Managez comme un coach
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Managez comme un coach

Managez comme un coach


L'esprit d'équipe n'est pas la seule chose que le sport et l'entreprise doivent avoir en commun. Ces dernières le savent bien et sont de plus en plus nombreuses à faire appel aux sportifs, pour transposer certaines "règles du jeu" dans l'open-space. Exemple avec le rugby.


[Spécial JO - Sotchi 2014, mis à jour le 7/02/14]

Didier Retière se souvient. En 2011, l'entraîneur national chargé de la coordination du secteur Grand Ouest de la Direction technique nationale (DTN) était intervenu à la Chambre de commerce et d'industrie des Hauts-de-Seine. Le but ? Partager ses secrets de coach avec une vingtaine de patrons. Lui ne doute pas que les règles du ballon ovale peuvent inspirer le monde de l'entreprise. « Je leur ai dit que les avants, c'est l'équipe de production. Les 3/4, les commerciaux. Et puis il y a les costauds, les grands et les petits... Tous sont bâtis pour accomplir des tâches différentes. » Sans oublier l'essentiel, à ses yeux : « Il vaut mieux avoir une équipe championne, que des champions », conclut-il.

L'organigramme est... une feuille de match

Sylvaine Pascual, de son côté, est coach d'entreprise chez Ithaque Consulting et fan de rugby. Et cela se voit : « L'esprit d'équipe, on a que ce mot à la bouche en entreprise, voilà un sport où on l'applique vraiment ! », s'enthousiasme-t-elle. Originaire de Perpignan, elle a sa passion chevillée au travail : quand elle intervient auprès de managers, elle compare volontiers l'organigramme d'une entreprise à une feuille de match. « Un bon coach doit savoir définir des rôles précis pour chacun. Mais il veille aussi à travailler collectif. Pour cela, il faut savoir gérer les égos, éviter les jeux de pouvoir et les non-dits pour le bien de l'équipe », explique-t-elle.

Valoriser le collectif, même dans l'échec

Malgré tout, pour cette experte du monde du travail, transposer les méthodes sportives à l'entreprise nécessite quelques aménagements. « C'est exaltant de travailler en équipe. Mais pour que la motivation perdure, il faut à tout prix éviter la dévalorisation ou la stigmatisation en cas d'échec. Comme dans le sport, après une défaite, c'est la stratégie de toute l'équipe qu'on doit analyser. Avec un tel état d'esprit dans l'entreprise, les collaborateurs se sentiraient moins menacés et stressés, et peut-être plus motivés. »

Le respect de l'autre, y compris du concurrent

De là à demander à un salarié de « franchir la ligne d'avantage » pour ses collègues, il n'y a qu'un pas. Fabien Dussarrat, cadre dans le secteur de la communication et passionné de rugby, est séduit par cette solidarité sur le terrain, applicable au monde du travail. « Je pense qu'il s'agit du seul sport où quelqu'un est capable de se sacrifier, de souffrir, d'aller 'au contact' pour son coéquipier, son ami, se retrouvant en difficulté », résume-t-il. Très inspiré par cette discipline, ce jeune salarié, jadis auteur d'un mémoire universitaire sur les valeurs du rugby dans le cadre de son master, se nourrit aussi du « respect de l'autre » au quotidien, « qu'il soit coéquipier, arbitre, supporter ou adversaire ».

Céline Chaudeau © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :