Seniors : Faites tomber les préjugés
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Seniors : Faites tomber les préjugés

Seniors : Faites tomber les préjugés


Les chiffres sont édifiants. A compétences égales, un candidat cadre senior (48-50 ans) a trois fois moins de chances d'être convoqué à un entretien d'embauche qu'un candidat âgé de 28-30 ans, selon l'Observatoire des discriminations. Pas étonnant qu'en France l'âge soit le premier motif de discrimination à l'embauche. Dans ce contexte, comment tirer son épingle du jeu ? Jacques Garancher, associé du cabinet de conseil en recrutement rennais Theodore Search et membre de A compétence égale*, nous distille ses conseils.

Les choses ont-elles évolué en matière d'emploi des seniors ?

L'âge demeure l'un des premiers critères de discrimination. Cela dit, il y a 10 ans, la barrière se situait à 45 ans, aujourd'hui c'est au-dessus de 55 ans que la courbe de l'emploi chute. 80 à 90 % des discriminations dans les recrutements se font à la lecture du CV (âge, origine, lieu de résidence...) et 80 % des préjugés disparaissent lors de l'entretien. Tout l'enjeu consiste donc à faire tomber les préjugés.

De quelle manière ?

Beaucoup de seniors se discriminent eux-mêmes en ne répondant pas aux annonces. Ce n'est pas parce qu'il est marqué 10 à 15 ans d'expérience en contrôle de gestion, qu'avec 20 ans d'expérience ou plus, on ne peut pas postuler. Il ne faut pas se disqualifier par rapport aux termes d'une annonce ou se bloquer sur une image, une impression. Exemple : c'est une entreprise jeune, donc ils recherchent des jeunes. Un salarié plus expérimenté pourra apporter de la stabilité à l'organisation. Mais attention, répondre aux annonces ne suffit pas. Il faut être visible. Les services RH utilisent beaucoup les réseaux sociaux, les seniors trop peu. Les réseaux sont pourtant un excellent moyen de se faire connaître, profitez-en.

Comment rédiger son CV et se présenter lors de l'entretien ?

Soyez transparent. Ne masquez pas votre date de naissance ou l'année d'obtention de votre premier diplôme. Sans noyer le recruteur sous les informations, faites ressortir deux ou trois expériences fortes, mais sans rien cacher. Un CV flou, sans date, crée le doute dans l'esprit du recruteur. Comme vous, il ne prendra pas de risque et l'écartera. Lors de l'entretien, même transparence. Tout peut s'expliquer dans un parcours. C'est cette capacité d'explication qui fera la différence. Et comme tout candidat, mettez en avant vos compétences, vos expériences, vos réussites. Sachez préciser les raisons de vos échecs si on vous les demande. Bref, vendez-vous. Surtout ne partez pas battu. Soyez fier, mais sans arrogance.

* cabinets de conseil en recrutement engagés dans la lutte pour l'égalité des chances



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • POTIN
    Bonjour, pour vous la date de naissance n'est pas à cacher sur son CV;pourtant lors de C.S à des entreprises, avec des amis quincas, sur 6 personnes 3 ont été contactées par la DRH (âge non communiqué)et ont obtenu RV avec les sociétés.Petit échantillon certes, mais les sondages vont dans le sens de la discrimation / âge, postes administratifs, commerciaux,...Merci

    Répondre

  • Philippe
    La crise est impitoyable pour autant, il est nécessaire que les dirigeants de sociétés et les recruteurs (cabinet de recrutement) prennent bien en considération que les personnes de cet age ne sont pas à mettre de côté. En effet, ils peuvent être un atout pour la stabilité et la prise de hauteur de vue lié à des situations que des profils plus jeunes pourraient ne pas intégrer. La qualité est aussi un point important, car il est nécessaire que les nouveaux arrivant puissent avoir des références qu'ils n'ont pas à la sortie des écoles d'ingénieurs et même des meilleures. En effet, les mentalités ont changé mais le niveau d'expertise aussi. Les cabinets de recrutements, commencent à intégrer ces aspects qui sont aussi importants que le coût de la ressource à proprement parlé.
    A bon entendeur.

    Répondre

  • leslie
    Messieurs les chefs d'entreprise et responsables de ressources humaines j'appelle à votre bonne volonté pour agir dans le recrutement des séniors.Nous sommes nombreux malheureusement dans le cas mais pas souvent entendus...Une candidate tenace qui garde l'espoir.

    Répondre

  • SANZ
    A l'heure de la réorganisation du système des retraites, il n'y a aucun doute qu'il nous faudra travailler au delà de 60 ans. En recherche d'emploi depuis 3 mois après 27 ans de bons et loyaux services, j'estime me situer au milieu de ma carrière professionnelle. La disponibilité des "séniors" est optimale (les enfants sont grands) et leur expérience est un atout non négligeable pour toute entreprise. Ces qualités ont un prix tant pour le salarié que pour l'employeur. Ce dernier est-il prêt à faire cet effort !

    Répondre

  • ysenne
    Soyons sérieux : les conseils de ce monsieur sont très légers. J\'ai l\'impression qu\'il a fait un copier coller de nombres de pseudo conseils dont nous, séniors ou jeunes, sommes abreuvés.Je constate avec effarement qu\'un paragraphe entier est consacré à la faute du sénior, qui, se discrimine tout seul : en ne répondant pas aux annonces demandant une expérience de 10/15 ans et en rédigeant un CV flou!! De qui se moque t-on ? Remarquez, plus rien ne m\'étonne, lorsque j\'ai lu il y a quelques 6 mois, que le chômage des cadres était en partie dû au nombre de fautes d\'orthographe repérées dans leur CV : d\'où quelques articles et conseils de grammaire et d\'expression, voire même de ponctuation!!!
    Mais continuez dans ce sens et ne vous étonnez pas que la nouvelle génération que vous nommez \"Y\" vous réponde à nouveau dans quelques années avec un comportement aussi léger que ces conseils comme vous l\'écrivez si bien \"distillés\".
    Mon \"profil\" : femme de 53 ans, maîtrise de Commerce international, 25 ans responsable achats, créatrice d\'entreprise, bénévole, troisième période de chômage en 20 ans.
    Ah, j\'oubliais : a élargi ses recherches aux associations, aux ESAT, et à l\'économie sociale et solidaire.
    Peut-être que Monsieur Garancher a des conseils à me donner pour enfin ne plus vivre assistée : 450€ par mois depuis septembre 2009.
    Je suis réaliste, mais sans arrogance

    Répondre

  • Moreau
    Amusant à 2 reprises mes commentaires ne furent pas publiés...étrange!

    Répondre

  • DIAZ
    Associée à la discrimination de l'age,la mobilité géographique demandée aux cadres restreint d'autant les champs d'investigations de ceux-ci,alors que la connaissance de son bassin d'emploi et les réseaux établis depuis de nombreuses années sont indéniablement un atout important disponible pour les entreprises du même bassin.

    Répondre

  • LE JOLU Christophe
    Depuis 5 mois je cherche activement du travail, j'ai 54 ans, je veux travailler jusqu'à 65 ans ... Comment faire, si personne ne me convoque !
    un candidat désabusé et tenace !

    Répondre

  • Aubry
    Ce que vous dites ou rien dans cet article sur la problématique du recrutement des seniors en recherche d'emploi, est strictement la même chose.
    Dans votre argumentation "De quelle manière ?" : c'est comme d'habitude, vous faites comme la politique française de l'emploi, de la fausse parade de communication. C'est strictement navrant.

    Répondre

  • GOUEDARD
    Il me semble que les entreprises font tout leur possible pour se débarasser de leurs quinquagénaires, alors penser à être embaucher relève d\'un positivisme forcené. Surtout depuis la \"crise\". Et prétendre, comme le font certains que les séniors sont (la plupart) très bien placés pour créer (enfin) une entreprise pour ne pas rester au chômage et continuer à exister est une escroquerie.

    Répondre