Faut-il avouer ses faiblesses en entretien d'embauche ?
Accueil  > Conseils > Conseils candidature > Entretien d'embauche > Faut-il avouer ses faiblesses en entretien d'embauche ?

Faut-il avouer ses faiblesses en entretien d'embauche ?


Vous avez une crainte avant votre entretien d’embauche : le recruteur pourrait découvrir des carences sur votre CV. Faut-il chercher à les dissimuler ou jouer cartes sur table ? Être capable de formuler ses faiblesses est une qualité, à condition de ne pas les présenter comme des handicaps.

Assumer ses carences en entretien d’embauche est un art. Si vous êtes positionné sur un métier en tension, où le candidat parfait est rare, savoir en parler vous honorera. Mais réfléchissez bien à la manière de présenter vos « défauts ».

Comment mettre ses faiblesses en perspective

Il faut toujours être capable de mettre en perspective ses manques. « Dire "ça, je ne sais pas faire" est brutal et n’apporte rien, estime Louis Grümmer. Présenter ce que vous pouvez mettre en place d’ici la prise de poste minimisera votre carence ». Ce dernier a, par exemple, recruté une candidate sur un poste pour lequel il fallait un anglais courant, même si elle ne possédait pas le niveau linguistique requis. « D’autres postulants possédaient la compétence, mais son défaut a été compensé par d’autres qualité et sa volonté de se mettre à jour rapidement », explique Louis Grümmer. Même conseil avec les traits de caractère : « Si vous manquez d’organisation ou de tact, argumentez sur ce que vous mettez en place pour corriger votre défaut », poursuit Delphine Poggioli, directrice de l’Atelier du recrutement. Les candidats au profil rare peuvent même proposer à l’employeur de les inscrire à une formation pour combler leur manque. « Cela prouvera votre motivation », estime Delphine Poggioli.

Choisissez stratégiquement les faiblesses à dévoiler

Même s’il est conseillé de présenter de manière honnête vos carences, il ne faut bien sûr pas les dévoiler sans retenue. « Attendez que le sujet soit abordé par le recruteur », conseille Pascal Colson, associé de NC Partners. Evitez aussi de montrer vos faiblesses sur des connaissances ou compétences qui sont cruciales pour le poste. Hors de question, bien sûr, d’annoncer que vous manquez de rigueur si vous postulez à une offre de contrôleur de gestion. « Plutôt que d’évoquer un trait de caractère, ciblez vos manques de compétences techniques. Ce sont des choses qu’il est plus facile de corriger », conseille à ce titre Estelle Raoul, directrice senior chez Page personnel. Si votre CV présente un trou évident, préparez une explication. « Si une faiblesse est mise en exergue par le recruteur lui-même, ce dernier risque de se focaliser plus fortement », prévient Pierre Cannet, PDG de Blue search, un cabinet de recrutement dans les métiers du web.

Les formuler avec assurance

Savoir exprimer ses carences avec subtilité représente une marque de lucidité, d’honnêteté et une absence de prétention qui sera appréciée. « Cela prouve que le candidat connaît ses axes de progression », juge Pierre Cannet. « Plus on recrute un cadre de haut niveau, plus on s’attend à ce qu’il prenne du recul sur lui », ajoute Louis Grümmer. Encore faut-il formuler ses faiblesses sur un ton clair et assuré, selon Pascal Colson : « La forme est importante. Quelqu’un qui annonce son faible niveau en anglais avec une voix tremblotante se donne moins de chance qu’un candidat qui l’assume clairement. » La victimisation, en entretien d’embauche, ça ne marche jamais.

Xavier Thierry © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Pinailleur
    De mon côté je donnerais plutôt le conseil suivant: en cas de petite faiblesse ou de "trou" dans le cv, profitez au plus vite de l'orientation de l'entretien pour le placer vous-même ainsi que le palliatif ou le motif que vous avez bien rôdé.
    "du tant au tant, j'étais en formation...., ou je faisais le tour du monde en vélo...". "Sachant
    que j'ai du mal à changer de sujet, je me donne des heures limites sur différents projets etc...".

    Cela afin d'éviter, au moment où tout a l'air de "rouler", voir au moment de quitter l'entretien, une question du style " et au fait, du 1er juillet 2007 à septembre 2008, je ne vois rien dans votre cv??" et de bredouiller car l'on n'attendait plus la question.

    En bref, mieux vaut ne pas attendre la question en provoquant une répons argumentée, dès que possible.

    Répondre

  • lattecaldo
    Intéressant mais pas si simple. Les entretiens de recrutement servent à avoir la meilleure connaissance possible du candidat surtout que la procédure de recrutement coûte cher à l'employeur, est capitale pour lui notamment s'il s'agit d'un poste de cadre de haut niveau.
    Etre naturel, décomplexé, reconnaître ses faiblesses, toutes choses que l'expérience et la lucidité confèrent avec l'âge (parfois) plaira à certains recruteurs mais rebutera le l'encadreur qui ne veut que ça, encadrer et contrôler la situation. Il faut à mon avis être dans une position assez élevée dans la hiérarchie pour se permettre de l'intelligence et du détachement. Ne parlons pas d'être brillant. A proscrire
    Exemple : un cadre de haut niveau à qui on avait demandé "comment vous voyez vous à 50 ans " avait répondu "chauve et bedonnant", objectivement drôle mais non apprécié.

    Répondre

  • REMY19
    Soyez naturel... tel que vous êtes... authentique... et surtout enthousiaste et convaincu.
    Si le poste ne nécessite pas une haute technicité ne pas s’appesantir sur le sujet... car le DRH a besoin d'un collaborateur... fiable ,volontaire, disponible avec un esprit "maison"... La technique , le savoir faire , le professionnalisme ...vous devrez de toute façon les apprendre... ils sont spécifiques à chaque entreprise...Surtout pas de curriculum "standard "... !!!

    Répondre

  • tsam
    Excellent article , tout est dit . Le plus important étant de bien cibler ses lacunes ou faiblesses et de tout faire pour les corriger , de son mieux ...

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :