Tactiques de seniors
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Tactiques de seniors

Tactiques de seniors


Que faire si, cadre senior, vous vous faites remercier lors d'un licenciement économique à quelques années de votre retraite ? Sachez retourner à votre avantage ce qui est vu comme un handicap dans le monde du travail : votre âge.

Curieux. L'époque est au débat sur l'allongement de la durée du travail. Quant à la durée de vie moyenne, elle devrait s'étirer suffisamment dans les décades à venir. Pourtant, ces perspectives ne semblent pas effleurer le monde de l'entreprise où un quinquagénaire au chômage est trop souvent un cadre dont l'avenir est derrière lui.

La concurrence des jeunes

Pour autant, et malgré des difficultés, les portes de l'emploi ne leur sont pas hermétiquement closes. A condition d'emprunter les sentiers de randonnée pour y accéder, plutôt que les autoroutes. On ne recherche pas un emploi à 53 ans comme on le ferait à 35. Et l'on peut déjà réaliser quelques économies en évitant de dévaliser les kiosques à journaux à la recherche de l'annonce idéale, le portrait-robot, le profil-miroir ou l'on se reconnaît immédiatement. Car cette annonce, un autre la trouvera également à son goût, et le profil exigé lui correspondra tout aussi bien. Mais il affichera 35 ans sur son CV.

Activer son réseau

Il est plus efficace de privilégier d'autres moyens d'action. A commencer par ce qu'un quinqua aura eu tout loisirs de développer au cours de sa carrière : un réseau de relations. Il n'est pas tant question de retrouver à tout prix le compagnon de séminaire croisé il y a quinze ans, et qui pourrait vous embaucher aujourd'hui. Mais par un réseau actif, l'on pourra se tenir au courant des diverses opportunités offertes par les entreprises ciblées. Et adresser sa candidature avant même que leurs DRH n'aient le temps de songer à passer une annonce. Le problème, c'est que ce fameux réseau, de nombreux quinquas en disposent et y pensent, mais ne s'en servent pas, préférant, par un réflexe de pudeur compréhensible, le réserver pour des jours plus sombres, lorsque les autres pistes auront été explorées. Hélas, après un an, un réseau non entretenu par quelques coups de fils, déjeuners et autres contacts amicaux, n'existe plus. Alors plutôt que de commencer par éplucher les annonces et d'appeler les collègues en dernier recours, mieux vaut inverser les étapes.

Vive l'emploi temporaire !

L'autre écueil où s'échouent nombre de quinquas à la recherche d'emploi, s'appelle CDI. Plus que tout, les recruteurs craignent les quinquas donneurs de leçons, arqueboutés sur leur seule expérience passée sans désir d'aller de l'avant. Pour les convaincre que l'expérience peut se transposer au monde de l'entreprise d'aujourd'hui et qu'à cinquante ans on est toujours à même de développer de nouvelles idées, les CDD, missions d'intérim et autres contrats de free-lance sont des pistes à emprunter sans tarder. Il ne s'agit pas de palliatifs à des emplois durables, mais des galops d'essai à transformer avec l'entreprise qui a fait confiance à un cadre expérimenté sur une courte période.

Reste que toutes ces difficultés de réinsertion des cadres de plus de cinquante ans, si importantes qu'elles soient, ne devraient pas durer car, d'ici 2010, la pénurie d'emploi atteindra 440 000 postes. Et lorsque le manque se fera suffisamment sentir, les entreprises seront ravies d'accueillir à leur bord des cadres disponibles et qualifiés. Qu'ils aient 35 ou 53 ans.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Corblet
    Le fond du probleme est que nous faisons face à un marché de l'emploi qui est un marché de pénurie. Ceci est valable au niveau quantitatif (nombre) et qualitatif (salaires). Dans une société en croissance, il y a redistribution des roles entre les jeunes sans experience et dynamique(en théorie) et les seniors experimentés mais moins créatifs (toujours en théorie). Malheureusement, l'augmentation de la productivité compensant l'augmentation de l'activité économique, nous avons donc un marché de l'emploi en stagnation.
    La seule vraie solution de probleme aujourd'hui est d'aller vers des emplois temporaires quand on dépasse 45 ans ou alors une expatriation dans un pays qui a un marché de l'emploi porteur.
    Il faut aussi noter que la problématique française est à courte vue et basée sur des hypothese fausses. Le dynamisme n'est pas fonction de l'age mais de la personalitté et aussi du parcours professionel. L'experience permet aussi de controler une situation plutot que d'etre en situation desequilibrée (les managers de 30 ou 35 ans n'ont pas l'experience pour avoir du recul et ont plus de difficulté pour gérer les crises).
    Il serait bon que la société francaise se remette en question pour adresser les vrais problemes et notamment le manque de competitivité globale des salariés francais.

    Répondre

  • Lucien
    Avoir de l'expérience, quelle est l'utilité de la chose dans une société basée sur le marché ?
    L'expérience se paie toujours trop cher par rapport au manque d'expérience qui justifie des salaires bien moindres sans parler de l'ascendant qu'elle procure sur le subalterne ainsi "contrôlé".
    Incontrôlable le cadre sénior qui en sait plus que le patron sur sa propre entreprise !
    On pourrait résumer la chose ainsi : la mégalo de l'un face aux besoins élémentaires des autres .

    Répondre

  • AC
    Apparemment selon Max cet article date de 2002, Sylvia Di Pasquale le republie en 2007 et aujourd'hui en 2011 qu'est ce qui à changé ? Doit-on continuer à espérer que les hommes arrêtent leurs clonages comportementaux par peur d'être répudié par la tribu ? Quel cataclysme faut-il pour que les choses changent ? Progrès = monde meilleur ! pour qui ? Repousser l'âge de la retraite, travailler plus longtemps, comment, chez qui ? Petit jeune deviendra vieux quoi qu'il arrive, donc chacun creuse sa propre tombe, n'osant pas lever la tête, la réalité fait-elle peur par manque de courage, peur d'être soi même, différent, par paresse. Bonne journée quand même.

    Répondre

  • AUREAL
    Pourquoi tant de haine et de mépris. Après avoir largement participé et contribué au démarrage d'une nouvelle plateforme logistique la nouvelle direction a décidé de me licencier après 22 Mois de collaboration. Sans commentaire!!!

    Répondre

  • Huicq Pascal
    Mon ancien directeur me laissait carte blanche pour étudier toutes les possibilités d'amélioration des processus. Et les économies et améliorations ont été au rendez-vous. Une nouvelle Directrice qui sait tout mieux que tout le monde a simplement supprimé mon poste (soit-disant mesure d'économie...). Depuis, je sais par des anciens collègues que plus rien ne bouge et que l'ambiance est devenue détestable. De mon côté, cela fera bientôt trois ans que je postule sans résultat : l'âge est vraiment un problème, on préfère un jeune diplômé à l'expérience. Bon courage à tous

    Répondre

  • giuliani Brigitte
    Je viens de vivre une séparation à l'amiable (rupture de contrat conventionnelle) avec mon employeur. Je travaillais depuis 35 ans auprès du même directeur. Un jeune l'a remplacé. Ce que je craignais arriva. Il n'a plus eu besoin du tout de mes services. J'ai craqué ! Le fossé s'est élargi entre nous deux et entre mes collègues proches de la direction et moi. Une rupture de contrat conventionnelle a permis que mon calvaire s'arrête ! c'était la seule solution qui m'était offerte pour retrouver ma dignité.
    Il est urgent que les mentalités changent. Il est vrai que les "vieux" en savent quelque fois plus (c'est bien sûr exagéré !) dans certains domaines que leurs supérieurs hiérarchiques. Les abus de pouvoir rendent les conflits inévitables. Les non dits dans le monde du travail sont tellement énormes que les problèmes perdureront si on n'oblige pas les employeurs à regarder en face leur façon de diriger leur personnel.
    Travailler plus longtemps oui, mais avec des mentalités différentes. C'est urgent.
    Pour cela, il y a un énorme travail à réaliser, main dans la main (gouvernement, employeurs, syndicats, médias ...).
    Bonne journée !

    Répondre

  • Max
    Article daté de Sept 2002.
    Malheureusement, les prédictions se révèlent fausses: En sept 2008, les entreprises n'embauchent pas de seniors. Même si elles ne trouvent pas, mêmes celles qui pleurent car elles ont des difficultés de recrutement, le senior chômeur est maudit, et il faut brandir une taxe pour essayer de changer les mentalités.......

    Lamentable !

    Répondre

  • Delp
    Vivement 2010 car je peux vous assurer que c'est vraiment la galère pour trouver un emploi de niveau bac + 2 avec un BTS commerce j'ai 50 ans depuis 3 ans je fais des petits boulots car je ne trouve pas mieux actuellement je n'ai rien et je n'ai que des propositions dont le sérieux est absent et l'incohérence de ces propositions surprenantes ! les entreprises auront plus de rentabilité le jour où elles seront capables de mener une politique équitable et de manager ses employés "pas à la baguette" mais "avec respect" on obtient plus facilement du personnel des résultats positifs en dirigeant équitablement fermement soit mais dans le respect, l'entreprise doit représenter un lieu de travail où les objectifs doivent être respectés et non un lieu de discordes et de règlement de compte car une telle ambiance nuit, elles y gagneront sur tous les plans!

    Répondre