Je veux être choisi... oui, mais...
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Je veux être choisi... oui, mais...

Je veux être choisi... oui, mais...


Il existe un risque non négligeable lorsque l'on postule à un emploi : être choisi... alors que l'on n'est pas fait pour le poste. Certains pensent peut-être que l'essentiel est de décrocher la mission, et qu'ensuite ils s'adapteront. C'est un leurre qui peut être lourd de conséquence.

Il en est des missions comme des rôles au cinéma : le meilleur des acteurs sait très bien qu'il ne réussira jamais dans un contre-emploi. En entreprise l'inadéquation mène, au mieux, à l'absence d'épanouissement, au pire, à l'échec pur et simple.

Alors, me direz-vous, pourquoi s'acharne-t-on à essayer de décrocher un poste s'il ne nous convient pas ? Il peut y avoir trois causes à ce phénomène :

- Il se peut tout d'abord que le poste proposé ait été insuffisamment décrit et que vous ne perceviez pas précisément quel sera votre rôle, dans quel contexte relationnel, selon quel mode de fonctionnement organisationnel. Si vous ne connaissez pas les difficultés inhérentes à la mission, vous ne pouvez pas savoir quels compétences, savoir-être et savoir-faire spécifiques sont nécessaires pour la mener à bien. Vous ne pouvez pas non plus savoir si vous vous y épanouirez.

- Il se peut aussi que vous vous connaissiez finalement assez peu, et que vous soyez peu conscient de vos besoins psychologiques. Vous pouvez par exemple accepter un poste centré sur l'action sans réaliser que vous avez avant tout besoin de vous poser et de réfléchir. C'est pourquoi la connaissance de soi et de sa personnalité est si fondamentale pour réussir sa recherche d'emploi.

- Enfin, ce phénomène peut être induit par le type de relation que vous avez avec le recruteur. En effet, celui-ci cherche à évaluer votre aptitude à exercer la mission à pourvoir. Donc, par son attitude, son questionnement, il induit progressivement une relation dans laquelle vous justifiez votre parcours, vos choix d'études, d'orientation. Plus l'entretien progresse, et plus vous vous retrouvez en position de démontrer que vous avez les compétences et les aptitudes à réussir la mission proposée. Donc vous vous retrouvez en position de vendeur : vous vendez votre candidature.
A partir de ce moment-là, un basculement mental s'est opéré en vous : vous n'achetez plus, vous vendez ; vous n'évaluez plus vos chances de réussite de la mission, vous essayez de convaincre que vous réussirez ; vous n'essayez plus de vous assurer que vous vous y épanouirez, vous cherchez à convaincre que votre futur employeur sera satisfait.
Dans certains cas, selon votre personnalité, le poste pourrait même devenir désirable simplement parce que le décrocher représente un certain défi : vous sentez le recruteur dubitatif quant à vos capacités ? vous allez lui prouver que vous en êtes pourtant bien capable !
Dès lors vous perdez une partie de votre objectivité sur l'intérêt réel que cette mission représente pour vous. Votre attention est focalisée sur l'obtention du poste. Votre énergie est mobilisée pour gagner.

C'est pourquoi, dans tous les cas, il est très utile de :

- Bien vous connaître, savoir comment vous « fonctionnez », savoir dans quelle situation vous donnez le meilleur de vous-même, quelles sont les conditions de votre épanouissement, quels sont pour vous les facteurs d'efficacité ou de stress : savoir quels sont les besoins propres à votre personnalité.

- Prendre le temps de poser beaucoup de questions en entretien et de bien vous renseigner sur le poste, la mission qui sera la vôtre, mais aussi la culture de l'entreprise que vous vous apprêtez à rejoindre, afin de vous assurer que vous pourrez vous y épanouir et réussir. Cela induira d'ailleurs un rapport équilibré avec le recruteur, qui jouera tout à fait en votre faveur.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :