Au secours, on m'offre un coach !
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Au secours, on m'offre un coach !

Au secours, on m'offre un coach !


On vous propose un coaching. La pratique vous paraissant obscure vous vous montrez réticent. Ni psychothérapie, ni mise au pas, le coaching peut se révéler bénéfique. Si vous jouer le jeu, évidemment.

Pourquoi proposer un coaching ?

Votre boss vient de vous proposer un accompagnement personnalisé par un coach. Inutile de prétexter un emploi du temps trop chargé ou un déplacement de longue durée pour refuser. La simple idée de devoir vous entretenir avec cet inconnu au métier selon vous mal défini vous fait peur ? Démystifiez d'abord. Essayez de comprendre pourquoi l'on vous offre cette opportunité. Se faire coacher ne signifie pas forcément que l'on a un problème à résoudre.

La technique, certes, vise souvent à aider les cadres à mieux communiquer ou à mieux manager. Mais elle est aussi utilisée pour développer leurs compétences ou bien les aider à gérer le changement - fusions/acquisition, expatriation ou encore prise de nouvelles responsabilités. Plutôt rassurant : si l'on investit ainsi sur votre personne, c'est que vous faites partie des cadres à potentiel ou des fonctions clés de l'entreprise.

Un coach, pas un psy

Un bon coach ne doit pas non plus être votre psy. Ces professionnels vous font, il est vrai, beaucoup parler (pendant une dizaine de séances), mais c'est pour mieux vous conseiller. Leurs questions doivent se limiter à la sphère professionnelle et obéir à une technique bien précise : la détection de vos problèmes ou inquiétudes, de leur cause, puis la fixation d'objectifs, et la mise en place d'une stratégie pour les atteindre. Et quel que soit le contenu de vos échanges, celui-ci doit rester strictement confidentiel, c'est-à-dire qu'il ne doit en aucun cas remonter aux oreilles de votre chef, ni à celles de votre DRH, sauf accord préalable avec vous.

Sachez enfin que la méthode fonctionne seulement si vous jouez le jeu, en y participant de manière active. Pour quels résultats à la fin ? Le coaching n'est pas une formation. N'en attendez pas une promotion éclair, encore moins une augmentation, mais plutôt un moyen de mettre à profit vos compétences. Une satisfaction dans un premier temps personnelle, qui peut s'avérer payante à moyen terme.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Guillaume QUINTIN
    Absolument en phase avec ma consoeur, j'ajouterais tout de même que le rôle du Coach n'est pas, comme vous l'écrivez, de \conseiller\" son client, mais bien de l'accompagner à trouver les bonnes solutions et les moyens de les mettre en œuvre.
    En revanche il est exact que le Coach pose beaucoup de questions: le but est de comprendre le mode de fonctionnement, la "vision du monde" de son coaché afin de se les approprier et éviter de calquer ses propres représentations sur son coaché et ainsi respecter un des fondements de la posture de coach: le non-jugement.
    Le deuxième pilier du coaching, c'est la Bienveillance: le Coach doit "veiller au bien" de son client ... Encore une fois, et on rejoint le point précédant, non pas en fonction de ce qu'il croit bon, mais en fonction de ce que son coaché SAIT de ce qui est bon pour lui!...

    Guillaume QUINTIN
    Coach Professionel Certifié

    Répondre

  • Corinne PYREE
    bonjour, quelques petites précisions sur le processus de coaching.C\'est en effet un moyen qu\'une entreprise peut mettre à la disposition de ses employés pour améliorer leurs performances. C\'est pour cela que la partie \"fixation d\'objectifs\" doit venir d\'abord: ceux de l\'entreprise, ceux du salarié. Chacun doit être au clair sur le pourquoi du coaching et les effets envisagés. Par ailleurs, même si le salarié n\'a pas vraiment la possibilité de refuser un coaching (comme l\'article semble l\'indiquer), la pratique veut qu\'il puisse \"choisir\" son coach parmi au moins trois professionnels pressentis par son entreprise. Une alliance doit s\'opérer entre coach et coaché, même si l\'entreprise reste le commandataire. Surtout, ce qui aide à \"démystifier\" le coaching, c\'est la/les réunion/s tripartite/s entre le coach, le représentant de l\'entreprise et le coaché au cours de laquelle tous ces points doivent être abordés.
    Corinne PYREE, coach

    Répondre