Rennes, la ville au bout de la ligne
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Rennes, la ville au bout de la ligne

Rennes, la ville au bout de la ligne


Après 9 ans passés à Paris, Thomas Cottereau a décidé d'intégrer le siège rennais de son entreprise. Chez Niji, société de conseils en télécoms, il occupe un poste à la direction du développement. Sa motivation pour s'installer en Ille-et-Vilaine ? Retrouver, dans une ville reconnue deuxième pôle national dans les télécommunications, la qualité de vie suffisante pour élever ses deux enfants.

Avantages de la ville : « Dans les télécoms, 90 % des activités se passent à Paris.... et les 10 % restantes à Rennes. A la naissance de notre deuxième enfant, ma femme et moi n'imaginions plus subir le stress parisien. C'est donc tout naturellement que nous sommes venus ici. La vie nous apparaît autrement plus facile : je mets dix minutes pour aller au bureau et, comme tout le monde, j'y arrive plus détendu et plus disponible. D'ailleurs, je retrouve à Rennes l'ouverture d'esprit et l'accueil chaleureux que je n'avais jusque là connus que dans le Nord. En un an, on s'est fait suffisamment de connaissances pour des apéritifs réguliers ! »

Inconvénients de la ville  : « Le tissus économique reste moins fort qu'à la capitale et je suis obligé de remonter régulièrement à Paris. Par ailleurs, les mentalités mettent du temps à changer et faire comprendre à mes clients parisiens que je travaille leurs dossiers depuis Rennes est parfois un peu compliqué. Ceci dit, je commence à susciter l'envie de certains d'entre eux... »

Le conseil de Thomas Cottereau : Le conseil de Thomas Cottereau : « Oubliez la longère en rase campagne... et optez pour l'installation en centre-ville, tout près de la gare ! Travailler à Rennes demande d'avoir beaucoup de mobilité et les allers-retours à Paris sont nombreux. Mais rassurez-vous : avec le TGV, le trajet se fait en deux heures... et c'est beaucoup plus confortable que le RER ! »


 



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier