Méditerranée : le télétravail progresse à petits pas
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Méditerranée : le télétravail progresse à petits pas

Méditerranée : le télétravail progresse à petits pas


Malgré l'inauguration récente de télécentres, le télétravail peine à décoller.

Ceux qui pensent que le télétravail est plus développé dans le sud se trompent. Ici, comme ailleurs en France, il ne concerne qu'une petite minorité de cadres.

Il faut dire que la région n'est pas encore totalement couverte par l'Internet haut débit. Dans l'Aude par exemple, certaines zones rurales ne sont pas encore connectées. Les Alpes-Maritimes et l'Hérault sont mieux lotis. Tout comme la Lozère, un département qui a bénéficié d'investissements importants avec la mise en service de « l'autoroute numérique » A 75 qui fait passer la fibre optique.

Des initiatives isolées

Par ailleurs, côté employeurs, les réticences restent encore fortes et il n'y a guère que quelques grands groupes implantés dans la région (France Telecom) ou certaines entreprises du secteur high-tech qui donnent à leurs cadres la possibilité de travailler partiellement à distance.

La SSII Steria (5000 personnes en France) achève d'expérimenter le télétravail sur une quarantaine de cadres, ingénieurs ou fonctionnels, sur tous ses sites de la région sud (Aix entre autres).

L'objectif est notamment d'améliorer l'équilibre vie professionnelle vie privé et de réduire les temps de transport. Un questionnaire vient d'être envoyé aux salariés et aux managers concernés pour faire un bilan après un an de test.

« Ces retours d'expérience vont nous servir à élaborer un accord cadre sur le télétravail, explique Sylvie Verstraeten, la DRH. L'idée est de déployer le dispositif à l'ensemble de la société courant 2011 ».

Les télétravailleurs de la SSII ont un minium d'un an d'ancienneté. Bien intégrés à leur entreprise, ils en connaissent les rouages. Tous ont l'accord de leur manager et ils doivent être présents au siège régional au moins deux jours par semaine.

Des télécentres contre les bouchons

En dehors de ces rares initiatives, on commence à voir sortir de terre les premiers télécentres. L'un vient d'être inauguré à Châteauneuf (06). Baptisé Starteo et financé par les collectivités locales, il peut héberger 34 personnes.

Il est destiné à la fois à des créateurs d'entreprises et à des salariés souhaitant limiter leurs déplacements entre leur domicile de Châteauneuf-Grasse et la zone d'activité de Sofia Antipolis où ils travaillent.

Selon Corinne Pastor, vice-présidente du réseau national des télécentres, cette installation répond à une problématique locale : « les zones littorales deviennent chères et de nombreux cadres vont maintenant habiter plus au nord dans le moyen ou le haut pays. Du coup, les axes routiers nord sud sont souvent saturés, notamment du côté de Sofia et les temps de transport s'allongent. Faire travailler des salariés près de leur domicile au moins une journée par semaine peut résoudre en partie le problème ».

Autre exemple de télécentre récent, celui de Polen (Pôle lozérien d'économie numérique) basé à Mende qui doit offrir aux entreprises locales des solutions de télétravail pour leurs salariés.

Ces installations feront-elles boule de neige ?

D'autres seraient encore en gestation dans la région. Mais leur réussite dépendra surtout de l'implication des entreprises locales. Pour Gérard Vallet, le président de l'ANDT (Association nationale pour le développement du télétravail), « il faut que ces télécentres correspondent à un vrai besoin des employeurs locaux lesquels doivent alors être impliqués en amont de leur création ».



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Pierre Pradal
    Il y a le télétravail, et c'est très bien !
    Il y a aussi des "vrais emplois" basés dans le Sud, et notamment des emplois très qualifiés. par exemple, nous recrutons à Montpellier (autres localisations possibles dans le Sud) des consultants bilingues ayant un profil Masters/IAE + expérience pour réaliser des missions de gestion des risques, audit interne et renforcement des processus. Comme quoi il n'y a pas que Paris pour avoir un job à haut potentiel !

    Répondre

  • Champagne
    J'ai 52 ans, réside en PACA, et travaille via le télétravail avec mon entreprise qui se situe en Belgique.
    Je retourne une fois par mois en Belgique et je reste en contact, pendant ce temps, avec mes clients du sud de la France.
    Le télétravail ne représente que des avantages et je suis disponible.

    Répondre

  • Nicole Turb
    Je vous propose de lire le Manifeste ACTIPOLE21 et de le signer afin de renforcer notre action qui consiste à convaincre les employeurs de l'utilité des télécentres et de leur expliquer en quoi le télétravail peut être une solution adaptée à leurs besoins. Notre action est également en direction des collectivités qui commencent à comprendre l'intérêt de garder leur population sur leur territoire quelques jours par semaine au lieu de subir les départs du matin et les retour le soir de salariés fatigués et stressés.

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :