Les questions choc à poser en entretien
Accueil  > Conseils > Conseils candidature > Entretien d'embauche > Les questions choc à poser en entretien

Les questions choc à poser en entretien


En entretien d’embauche, il suffit parfois d’une question pour sortir du lot. Nos experts vous proposent huit pistes qui peuvent faire la différence.

[Article mis à jour le 22/11/2013]

  

Montrer un intérêt réel pour l’entreprise

 

1. « Quels sont les chantiers prioritaires de l’entreprise cette année ? »

Touché. Premier commandement livré par Hervé Bommelaer pour marquer des points auprès d’un recruteur : poser des questions sur l’activité de l’entreprise. « Pour vous démarquer, avant l’entretien, vous devez réviser et connaître l’actualité, la culture et l’ADN de la société », insiste ce consultant en outplacement auteur du guide Décrocher un nouveau poste.

2. « Ce qui se dit au sujet de votre engagement en faveur de la diversité est-il exact ? »

S’intéresser aux valeurs de l’entreprise est toujours payant. Variante : « Vos actions en faveur de l’égalité hommes-femmes sont-elles toujours d’actualité ? » Nul ne doute, avec de telles questions, que vous n’avez pas envoyé votre candidature par hasard. Non seulement vous maîtrisez l’actualité de l’entreprise, mais vous reflétez aussi ses valeurs. « Cela montre que l’entreprise est bien perçue par le candidat, confirme Karine Doukhan, directrice associée de Robert Half Management Resources. Et, ne l’oublions pas, les DRH recherchent aussi des gens capables de véhiculer la culture de l’entreprise.

A noter : si possible, « vous devez maîtriser parfaitement l’actu chaude et officielle de l’entreprise visée afin de pouvoir poser des questions du genre : « l’entreprise a de plus en plus de clients particuliers, quels sont les impacts sur mon futur travail de commercial ? », confirme Mustafa Benkalfate, dirigeant du site de coaching Jobtimise.

  

Poser des questions sur les contours du poste

 

3. « Pourquoi avez-vous retenu mon CV ? »

L’idée de déplacer le curseur de l’entretien est suggérée par Daniel Porot, consultant et auteur du livre 101 questions pièges de l’entretien d’embauche. « Plutôt que de dérouler son parcours, le bon candidat est celui qui va faire parler le recruteur. Il est intéressé par votre CV puisque vous êtes là. Alors demandez-lui par exemple quel aspect de votre profil l’intéresse le plus et développez ainsi les points les plus pertinents pour vous démarquer des autres. »

4. « Que devrai-je faire pour que vous me disiez dans 6 mois que j’ai réussi ? »

On doit cette question à Yves Maire du Poset. Auteur du livre Réussir votre entretien de recrutement, le Président du cabinet Piloter ma carrière invite ses clients à poser des questions techniques et opérationnelles pour mieux se projeter dans le poste. « Le but du recrutement est de dépanner votre interlocuteur ici et maintenant. En le sondant sur ses attentes précises et sur les contours du poste, vous démontrez déjà votre implication. » Variantes proposées : « À quoi jugerez-vous que le poste a été bien pris en main ? » ou « Quel sera le rythme de mes rencontres avec mon N+1 ? »

Se positionner sur le long terme

 

5. « Comment a évolué la personne qui occupait ce poste avant ? »

Pour Hervé Bommelaer, demander des nouvelles de son prédécesseur quand on convoite un poste est toujours pertinent… à condition de s’assurer qu’elles sont bonnes. « Une rapide pré-enquête s’impose. S’il est parti en mauvais termes, oubliez. Mais s’il a été promu, vous pouvez aussi poser une question du genre : « Comment X se plaît-il à son nouveau poste de, etc. » C’est encore une façon flatteuse de montrer son intérêt pour le job. »

6. « Y a-t-il un programme d’évolution interne au sein de l’entreprise ? »

Et parce qu’un recrutement est un pari parfois long et couteux pour le DRH, Mustafa Benkalfate invite les candidats à se positionner d’emblée sur du long terme. « Les questions liées à l’évolution de carrière comme « Dois-je me former à de nouvelles techniques au fur et à mesure? » permettent au recruteur d’apprécier l’implication du candidat », observe le coach.

Anticiper la suite du process de recrutement

  

7. « Aimeriez-vous discuter avec mon ancien directeur ? »

Ou, plus simplement, de façon proactive, demandez : « Voulez-vous des références ? » Pourquoi ne pas devancer une éventuelle demande du recruteur, donner une image positive de votre parcours et prendre la main sur l’entretien ? « Soyez sans inquiétude et préparez une petite liste que vous pourrez communiquer à la demande », recommande Jean-Yves Arrivé, responsable de l’activité coaching chez Co’acting et auteur du guide Les 50 règles d’or de l’entretien d’embauche.

8. « Quand nous reverrons-nous ? »

Reste enfin à garder la main sur le processus de recrutement. « Vous ne voulez pas quitter votre interlocuteur sans une échéance, conclut Yves Maire du Poset. Il vous faut garder le contrôle de l’entretien jusqu’à la fin. » Projetez-vous dans l’étape suivante avec une ultime question du genre : « Quelle est la suite du processus de recrutement ? » Ou mieux : « M’autorisez-vous à vous rappeler en début de semaine prochaine ? »

 

Céline Chaudeau © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • La Mère Denis
    Parlez de vos "compétences" qui seraient transposables dans votre nouveau poste.

    Répondre

  • La Mère Denis
    Une question qui est "formules sémantiquement vides de sens " n'est posée que par des personnes de même nature. Des recruteurs plus près du père fouettard, que de la recherche de compétences pures. Et les gens"sémantiquement vides de sens" sont très heureux en entreprises, ils s'éclatent même, puisque les "responsables" ne demandent que des personne de cet acabit.

    Répondre

  • La Mère Denis
    Je confirme que le passage à la cantine est un très bon signe. Au restaurant, c'est encore meilleur signe, pour avoir vécu les deux situations.

    Répondre

  • La Mère Denis
    Comme cela il est inutile de perdre du temps avec les canards boiteux. C'est déjà une vertu d'entreprise de ne pas perdre de temps, puisque "time is money".

    Répondre

  • wild
    que dois Je répondre si l'on me pose là question : "quelle est votre prétention salariale"??

    Répondre

  • poupoune
    question 5 et 6 : à double tranchant ! car l'employeur peut être mal à l'aise, je le sais par expérience. Demander à un employeur les raisons du départ de la personne qui occupait le poste pose parfois un problème... et provoque une réponse embarrassée qui se veut rassurante.

    Parler d'évolution aussi n'est pas toujours bien, ça peut envoyer le message que vous êtes ambitieux (c'est souvent un gros mot l'ambition) ou que vous ne tenez pas en place (électron libre en sorte, donc problème)

    Ceci dit, pour avoir déjà posé des questions qui dérangent, je ne regrette pas ! On est ainsi tout de suite fixé sur l'employeur, le poste et l'entreprise.

    Répondre

  • olivier
    Bon article.. Sauf sur la diversité.. On touche là au politique. C'est une question qui peut être très mal perçue par beaucoup d'interlocuteurs.
    Grosso modo en tant que recruteur, je vois là la question d'un activiste de gauche qui va encore nous "mettre le b...el" au bout de 3 jours en réclamant des mesures en faveur des minorités.
    Dans les administrations et grands groupes socialisant cela peut être bien vu... mais pas dans mon domaine.

    Répondre

  • malateste
    En general, le pauvre gars est une boule de nerfs. J'en ai vu un tomber dans les pommes devant moi
    Je commençais par presenter ma division et ses activités
    Question "Qu"en pensez vous ?"
    Reponse "Ben, ch'sais pas"
    Si au bout de dix minutes onvous dit "Merci, on vous contactera " c'est foutu
    Si ça se prolonge , si on vous pose des questions de plus en plus pointues , c'est qu'on s'interesse à vous , qu'on veut connaitre vous limites. Si ensuite, on vous invite à la cantine, c'est bien parti

    Répondre

  • Cricri83
    Est-ce que tous ces coachs, consultants, recruteurs, responsables de ceci, directeurs de cela n'auraient pas plutôt des solutions pour faire baisser le nombre de demandeurs d'emploi, au lieu de passer des heures à enfoncer des portes ouvertes avec des formules sémantiquement vides de sens et des conseils qui, les chiffres sont là pour en attester, n'ont aucun impact sur la courbe (ascendante) du chômage ???

    Répondre

  • Marine
    Bonsoir,


    est-il devenu sain de poser une question concernant le stress dans l'entreprise qui recrute !!!

    Après tout ce que l'on voit et entend, vit d'expérience,..., il serait bon de poser tout de go au recruteur (ne serait-ce que pour voir sa tête... et sa réaction ou maîtrise de la situation) : est-ce qu'il fait bon vivre dans ladite entreprise ?

    Ce ne serait qu'un juste pendant aux questions intrusives que l'on s'entend parfois poser en entretien de recrutement (côté salarié, j'entends).

    Allez, encore un peu de courage pour revenir sur la terre ferme !

    Merci de publier.

    Répondre