Les 10 clés pour changer de job en interne
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Les 10 clés pour changer de job en interne

Les 10 clés pour changer de job en interne


Vous faites partie des 31% de cadres qui, cette année, souhaitent prendre des dispositions pour changer de métier* ? Une bonne résolution qui peut également se concrétiser au sein de votre entreprise actuelle. Nos conseils pour changer de job en interne.

1 / Changer pour de bonnes raisons

Par exemple une appétence particulière pour le secteur visé, une envie d'un meilleur équilibre vie privée -vie pro, un job plus en phase avec ses valeurs... « On ne change pas de job parce que l'on en a marre du précédent car on risque d'accepter n'importe quoi », insiste Gérard Rodach, directeur de Dalett, cabinet parisien spécialisé dans le développement managérial et l'accompagnement au changement.

2 / Peser le pour et contre

Listez d'un côté les avantages et de l'autre, les inconvénients de votre job actuel et interrogez-vous sur ce que vous êtes réellement prêt à lâcher. Par exemple, vous êtes actuellement un expert reconnu dans votre métier, êtes-vous prêt à perdre cette reconnaissance et à nouveau être considéré comme un débutant ?

3 / Définir un vrai projet professionnel

« l'important est certes le nouveau boulot que vous allez débuter mais aussi celui d'après. Avant de se décider, il faut se projeter dans les 3 / 4 années à venir. Que va-t-on me proposer après ? Un poste de manager ? D'expert », recommande Gérard Rodach. Pour cela, tenter de savoir ce que deviennent les personnes passées par ce boulot avant vous. Ont-elles été promues ou pas ?

4 / Identifier ses compétences actuelles et attendues

Ceci afin de jauger l'écart entre ce que vous savez et ce que vous devrez maîtriser en terme de savoir, de savoir-faire et de savoir être. Cet écart vous fait-il peur ou pas ? Essayer d'estimer combien de temps, il vous faudra pour acquérir ses compétences.

5/ Ecouter le regard des autres

Demander à votre entourage familial mais aussi professionnel, s'il vous imagine dans ce poste. Cela vous aidera à vous projeter

6 / Se confronter à la réalité

Que recouvre exactement le job visé ? Concrètement, quel en sont les enjeux, les contraintes, le quotidien.... Interrogez des pros en interne mais aussi en externe via les réseaux sociaux en ligne. « Attention, cette enquête ne vous confortera peut-être pas dans votre idée. Il faudra alors être capable d'abandonner le projet », prévient Gérard Rodach.

7 / Se faire connaître

Dans les boites, il y a aussi un marché caché de l'emploi. Le meilleur moyen d'être informé des postes à pourvoir reste le réseau. Pour étendre le vôtre, parlez de vous, de vos envies et réalisations à vos collègues immédiats mais aussi aux gens que vous ne croisez qu'en réunion. Quant à ceux que vous ne connaissez que de nom, n'hésitez pas à les mettre en copie de mail. Le jour J, votre nom leur dira alors quelque chose.

8/ Associer ses supérieurs

Leur cacher serait suicidaire, car le moment venu, ils pourraient bloquer votre départ. Profitez de l'entretien annuel d'évaluation pour émettre vos souhaits de changement.

9/ Se préparer à un véritable entretien de recrutement

Rédigez un CV et une lettre de motivation et soyez capable de vous présenter en 3 minutes. Vous apprécierez ainsi la cohérence de votre discours et de votre projet.

10/ « Offrir » ses services

« en interne, un recruteur aura toujours la tentation de sélectionner un candidat ayant déjà fait le job, même partiellement », constate notre expert. Pour cela, n'hésitez à faire vos preuves avant l'heure. Par exemple, vous êtes commercial et briguez un poste de technico-commercial, montrez que certaines fiches produit n'ont plus de secret pour vous. Vous passerez déjà pour un semi-pro !

* Etude Apec-La Tribune, juin 2010.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier