Modèle de lettre de motivation chargé d'études
Accueil  > Conseils > Conseils candidature > Lettre de motivation > Modèles de lettre de motivation > Modèle de lettre de motivation chargé d'études

Modèle de lettre de motivation chargé d'études


Par Sylvia Di Pasquale - Michel Holtz, Cadremploi | Réaction (5)

Madame, Monsieur,

L'analyse stratégique, l'étude de l'organisation commerciale et logistique ainsi que la gestion de projet, sont au de mon projet professionnel. Ils ont constitué la spécialisation de mon cycle d'études et sont au de ma fonction professionnelle depuis 2 ans.

La polyvalence de mon profil,l'intérêt que je porte au secteur industriel et les perspectives d'évolution et de mobilité interne sectorielle et géographique que peut offrir un grand groupe, m'engagent à vous contacter pour une fonction au sein d'une de vos équipes c'est la raison pour laquelle je vous adresse ci-joint mes références.

Je souhaite en effet mettre à votre disposition, dans le cadre d'une mission que vous me confieriez, mes connaissances théoriques acquises au cours de ma formation et stages ainsi que mon expérience de en management de projet durant ces 2 dernières années.

Je vous remercie de toute l'attention que vous porterez à ma demande, et souhaiterais avoir prochainement une entrevue avec vous.

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes plus sincères salutations.

Prénom Nom

,

Fautes flagrantes:

  • « mes connaissances théoriques acquises au cours de ma formation et des stages [?] » Cette phrase fourre-tout est mal bâtie. Il faudrait écrire « et mes compétences acquises lors de stages ».

 

  • « chargée de mission » : le nom d'une fonction ne prend pas de guillemets, d'autant plus qu'ils ont pour effet ici de minorer l'affirmation, comme si la candidate n'était pas vraiment chargée de mission, ou ne se considérait pas comme telle, ou n'était pas considérée comme telle?


Impression générale
:

Pour une annonce de chargé d'études, un recruteur reçoit une centaine de candidatures. Rien dans cette lettre (ni dans le CV joint d'ailleurs) ne permet au destinataire d'évaluer ce que cette candidate peut apporter à l'entreprise qu'elle démarche.

Introduction:

En accroche, il faut éviter de lister trois domaines de spécialité à la suite. C'est très lourd dans une première phrase.

Corps du texte
:

Des affirmations sans éléments de preuves : voici le principal défaut de cette lettre. La candidate s'affirme polyvalente, mais ne précise rien à ce sujet. De plus, elle justifie son envie de postuler par le fait qu'il s'agit d'un grand groupe offrant des perspectives d'évolution : ce n'est pas très original. Pas un mot sur le choix de cette entreprise en particulier. Elle signale avoir fait des stages, mais le CV l'indique également. On aurait voulu savoir quelles missions elle a réalisées et des détails concrets sur la façon dont elle les a menées à bien.

Conclusion


Cette lettre doit être entièrement remaniée de façon à mettre en valeur les compétences acquises par la candidate. En l'état, aucun recruteur ne prendra la peine de la recevoir.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Fid
    Depuis bien des années, l'essentiel n'est ni le savoir, ni le savoir faire, mais le faire valoir.
    Passez donc plus de temps à faire croire à votre hiérarchie que vous êtes bon, plutôt qu'à croire que vous pouvez faire ce qui est bon.

    Crise ou pas, votre employeur vous licenciera s'il en a besoin! Ceci ne relève pas d'un esprit négatif ou pessimiste, mais du réalisme managérial.

    Répondre

  • Galan
    Utiliser le DIF quand on fait que de l'intérim relève de l'impossible.
    Et pourtant c'est en ce moment de crise qu'il faudrait se former encore plus.

    Répondre

  • Stephanie
    Utiliser le DIF, c'est facile à dire - mais c'est oublier que les entreprises peuvent refuser sans motif, et que la crise est une bonne excuse pour geler tous les budgets de formation en externe.

    Répondre

  • BLANCHE
    Tout ça c'est de la foutaise

    Répondre

  • Martin Jacques-Antoine
    En cas de crise le bon leader sort du lot en redoublant d'énergie et d'initiatives. Tout en gardant les pieds sur terre, pas de méthode Coué à l'extrême, il passerait alors pour un rêveur; il empoigne le "change management" avec force et positivisme et fait bouger les choses pour ses collaborateurs, pour son entreprise et finalement pour lui-même aussi. La crise, un bon moment pour relire et appliquer quelques principes simples de QUI A PIQUE MON FROMAGE! A vous de jouer ...

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :