Sud-Ouest : l'eldorado du télétravail
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Sud-Ouest : l'eldorado du télétravail

Sud-Ouest : l'eldorado du télétravail


Le télétravail est encore peu développé en France. Il ne concerne que 7 % des travailleurs français. Mais au fait, comment ça se passe dans le Sud Ouest pour télétravailler ?

« Quand mon entreprise m'a proposé le télésalariat, j'ai été un peu réticent. J'avais peur de ne pas réussir à m'organiser. Aujourd'hui, je crois que j'aurais beaucoup de mal à retravailler au bureau. »

Depuis 4 ans que Laurent a quitté le siège parisien de son entreprise pour installer son bureau dans sa maison du Gers, il ne fait plus que le compte des avantages de sa situation. « Ne serait-ce que parce que notre qualité de vie est autre. » Pour lui, pas de doute : le Sud-Ouest représente une véritable terre d'accueil pour les télétravailleurs.

Midi-Pyrénées, région pionnière

« L'Aquitaine, qui vient de nous commander une étude sur le domaine et le Languedoc Roussillon ont compris les enjeux et se préparent à accueillir des télétravailleurs, souligne Pascal Rassat, gérant du cabinet d'études Citica et consultant sur le télétravail. Mais c'est Midi Pyrénées qui aujourd'hui fait figure de région pionnière en matière de télésalariat »

Treize télécentres jalonnent en effet la région. Huit d'entre eux sont installés dans le Gers.

Un second souffle pour les campagnes

« Pour nous, le télétravail est un élément vital de la vie rurale, explique Franck Cazalas, chef de projet de la mission Soho Solo lancée par la CCI du Gers. C'est un moyen de ramener des familles dans nos villages pour que de nouvelles compétences donnent un second souffle au département. »

La mission chouchoute donc les salariés à domicile en leur fournissant dans le réseau de télécentres un lieu équipé « comme au bureau », en sensibilisant les élus des communes à l'accueil de ses néo-ruraux et en proposant des cartes détaillées du réseau internet et téléphone de la région. « J'ai même pu passer par eux pour trouver notre maison », se souvient Laurent.

Fausse image du télétravail

Le réseau Soho Solo compte désormais 271 membres. « Majoritairement des indépendants, reconnaît Franck Cazalas. Car les entreprises ont encore un peu de mal à laisser leurs salariés travailler hors du bureau. »

Même observation pour Pascal Rassat : « La France est très en retard sur les autres pays en matière de télésalariat. La faute à une conjugaison de phénomène : la réticence de nos syndicats qui y voient une porte ouverte à l'externalisation des compétences et la frilosité des employeurs, persuadés qu'un salarié qui n'est pas sous leurs yeux est un salarié qui ne fait rien. »

Les télésalariés plus productifs

L'argument fait sourire Laurent : « Depuis que je travaille chez moi, je m'aperçois que je suis beaucoup plus efficace. Je ne suis plus dérangé toutes les deux minutes pour aller prendre un café ou entamer une discussion. » Une surproductivité qui ressort aussi des études de Cicita : « Les télétravailleurs ont tendance à en faire plus que les autres pour justifier leur télétravail. »

Des économies pour tous

Un argument qui pourrait faire mouche auprès de nombreux employeurs. « Et il n'est pas le seul, reprend le consultant. Les télétravailleurs sont moins sujets à l'absentéisme, car moins touchés par les maladies professionnelles. » De manière plus empirique, selon le cabinet d'études, les économies faites sur l'essence en limitant les trajets domicile-bureau permettraient au salarié d'économiser l'équivalent d'un treizième mois. Et le télétravail de 10 salariés a le même effet bénéfique sur l'environnement que l'installation d'une centrale photovoltaïque dans une commune.

De l'organisation avant tout

Pour Laurent, néanmoins, le premier argument reste celui de la préservation de sa vie personnelle : « Aujourd'hui, j'ai le temps d'aller chercher mon fils à l'école et de passer la soirée avec lui. C'était beaucoup plus compliqué quand je devais inclure les temps de trajet à mon temps de travail. »

Seule contrainte : l'organisation. « Je m'oblige à avoir des horaires, poursuit le télésalarié. Je travaille sans discontinuer de 9h à 12h et de 14h à 18h. » Et pas question de se laisser distraire par une activité de la maison. « Je me suis installé un bureau à moi, mon lieu de travail séparé du lieu de vie. »

Des moyens pour lutter contre l'isolement

« Il y a aussi parfois un sentiment d'isolement pour certains salariés, reconnaît Franck Cazalas, de Soho Solo. D'où l'intérêt des télécentres pour pouvoir retrouver d'autres personnes en situation de télétravail. »

Pour Franck, la solitude ne s'est pas encore faite ressentir : « Je suis à trois quart d'heure de Blagnac. Il y a un vol toutes les demi-heures pour Paris. En deux heures, porte-à-porte, je peux être au siège de mon entreprise. C'est souvent le temps que je mettais en RER pour aller bosser... et c'était bien moins agréable. »



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • NGONGANG TALLA JEAN CLAUDE
    Merci déjà pour ces informations. Je suis ravi de découvrir un autre moyen de travail qui est le télétravail. Je sauterai sur cette occasion s'il me venait à choisir! Ainsi, se sera un plaisir pour moi, en tant que électro-technicien, de vous offrir mes services, si mon profil correspond à vos critères. Bonjour!

    Répondre

  • James Night
    Attention ! Pour le Gers, restez proche des grands axes ! C'est un pays assez arriéré et dès que vous quittez la nationale Auch-Toulouse c'est le bagne... routes défoncées, manque d'infrastructures...
    Et attention aussi ... c'est un département gérer un peu à la mafieuse. Il est tenu par environ 5 personnes qui font la pluie et le beau temps ! Y'a intérêt à être dans leur petit papier ! sinon c'est la mort assurée !
    Le Gers c'est 180.000 habitants ! 30.000 habitant pour Auch, la préfecture ! autant dire que c'est un village...
    Ce département a toujours été en retard de civilisation de 20 à 30 ans... Il faut 40 ans minimum pour faire une 2x2 voies de 60 km ! Concernant les personnes au pouvoir (économique & politique) ce sont les même depuis 40 ans aussi ! Donc rien ne bouge ! sauf certains intérêts particuliers... des dits élus...
    Mais y'a moyen d'y faire sa place... d'autant que ces anciens ne sont pas éternels et les places seront sous peu vacantes !
    Alors mon conseil : Restez à l'entrée du Gers sur la route de Toulouse... (L'isle Jourdain et les environs)

    Répondre

  • ngoma
    vous etes une bonne personne jesper suije de nationalite congolaise j'ai besoin de votre aide pour etre membre dans votre entreprise

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :