Comment recadrer un Y ?
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Comment recadrer un Y ?

Comment recadrer un Y ?


Très investi dans son boulot la génération Y n'évite pas quelques petits dérapages qui méritent évidemment de les recadrer. Revue de situations.

Un Y embauche un matin à midi : ne lui parlez pas d'indécence vis-à-vis des autres salariés. Fidèle à sa logique individualiste, le Y vous répondra que les autres sont libres de leurs agissements, mais que lui aussi. « Mieux vaut d'abord souligner que l'on a apprécié son implication tardive de la semaine passée, mais que la décision d'arriver plus tard ce jour-ci ne se prend pas seul. Que pour le respect de l'organisation de l'équipe, il aurait du vous en parler avant », conseille Cyril Capel, directeur et associé du cabinet de recrutement CCLD.

Un Y règle ses problèmes d'intendance perso sur son lieu de travail : il passe des coups de fil perso, envoie des SMS à ses amis, réserve ses places de théâtre durant la journée... Au préalable, sachez que cette génération ramène plus souvent la maison au boulot que l'inverse. « Inutile de faire verrouiller l'accès à internet, vous vous exposez au clash car cette génération va de suite comparer sa situation à celle de ces copains œuvrant dans d'autres entreprises. Vous ne feriez que créer de la frustration », argumente Thibault Lanxade, auteur de « Jeunes et entreprise : réussir la connexion ». Pour eux tous ces outils ne font pas d'intrusion dans la vie professionnelle, ils font tout simplement partie de la vie. Impossible d'y échapper. A vous de vous adapter. Et pourquoi pas de suivre la règle des « 70-20-10 » de l'ancien CEO de Google. « Dans une journée de travail, on concentre 70 % de son temps sur le « core business », 20 % à des tâches subalternes et 10 % à faire des choses complètement déconnectées de son job » suggère Jocelyn Rémy, de Seyes Consulting.

Un Y vous inonde de mails parfois cinglants : pas question de lui répondre par mail sur le même ton. Privilégiez les relations personnelles formelles ou pas. « Cette prise de recul du manager sera perçue par le jeune collaborateur comme un signe de maturité. Il gagnera donc en respect », souligne Cyril Capel. A vous ensuite de l'écouter et de lui rappeler qu'il n'est pas seul dans votre équipe et, qu'au même titre que les autres, vous lui consacrez des temps d'écoute forts et des temps d'écoute plus faibles.

Un Y ne bosse pas suffisamment à vos yeux : n'allez pas lui dire qu'il ne travaille pas assez. Dites lui plutôt que sa gestion du temps n'est pas optimale et apportez lui une astuce pour l'optimiser. Les Y sont friands de conseils rapides à mettre en œuvre.

Un Y aime se faire mousser en réunion... à tort : ayant une haute opinion d'eux-mêmes, les Y aiment montrer qu'ils savent tout sur tout et qu'ils sont plus malins que les autres. Or, comme les autres, ils leur arrivent de proposer de fausses bonnes idées. Si c'est le cas, reprenez son idée, expliquez lui que vous l'avez déjà expérimentée dans telle situation et qu'elle n'a pas fonctionné. Là encore, vous forcerez son respect.

Un Y vous envoie un SMS à 3 heures du matin pour vous avertir de son absence à la réunion du lendemain matin. Evidemment, vous débutez le meeting sans l'attendre. « En revanche en fin de réunion, il faut lui signaler clairement que vous trouvez super qu'il s'éclate le soir mais, que compte tenu des enjeux de la séance, il devait être présent dès 9 heures », détaille Jocelyn Rémy, président de Seyes Consulting et associé de www.generationy20.com. Pas question de lui dire que c'est un fumiste, car l'envoi d'un SMS à une heure avancée de la nuit prouve tout de même son engagement dans l'entreprise.

 

 

Autres articles du dossier :

Génération Y : mode d'emploi

Manager les Y : les cinq commandements

Comment recadrer un Y ?

Managers : apprenez à fidéliser la génération Y

Les Y vus par eux et les autres

Savez-vous manager des « Y » ?



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • albine
    Les Y qui lisent tout cela et regardent les autres les osculter doivent bien rire . Ce serait intéressant que les Y soient invités à nous parler d'eux-même plutôt que d'autres parlent à leur place, c'est quand même le meilleur moyen d'impliquer tout le monde -eux et les autres- et de favoriser le "travailler ensemble" ; merci donc à Agullo pour son témoignage, je suis très curieuse de savoir comment cette génération se définit par elle-même et envisage son rôle dans le monde d'aujourd'hui et de demain.

    Répondre

  • alisson
    C'est incroyable ! Je suis de cette génération et je ne comprends pas que l'on puisse diffuser des poncifs pareils en 2OO9 : je suis ponctuelle et jamais je ne me suis permise d'avoir ce genre de comportement sur mon lieu de travail. Et je ne suis pas la seule.
    Je suppose que ce genre de description fait plaisir à beaucoup qui pensent que notre génération n'est composée que de petits prétentieux arrogants et qui ont peur des "jeunes"!!!

    La réalité est tout autre : mon vécu et celui de la majorité des gens de mon âge dans mon entourage me font constater que les abus sont énormes par rapport aux générations précédentes (salaires, types de contrats, contrastes entre responsabilités réelles et statut dans l'entreprise, aucune formation ou préparation à l'arrivée dans l'entreprise, gestion de stagiaires qui font le travail que devraient faire des salariés qualifiés etc...) Sans compter les licenciements abusifs qui malheureusement sont nombreux eux aussi !

    Et que doit on dire à cela ? La cause serait le comportement de cette soi-disant génération Y qui doit être « mâtée »?

    En revanche, il y a une chose que je peux vous dire sur notre génération : nous sommes habitués à mordre la poussière et prêts à tout pour nous en sortir. Nous sommes déterminés à construire notre vie professionnelle et personnelle et cela sans demander la permission à personne...
    ça peut faire peur à certains...qui ont tout simplement oublié que cette génération est celle de leurs enfants..!

    Répondre

  • Florian
    Pour ma part je me reconnais assez dans ce qui est écrit... c'est même assez flippant... tout n'est pas très flatteur mais il faut reconnaitre que c'est plutôt ça... même l'anecdote du SMS... et oui... j'ai osé...

    Répondre

  • musicfan_44
    "l'envoi d'un SMS à une heure avancée de la nuit prouve tout de même son engagement dans l'entreprise" : Incroyable de lire des choses pareilles !!! Donc un salarié qui va en boîte jusqu'à 3h du matin un mercredi soir, et réveille son boss en pleine nuit pour dire qu'il sera trop crevé pour venir bosser, c'est un "signe d'implication" ??? Ce qu'il faut pas écrire comme âneries pour vendre des livres... Il ne serait donc pas du tout inconvenant, et même super branché que notre chef nous reveille à 4h du matin pour nous intimer de venir en urgence travailler sur un dossier ?

    Répondre

  • Mekivala
    J'ai lu ce livre il y a quelque temps. Comme la plupart des livres de management écrits par des consultants, c'est une enfilade de recettes, de généralités et de poncifs, ça vaut ce que valent des guides touristiques genre Petit Futé. C'est facile à lire et permet de modifier sa façon de manager certaines situations quotidiennes pas simplement liées à la génération Y. Ca correspond à l'air du temps, précisément Y.
    Un quinqua LOL)))

    Répondre

  • Cristina
    Je me demande comment va gérer une équipe comme cela un dirigeant Y? Va-t-il devenir un X? D'après tout, les dirigeants sont choisis dans la même génération. Espérons qu'ils vont trouver la voie en se mettant à la place de l'autre.

    Répondre

  • Philippe
    Je trouve cela assez conforme à ce que je découvre depuis quelques années chez nos jeunes. Les quadra doivent s'adapter si ils veulent mobiliser ces "Y". Pour ma part, j'apprécie que "l'entreprise commence à comprendre" qu'elle doit s'adapter aux hommes .... Philippe (50ans Consultant-coach et 4 enfants "Y").

    Répondre

  • Sylvain
    Mais comment peut-on à ce point caricatural dans un article ? PourquoiQu'est-ce que c'est que cette soi-disante "génération Y", et pourquoi lui préter autant de comportements infantiles ? La peur du "jeune" certainement.
    J'ai bien l'âge pour faire partie de ce groupe, mais je ne m'amuse pas à écrire n'importe quoi sur...personne en définitive.

    Répondre

  • Floriane
    Je suis assez d'accord sur le fait que c'est un peu caricatural.

    Cependant, je trouve normal que, lorsqu'on se donne à fond dans son travail, on reçoivent un minimum de reconnaissance. D'après les dates, je ne fais pas tout à fait partie des Y, mais effectivement, je me donne à fond, j'attends une certaine reconnaissance, j'attends du respect (que je donne aussi, bien sûr) et j'attends de mes supérieurs qu'ils soient plus compétents que moi. Et lorsque ce n'est pas le cas, je m'en vais. Ce sont eux les perdants, pas moi.

    A qui la faute ? Pour répondre à Tissier, la génération Y a été livré à elle-même (les parents travaillaient, et leurs enfants seront pires), livré à la TV et aux ordinateurs, consoles de jeu. Ils se sont faits leurs opinions du monde tout seuls, les parents n'étant pas assez présents, et les profs ne sont pas là pour éduquer les enfants (et heureusement).
    Bref, le système actuel ne fait aucun cadeau, à quelque niveau que ce soit, pourquoi devraient-ils faire des concessions ?

    Répondre

  • C
    ahurissant que nous soyons arrivés à ce point là mais malheureusement c'est effectivement ce qui se passe mais la vraie question est plutôt, est ce vraiment une génération qui peut se manager car l'individualisme n'est pas la qualité première pour créer un esprit d'équipe !!!

    Répondre