Episode 53 : Il est chef à distance
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Episode 53 : Il est chef à distance

Episode 53 : Il est chef à distance


Manager ses troupes sans les voir, il préfère. « D'un abord plutôt sympathique, sa personnalité l'a poussé à s'éloigner de tous non par mépris mais par souci d'efficacité. » Cette semaine, le DRHache pointe les excès d'un manager devenu misanthrope sans y prendre garde.

 

Il est le maitre cravaté de multiples équipes à travers le monde, et maintient péniblement leur cohérence à coups de procédures, de processus et de procédés. Il a toujours été un bon organisateur, c'est le roi de la structure matricielle que l'on transforme tous les deux ans pour secouer la fourmilière et faire naître de l'énergie.


A force de créer des concepts, ce manager de la distance a fini par perdre la notion du contact humain. Il est invisible non pas à cause de son physique sec de technocrate en costume bleu mais parce qu'il le veut bien, préférant s'enfermer dans ses idées et la façon de faire rentrer les boites dans les trous, les pieds dans les bottes même si elles sont trop petites. D'un abord plutôt sympathique, sa personnalité l'a poussé à s'éloigner de tous non par mépris mais par souci d'efficacité, et cette distance maintenue par le silence et l'inaccessibilité le rend très décevant pour ceux qui ont pu initialement se laisser séduire par son charisme.


Il reste compétent, professionnel et travailleur, mais on est perdu lorsqu'on essaye de percer à jour sa motivation profonde, car il n'est pas inenvisageable qu'il n'y en ait plus, ou du moins qu'à l'instar de certains pans de la culture d'entreprise (voir le théorème du singe déjà cité dans une chronique précédente), il ne sache plus du tout ce qui le fait avancer, et ne se soit pas posé de questions sur lui même depuis longtemps.


Dans une carrière, cette absence totale d'introspection donne une force titanesque mais peut aussi vous conduire dans le mur à 200 kilomètres à l'heure sans prévenir. Il n'en est pas là, et continue à gérer ses process sans se soucier des impacts humains mais dans l'intérêt de l'efficacité, c'est le roi du PERT et sa vie n'est que la quête d'un chemin critique.


Un seul vrai défaut : il est bon élève et se doit de respecter les consignes mieux que tout le monde. Si l'ambiance passe à la rigueur, il va manger des topinambours quand les autres mettent un peu moins de beurre dans leur épinards, c'est Robespierre en costume trois pièces, l'incorruptible bancaire. Il organise un séminaire où il convie les séniors du métier, tous les top managers de France et des plateformes étrangères. Pour une fois, ce séminaire n'aura pas lieu dans notre beau pays, et coutera donc plus cher, mais cette dépense là est budgétée depuis longtemps.


Simplement voila, l'un des hauts responsable de l'activité n'a pas budgété le prix du billet d'avion, et ne peut donc techniquement réserver celui-ci. Il fait donc un mail à notre héros, en s'attendant bien sûr à ce que celui-ci débloque la somme, infinitésimale aux yeux du coût global de l'événement.

Mais ça n'est pas budgété.

Alors le Duc de l'effet de Ciseau, du haut de son clavier, répond par voie électronique.

"too bad".

 



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier