Avez-vous besoin d'un coach ?
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Avez-vous besoin d'un coach ?

Avez-vous besoin d'un coach ?


Vous avez du mal à déléguer, vous venez d'être promu directeur de business unit et l'enjeu vous rattrape au point de vous tétaniser ? Ne soyez pas surprise si votre employeur vous propose un coaching. Cet accompagnement est fait pour vous aider à adopter les bons comportements face à des situations données. Explications.

C'est pour qui ?

« Même si c'est en train de se démocratiser, les entreprises réservent le coaching aux managers et aux cadres dirigeants », relève Pascal Domont, coach professionnel et président de la Société française de coaching. Attention, un coaching ne peut pas vous être imposé. « De tout façon, pour que cela fonctionne, il faut que le coaché et le coach soient volontaires et qu'ils aient envie de travailler ensemble », ajoute-t-il.

Un coach pour quoi faire ?

Le recours à un coach est recommandé en cas de prise de nouveau poste, de management d'équipe, de projet important. Mais aussi en cas de blocage récurrent dans une situation donnée. Par exemple une impossibilité de décider, une incapacité à s'exprimer en public, à manager sans stress.... « Cela permet au coaché de mieux utiliser son potentiel, de donner le meilleur de lui-même et donc de booster sa carrière », observe Patrick Marchand, coach au sein du cabinet Menway .

Ca se passe où ?

En règle générale, les séances se déroulent en dehors de l'entreprise, dans le cabinet du coach. Et ce, afin de permettre au coaché de prendre le recul nécessaire.

Comment se déroule une séance ?

Le coaché vient avec un cas concret, par exemple son incapacité à trancher la veille sur tel dossier ou encore sa prochaine prise de fonction dans un comité de direction. Le coach l'interroge alors sur ce qui s'est réellement passé ou sur la façon dont il appréhende sa nomination afin de le faire se questionner sur son comportement. Pour cela, le coach utilise le questionnement ou des mises en situation. Il dispose également d'une batterie d'outils basés sur la programmation neuro-linguistique (PNL), l'analyse transactionnelle (AT)...

Le coach va l'aider à trouver ses propres solutions sans lui délivrer de conseils prêts à l'emploi. Sinon, c'est l'échec assuré car le coaché ne sera jamais réellement autonome. Il se peut que d'une séance à l'autre, le coaché ait des exercices ou des actions à mener pour le rendez-vous suivant.

Quelle durée ?

Entre 4 à 9 mois à raison de 1h30 à 2 heures tous les 2 ou 3 semaines. « Il ne faut que cela dure plus longtemps car on vise un résultat et l'autonomie de la personne. Ce n'est pas une psychothérapie », insiste Patrick Marchand. A noter que les séances de coaching professionnel se déroulent durant le temps... de travail. Cela fait partie de votre job.

Qui paie ?

A de rares exceptions près, le coaching est à l'initiative de l'employeur, c'est donc à lui d'en payer la note. Pour info, ce type d'accompagnement est facturé entre 7 000 et 10 000 euros. Plus le coaché est haut placé, plus l'addition est salée. Si vous entreprenez un coaching à titre personnel, c'est évidemment à vous de payer. A noter que certains étudiants en coaching proposent des séances gratuites. Toutefois attention ils sont formation donc pas toujours très rompus aux méthodes de coaching.

La confidentialité ?

La confidentialité fait partie du code déontologie des coachs. Donc tout ce qui se dit dans le cabinet ne peut être restitué à l'employeur.

Coaching et psy, même combat ?

Non un coach n'est pas un psy. Les coachs s'intéressent au présent et au futur, au comment et pas au pourquoi. Les psys s'occupent eux du passé.

Coaching et chômage, bon ménage ?

Oui pourquoi pas. Mais attention à ne pas confondre outplacement et coaching. Dans le premier cas, il s'agit d'un accompagnement pour bâtir votre projet professionnel assorti des conseils d'un consultant. Dans l'autre, vous travaillerez sur vos comportements, sur l'estime de soi, la confiance en soi... En résumé, un coach ne vous donnera pas des tuyaux pour retrouver un job. Ne vous trompez donc pas d'objectif.

 

Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

 

Autre article du dossier :

Choisir le bon coach : comment faire



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :