Episode 51 : « Mon avis sur Kerviel »
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Episode 51 : « Mon avis sur Kerviel »

Episode 51 : « Mon avis sur Kerviel »


Vous êtes surgavés de commentaires, réflexions et pseudo-analyses sur l'affaire Kerviel/Société Générale ? On a tellement lu d'aberrations sur le sujet que le DRHache se sent peu coupable d'y rajouter ses propres élucubrations. C'est que ça lui rappelle bien des souvenirs...

De ce qu'on peut en comprendre, Jérôme Kerviel est avant tout essentiellement malhonnête et pas spécialement intelligent.

 

Après avoir passé deux ans à comprendre les rouages de protection mis en place par la banque, il a élaboré des stratégies pour les contourner une fois qu'il était passé du département d'assistance ( middle office) au département d'action ( trader delta one, soit les produits ne comportant pas d'optionalité, donc théoriquement sans effet de levier, donc supposément moins dangereux, on n'ose pas imaginer combien il aurait pu faire perdre sinon).

 

On a pu lire qu'il n'avait pas de limites de risques.

 

Pour avoir été proche des milieux de salle de marché pendant plus de 10 ans, je peux vous dire que c'est faux. Les traders ont toujours des limites de risques individuelles ou collectives. S'il n'avait été soumis à aucune limite de risque, il n'aurait pas eu besoin de faire des faux.

 

On dit que sa hiérarchie était au courant.

 

Voilà un sujet bien gris. Il est évident que sa hiérarchie n'était pas au courant du délire mégalomaniaque dans lequel il était rentré depuis plusieurs mois. Il est également indéniable que toute salle des marchés va pousser les meilleurs à gagner plus, et montrer une certaine flexibilité par rapport aux règles. Le grand danger et la grosse responsabilité de la maison dans cette histoire aura probablement été de considérer JK comme un vrai bon, et de lui laisser plus de latitude.

 

Admettons qu'ils ont payé leurs erreurs, car tous les responsables ont depuis dégagé voie 12, jusqu'à Daniel Bouton himself. Que ce dernier ait eu l'indécence de dire que toute cette histoire avait eu un impact sur son handicap au golf ne mérite - si c'est vrai - qu'un certain mépris et un peu de compassion pour sa grande misère comportementale.

 

Quand Nick Leeson a fait couler la Barings en 1995, il a pris six ans de prison. A Singapour, il n'a pas dû bien se marrer, surtout quand sa femme s'est aperçue qu'il l'avait abondamment trompé du temps de sa splendeur et qu'elle l'a plaqué.

 

Quand à la banque de Phileas Fogg, elle a coulé selon le processus normal de sélection des espèces.Soc Gen n'a pas coulé, mais a pris un bon coup dans l'aile, bien mérité s'ils ont été capables de laisser tout cela se dérouler sous leurs yeux. Si on peut blâmer leur incompétence et une certaine complaisance pour les « gagneuses » (je confirme l'existence de ce genre de terminologie qui donne à tous ces bons bourgeois polytechniciens ou pas l'impression de s'encanailler, et qui date de leur proximité avec d'autres catégories socio professionnelles à l'époque des marchés à la criée), ils restent quand même les victimes, et JK le bourreau de l'éthique.

 

On n'empêchera jamais les braqueurs de banque de trouver de nouvelles façons de percer les coffres, quels que soient les alliages utilisés pour construire les coffres forts.

Mais quand on les attrape il est de bon ton de les mettre à l'ombre, ils se sont donnés suffisamment de lumière imméritée.

Et qu'on m'épargne le coup de l'absence d'enrichissement personnel ; on n'ose imaginer les bonus qu'il aurait eus s'il avait été capable de lisser un peu sa stratégie de dissimulation et réintégré partie de ses gains tous les ans.

Seulement, il n'était pas si malin.

 



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • archer elisabeth
    j'ai travaille 16ans au service back office
    bancaire champ elysée,ce n'esp pas normal que Jerome Kerviel prenne toute le dette sur lui car l'erreur peut se decouvrir au moment de l'echeance des operations si le controle est fait correctement
    qui assume une partie de la dette ok mais la totalite non d'autre personne au'dessus de lui so,t autant responsable .

    Répondre

  • Nathalie
    Je pense que J.K. est un homme intelligent. Alors soit sa hiérarchie n\'a pas été vigilante et donc pas vu les erreurs si erreurs il y avait ... soit tout le monde était au courant et le clash venant la victime était toute trouvée ... Cette technique fait partie des nouvelles méthodes de travail. et pas que dans les banques !

    Répondre

  • Nico
    Ah ben, vous voila donc juge maintenant ?
    Sans avoir eu accès au dossier, sans forcément connaître le contexte particulier de la SocGen, sans avoir rencontré JK, vous avez rendu votre jugement, et publiquement ?
    Le méchant (chan-mé comme dit mon fils), c\'est JK, les gentils (mais maladroits) c\'est la hiérarchie de la SocGen ?
    Tut-tut-tut, restez donc à votre place, celle qui consiste à juger les gens AVANT leur engagement... C\'est déjà suffisamment arbitraire et subjectif pour que vous tentez plutôt d\'y consacrer toute votre énergie...

    Répondre

  • Vincent
    Pour avoir travaillé 10 ans en salle des marchés dont 4 à la SG, je suis convaincu que sa hiérarchie ne savait rien mais qu'elle aurait du se rendre compte du problème bien avant que les positions ne prennent une telle ampleur.
    JK est un pauv' type qui a pété trop haut, sa stratégie de défense est minable, tout comme le dispositif de contrôle interne de la SG à l'époque mais l'insuffisance n'a rien avoir avec la complaisance et encore moins la complicité !

    Répondre

  • Wellers
    Enfin un article public de bon sens, qui explique, brièvement mais justement comment les choses se passent dans une salle. Puissent les juges vous lire, ils ont l'air bien perdus, à force d'entendre tout et son contraire, et je ne suis pas sûr qu'en France, ils aient la culture financière pour comprendre un dixième de ce qui vous semble ainsi qu'à moi une évidence.

    Répondre

  • rellet
    Je ne ais pas qui a écrit cet article, mais c'est surement un peu tot pour "cracher" sur JK. Ne faites pas croire à quiconque que ses supérieurs étaient aveugles !!! il faut un coupable, c'est dans l'air du temps de trouver des coupables dans le milie bancaire ou financier, en voila un tout cru ...

    Répondre