Appelle l'Haïti
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Appelle l'Haïti

Appelle l'Haïti


Ce matin, notre DRHache doit faire face à un problème informatique a priori insoluble... qu'il finira par résoudre. Il sait tout faire, le DRHache.

Lundi matin, confronté à l'un des trente huit problèmes qui forment mon quotidien - en l'occurrence savoir si ma nouvelle carte baillepasse incrementée IPKIX me donnait accès à ma messagerie sans avoir à taper mon huitième mot de passe (session, connexion intranet, connexion aztec, connexion clavier, connexion urban, connexion internet, accès a vos données personnelles, connexion gestion des mots de passe) - je me retrouve confronté à un mur (pas Facebook, l'accès en est interdit par des firewall qui feraient rougir une caserne de pompier).

Si vous n'avez rien compris à ce qui précède, c'est que j'ai pour l'instant réussi ma mission.

Pris d'une angoisse existentielle, je vais trainer du côté de la machine à café, ou mon assistante est en train de discuter avec une copine. L'air de rien et tentant de prendre l'air le plus serein possible, je résume en langage entreprise le paragraphe ci dessus, en émettant de forts signaux de détresse, afin qu'elle me sorte de mon ignorance et de ma tourbière.

La bonne Pauline me regarde d'un œil amusé, sous entendant la maitrise des technologies bureautiques qui fait l'apanage des chevilles ouvrières que sont les bonnes assistantes - mais bon faut qu'elle arrête de se la jouer, parce qu'au bout de quelques secondes elle me confesse une ignorance crasse sur le sujet oh combien passionnant que je lui ai confié -.

Piteux, je retourne donc à mon bureau et voici ma boss qui m'appelle pour me poser une colle dont je lui fournirai la réponse dans quelques heures. J'en profite pour lui poser la même question, à laquelle elle me répond immédiatement :

"Appelle l'Haïti. "

Et là, j'avoue, je suis totalement paumé.

Qui, en Haïti, va bien pouvoir m'aider ?

Essaye-t-elle de me faire passer un message sur le coté déshumanisé de l'entreprise ? Commence-t-elle a être exaspérée par mon amateurisme professionnel ? Va-t-elle tout plaquer pour aider les victimes du choléra suite au tremblement de terre ?

Je passe trois ou quatre secondes (c'est long) à balancer des itérations tout azimut pour comprendre le lien entre mon problème informatique de la cinquième génération et Haïti.

Et puis je trouve.

Mais le cheminement est particulièrement tordu.

Je commence à me demander qui elle aurait bien pu me conseiller d'appeler. Mon esprit embrumé du petit matin blême finit par s'arrêter sur les équipes de support informatique. Dans un deuxième temps, je me dis qu'on a dû les délocaliser en Haïti, dans la logique des call center ou tous les marocains s'appellent Maurice.

Puis j'ai l'éclair de vivacité qui me caractérise :

L' I T. En anglais, information and technologie, aie tea, ail ti, heil TEE, le support informatique.

La semaine va être longue.

Le DRHache © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Le DRHache
    Jeanne, quand vous parlez de pause au cabinet, vous signifiez bien sur que vous êtes avocate ou quelque chose comme ça ?

    Répondre

  • Jeanne
    rhalala quel bonheur de vous lire DRH, votre histoire nous a offert une agréable pause au cabinet. Continuez, ça nous apporte les quelques grammes de finesse indispensables à ce monde de brutes !

    Répondre

  • Le DRHache
    @ Planchamp. Pas faux sur le peu de pertinence rh, mais je ne l'avais jamais entendu cela dit. J'aime bien les cadres dits namiques en revanche. Cela dit aussi, la chronique est censée parler de la vie de bureau, et dépasser un peu les aspects rh purs, il y a aussi de l'historiette et on peut bien être léger une fois de temps en temps.

    J'appelle l'haïti et commets un papier
    Maitre Planchanp bougonne et veut me mettre à pied
    Voudrait-il que l'on cesse,
    Que l'on aille a confesse ?

    Répondre

  • Le DRHache
    @ Planchamp. Pas faux sur le peu de pertinence rh, mais je ne l'avais jamais entendu cela dit. J'aime bien les cadres dits namiques en revanche. Cela dit aussi, la chronique est censée parler de la vie de bureau, et dépasser un peu les aspects rh purs, il y a aussi de l'historiette et on peut bien être léger une fois de temps en temps.

    - J'appelle l'haïti et commets un papier
    - Maitre Planchanp bougonne et veut me mettre à pied
    - Voudrait-il que l'on cesse,
    - Que l'on aille a confesse ?

    Répondre

  • Sylvia Di Pasquale, r
    @ Planchamp. Bon, je transmets votre remarque au DRHache... Je lui demande de ressortir sa Hache. Vous êtes sûr, sûr, sûr ? OK, c'est parti.

    Répondre

  • Planchamp
    C'est moyen... Ce 'joke' fait le tour des bureaux depuis une éternité (au moins depuis que les 'cadres dits namiques' se targuent de fleurir leur 'jargonning' d'anglo-technical acronyms !) Et quel rapport avec la/e HACHE du DR ?

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :