette question ?

> Répondre

En réponse à philippe

Guillaume

20/01/2016

à 13:33

Comment choisir entre plusieurs candidats qui présentent une expérience et des compétences équivalentes pour un même poste ?

C'est la première ligne de l'introduction. Manifestement, tu n'as lu que ce que tu as voulu.

> Répondre

petite colère

30/08/2014

à 11:20

bonjour

et oui cela existe ils veulent des ingénieurs 20 ans d'expérience et moins de 25 ans.......

> Répondre

petite colère

30/08/2014

à 11:16

reponse à Janine

bonjour

ne revez pas les drh ne se licencient pas tout seul ni entrent eux ils ne connaissent pas le chomage

ne revez pas

> Répondre

petite colère....

30/08/2014

à 07:28

bonjour

sachez que les recruteurs pratiquent de plus en plus de discriminations pour et en vue d'une embauche et si on leur faisait subir autant de désagrément ils abandonneraient leur métier alors soyez vous même et si vous ne leur plaisait pas tant pis pour eux

j'ai passé plein d'entretiens et pas de résultats même quand on va dans leurs sens alors faites comme moi devenez votre propre patron et choisissez avec qui vous travaillerez

drh il faut quoi comme diplome quelle école les forment ?
au vue de la discrimination qu'ils pratiquent tous les drh pourraient être condamnés

> Répondre

Valérie

29/08/2014

à 13:29

Vous avez oublié un n°10 : Le/la candidat(e) qui accepte le salaire le plus bas...
Du vécu...
J'ai décroché un job après deux ans de chômage, parce que j'ai accepté (je n'avais pas le choix) la moitié de ce que je vaux, et le tiers de ce que je gagnais dans mon dernier job.
Je précise que la société pour laquelle je travaille gagne beaucoup d'argent.

> Répondre

pat cansocal

21/08/2014

à 15:37

ce critère n'est plus valide depuis au moins 20 ans: les grilles de salaires imposent de toutes façons la fourchette.
Ce qui peut être pénalisant, voire disqualifiant, ce sont des prétentions très décalées en plus ou en moins, témoignant d'une méconnaissance du secteur d'activité.
Pour ce qui est des compétences, dans le métier depuis 30 ans, je constate que les missions confiées il y a 20 ans à des BTS le sont aujourd'hui à des ingénieurs, alors que les calculs sont automatisés (ils se faisaient à la main et calculette), les procédures super-bordées, surtout par les techniciens sus-visés.
On peut en conclure à une inflation des diplômes, qui commence dès le secondaire (80% de bacheliers par classe d'âge!): le programme de Term S actuel est à peu près celui de la filière Lettres que j'ai connu fin des 7O's... Et je ne parle ni de la culture générale ni des capacités rédactionnelles, ni du calcul mental...

> Répondre

pat cansocal

21/08/2014

à 15:19

et, chose rigolote, pas les meilleurs pour se recaser....

> Répondre

Nath

06/05/2014

à 18:46

C'est celui qui a le diplôme !!!! .......

> Répondre

tutu

25/04/2014

à 20:46

Super pour préparer les entretiens!!

> Répondre

hic

23/04/2014

à 10:09

Non, les critères de discriminations sont passés à 20 depuis. Et le tout dernier ne serait il pas le lieu d'habitation ou l'adresse ???? A mon avis, il faudrait mettre à jour cette information et faire connaître aux rh qui se croient futés en choisissant leur élu (e) en fonction de l'éloignement du lieu du poste. Ceci est illégal depuis le début de l'année 2014 !

> Répondre

Annabella9

23/04/2014

à 02:30

Faux ! Le candidat retenu est celui qui fait ami ami avec le rh et de preference un blanc et le must un fils de !

> Répondre

International Coaching Solutions

06/02/2014

à 02:59

Les recruteurs devraient connaître les biais psychologiques pouvant se produire au cours d'un entretien d'embauche.

http://international-coaching-solutions.com/entretien-d-embauche/recrutement/

> Répondre

lattecaldo

03/02/2014

à 12:53

Etes vous sûr de cela ? L'école de commerce est très valorisée en France et l'université est en perte de vitesse. Si je peux me permettre, je pense que tout dépendra de l'entreprise. Certaines restent très conservatrices, d'autres acceptent volontiers des Français non franco français qui sont souvent très dynamiques et désireux de réussir. Mais je m'empresse d'ajouter que non le racisme n'est pas mort en France; il serait trop long d'en débattre ici.

> Répondre

lattecaldo

01/02/2014

à 19:18

Si les choses ont changé … mais en pire bien entendu. Le chômage au niveau atteint à ce jour, permet toutes les dérives, tous les excès, les comportements qui devraient être sanctionnés par la loi sont tolérés allègrement. Pour une femme - quel que soit le niveau de l'emploi recherché - l'apparence physique reste primordiale. On ne prend ni une femme franchement laide, ni une femme considérée grosse (aujourd'hui plus de 60 kilos est estampillé en surpoids).
Moi aussi je travaillais il y a 25 ans et disons le sans ambages : on travaillait avec plaisir, sans la compétition entre collègues méfiants, sans le terrible poids des résultats à atteindre et des dividendes à payer aux actionnaires (ce dernier paramètre étant devenu le plus important)
Courage à tous.

> Répondre

drh78

30/01/2014

à 10:29

la politique du jeunisme de certains cabinets "anglo saxon", voire sexiste, cautionnée par des chartes de non discrimination, est savamment orchestrée à des fins de marketing de leur propre marque et prime le plus souvent sur la compréhension même du besoin client..
il n'y a de critères valables que les compétences intrinsèques du candidat et leur adéquation aux besoins exprimés par le client... En France nous manquons curieusement d'ouverture d'esprit... avant 28/30 ans vous êtes trop jeune... après 45 ans trop vieux... et si vous êtes une femme c'est pire encore..

on sera tous un jour ou trop jeune ou trop vieux!!!

un peu d'humilité serait le bien venu, tout comme la notion de service client cette notion tend à s'estomper, obnubilés que nous sommes par le paraitre ou la rentabilité plus que par l'efficacité durable

> Répondre

VIII

29/01/2014

à 21:15

Les parisiens sont meilleurs en orthographe (sic).

> Répondre

Janine

29/01/2014

à 12:58

Pourquoi parler de "A compétence égale" puisque ça n'existe pas.
Mais les recruteurs d'aujourd'hui seront les chômeurs de demain ... la roue tourne.

> Répondre

Indigné

29/01/2014

à 00:07

En quoi faire ses études en province est il moins. Valorisant par rapport aux études fautent à Paris ?

> Répondre

Isa

28/01/2014

à 23:40

Voilà un article ingerressant

> Répondre

marcos

28/01/2014

à 19:04

Comme d'habitude, on nous fait croire que les candidats sont choisis sans discrimination mais on en reste bien loin et n'est ce pas normal après tout....

> Répondre

Yakimo

28/01/2014

à 19:04

Ce serait interessant comme document, si ce n'était pour la présence de l'habituelle idiotie : "Cherche candidat maximum 25 ans, avec 20 ans d'éxperience professionnelle et niveau BAC + 20...".

> Répondre

L'Etranger

28/01/2014

à 18:06

Vous avez oublié un point Ô combien important : les origines ethniques !!

A compétences égales, le recruteur choisira le français de souche, aux noms et prénoms franco-français et au faciès adéquat !!!

Entre une Nadia diplômée d'une école de commerce de renom et un Antoine diplômé d'un bac+4 université de province le choix est vite fait...

> Répondre

Yakimo

28/01/2014

à 17:18

Dans la meme ère temporelle ("il y a environs 25 ans") j'étais tombée sur une "récruteuse" uqi carrèment demandais une sécretaire sachant "bien batifoler"... !

> Répondre

CLAIRETSIMPLE

28/01/2014

à 14:19

En fait, certains candidats, quelles que soient leurs compétences ne seront jamais recrutés
pour des motifs dont ils ne peuvent rien :
leur physique, leur domicile, leur singularité, leur absence de réseau...
et d'autres seront à coup sûr recrutés sur la base de leur physique, de leur pseudo sympathie
(les comédiens ont + de chances), de leur réseau, de l'explication de leurs faiblesses (là encore les comédiens ont de bonnes chances, comme si l'humilité de leurs échecs étaient
francs et massifs, y a que les naïfs pour croire ça, il suffit d'approfondir et on se rend vite compte qu'il n'en est rien !mais, il suffit de vouloir le croire ! ), de leurs prétendues basses prétentions salariales, etc.
Que doivent donc faire les premiers. Prendre des cours de théâtre, plutôt que de rester authentiques ? Ou alors finir désespéré ? Quand donc laissera t-on les comédiens au théâtre et les acteurs au cinéma ?
Ils auraient besoin de ces jeunes talents, vu la situation du cinéma à l'heure actuelle.
Peut-être qu'on emploierait les bonnes personnes au bon poste.

> Répondre

jef88

28/01/2014

à 12:23

il y a environ 25 ans j'étais tombé sur un article "comment recruter une secrétaire".
après une étude somme toute complète et réaliste l'article concluait : "s'il en reste plusieurs avec les mêmes capacités choisissez la plus jolie "
Somme toute rien n'a changé ........

> Répondre

JMCO

28/01/2014

à 09:50

La compétence égale ça n'existe pas !
Même lorsque 2 candidats ont des CV très proches (même formation, même âge, même expérience, même salaire etc.) il y a toujours des différences de parcours qui font pencher la balance d'un côté ou d'un autre.
L'entreprise voit avant tout son intérêt car elle ne recrute pas pour faire plaisir mais parce qu'elle à un poste à pourvoir et pour cela elle choisira toujours le candidat le plus apte à l'exercer...

> Répondre

International Coaching Solutions

28/01/2014

à 09:16

Les recruteurs professionnels devraient recruter exclusivement en fonction des compétences professionnelles et sociales réellement possédées par les candidats. Beaucoup de recruteurs ne sont pas conscients des biais psychologiques pouvant intervenir au cours du processus de recrutement. Connaître ces biais, permet de réduire au minimum la subjectivité du recruteur et de fonder la sélection du candidat sur des critères objectifs.

http://www.international-coaching-solutions.fr/

> Répondre

Risa

28/01/2014

à 08:58

Et l'âge dans tout ça ? le moins cher des bons et le moins âgé et celui du coin ! vive la mobilité dans cette période de crise ...

> Répondre

IP

28/01/2014

à 08:28

Il semble qu'un critère crucial est été omis, alors qu'il s'agit probablement du plus important : à CV équivalent et faute de relation de poids dans l'entreprise (point 5), c'est le candidat qui a la plus faible prétention salariale qui l'emporte.

> Répondre

MB

27/01/2014

à 19:53

Le moins cher aussi...

> Répondre

ED

26/01/2014

à 15:57

Il manque un point qui passe avant tous les autres :

Le candidat qui est le clone parfait du profil attendu pour le poste quand bien même il ne soit pas le plus compétent.

> Répondre

+