Congé parental : astuces pour réussir son retour
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Congé parental : astuces pour réussir son retour

Congé parental : astuces pour réussir son retour


Pas facile de réussir son come back dans une entreprise après plusieurs années d'absence pour cause de congé parental. Son ancien emploi a parfois disparu. Demander une remise à niveau semble mal vu. Sans parler du parcours du combattant pour passer à temps partiel, Anticiper sa reprise et connaître ses droits sur le bout des doigts permet néanmoins d'aplanir les obstacles.

Le congé parental d'éducation* est rentré dans les mœurs. En 2008, 536 0000 parents (dont 99 % de femmes) ont posé ce long congé. Mais les contentieux entre salariés et employeurs ont également fleuri ces dernières années.


Un mot d'ordre : anticiper

Un retour de congé parental se prépare. Certes, il n'est pas question de garder un fil à la patte quotidien ni de prendre des nouvelles de ses équipes chaque semaine. Sauf si l'on a décidé de prendre un congé à temps partiel. Néanmoins, il n'est pas aberrant de garder le contact une fois par trimestre, au moins par mail. Et quand se profile l'issue de son congé, il est utile d'aller déjeuner avec ses collègues pour prendre la température : « Ce jour-là, j'ai eu des infos sur les nouveaux clients, l'organisation, l'ambiance, etc, se souvient Gaelle, chef de groupe dans une agence de publicité, qui avait pris un congé parental d'un an. J'ai rencontré mon boss dans la foulée. Je précise qu'il est très « famille » et n'a posé aucune condition, ni à mon départ, ni à mon retour. Il m'a sentie toujours aussi investie et m'en a félicité. »
Afin de donner de l'importance à ces démarches individuelles, certaines grandes entreprises commencent à organiser le maintien d'un lien pendant le congé avec les salariés concernés. Elles les invitent aux assemblées générales ou aux pots de départs, ou continuent de leur envoyer les informations internes notamment. Ce genre de mesures est prévu dans la « Charte de parentalité » lancée en avril 2008 et à laquelle adhèrent aujourd'hui 120 entreprises.

Bien connaître ses droits

Le code du travail, avec son article L 122-28-3 du Code du travail, est formel : à l'issu de son congé parental d'éducation, le salarié doit retrouver son précédent emploi ou un emploi similaire assorti d'une rémunération au moins équivalente. Selon Marie-Laure Des Brosses, chargée de la conciliation vie professionnelle/vie familiale au Mouvement mondial des mères de France, « 25 % des personnes obtiennent à leur retour un travail moins intéressant qu'avant leur congé. Mais ce n'est pas toujours intentionnel : le poste peut avoir disparu par exemple ».

Etre prêt à batailler

Ces questions doivent être abordées lors d'un entretien formel avec votre supérieur ou le service des ressources humaines. Quand ils font la sourde oreille, il faut parfois hausser le ton pour obtenir gain de cause : « Mon poste ayant été supprimé, la DRH ne savait pas où me caser parce qu'elle ne connaissait pas mes compétences, témoigne Laurence, responsable des études dans un établissement de crédit. J'ai refusé deux postes avant qu'elle ne me propose un poste réellement « similaire » à mon précédent job. D'ailleurs, merci les entretiens annuels d'évaluation ! C'est grâce à ces traces que j'ai pu argumenter et décrocher un poste à mon niveau. »
Si vos contestations restent lettre morte, et si l'entreprise vous semble faire preuve de discrimination à votre égard, « il vous reste à saisir la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité), l'Inspection du travail, la Médecine du travail, etc. », indique Christine Passagne, conseillère technique et juriste au CNIDFF (Centre national d'information sur les droits des femmes et des familles).

Oser demander un passage à temps partiel

A votre retour, et afin que la transition se fasse en douceur, rien ne vous interdit de demander à travailler à temps partiel. L'employeur n'est pas tenu d'accepter mais Christine Passagne constate que certaines femmes s'autocensurent et n'osent pas le demander : « Il faut que les femmes se déculpabilisent et se disent qu'elles ont des droits malgré le fait que leur contrat a été suspendu pendant plusieurs années. » Pour éviter les refus, la bonne vieille méthode de la solution sur un plateau reste tout de même la martingale du succès : « Ma N+1 refusait mon temps partiel sous prétexte que le service ne tiendrait pas la charge sans moi, se souvient Mélanie, chef d'équipe dans un centre d'appels. Un soir, je lui ai présenté la réorganisation de mon service en 8 slides. Avec l'économie réalisée sur mon salaire, elle passait une de mes collaboratrices adjointe et je la formais à me remplacer le mercredi. Tout le monde y gagnait ; elle a accepté. »

Se former pendant son congé

C'est un droit peu utilisé pendant un congé parental et on imagine aisément pourquoi. Sachez néanmoins qu'il est tout à fait possible de demander à vous former ou de bénéficier d'un bilan de compétences. Lorsque pointe la fin de votre congé, c'est même une idée qui peut vous aider à reprendre pied en douceur avec le monde du travail. C'est une très bonne idée « si le congé a duré plus de 6 mois, estime Christine Passagne, puisque c'est l'occasion de réactualiser ses compétences. » Si vous avez accumulé suffisamment de droits, ce peut être le moment de faire jouer ses heures de DIF.

* Le congé parental en quelques mots
Le congé parental d'éducation permet d'interrompre ou de réduire son activité pendant un an renouvelable deux fois jusqu'aux trois ans de son enfant. Une seule condition est requise : un an d'ancienneté dans l'entreprise à la date de la naissance. L'employeur ne peut refuser votre demande.
A savoir : Lorsque le congé est total, vous n'êtes pas rémunéré, mais vous pouvez percevoir de la Caisse d'allocations familiales le CLCA (Complément de libre choix d'activité) sous certaines conditions de durée d'activité notamment. Existe également le Colca (complément optionnel de libre choix d'activité, valable pour un congé plus court mais mieux rémunéré.

 

Autres articles du dossier :

Congé parental : astuces pour réussir son retour

A quoi ressemble le congé parental dans les autres pays européens ?

Comment j'ai réussi mon retour de congé parental

Congé parental : les contentieux possibles

 



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :