Leurs astuces pour faire du sport au travail
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Leurs astuces pour faire du sport au travail

Leurs astuces pour faire du sport au travail


Métro, boulot, dodo ? Pas facile de dégager du temps pour soi quand on ne compte pas ses heures. Cinq cadres nous livrent leurs trucs et astuces pour conserver une activité sportive quand on a un emploi du temps chargé...


[Spécial JO - Sotchi 2014, mis à jour le 7/02/2014]

1 - Il fait son jogging sur le chemin du retour

Il a glané l'expression, il y a quelques années, lors d'une formation : "Ce soir, j'ai rendez-vous avec moi-même", lâche Jérémie C.. Ce directeur digital, marié et père de deux enfants, considère qu'il a quatre vies. 'Une avec ma femme, une avec nos enfants, ma vie professionnelle et mes loisirs perso.' Tous les matins, il synchronise ces quatre plages de son agenda sur son téléphone, son iPad, son ordinateur personnel et son PC pro. "Quand je pars travailler, je sais exactement tout ce que je dois faire la journée, à l'heure près, dans toutes les sphères de ma vie." Fan de course à pied, il essaie de consacrer à ce sport trois à six heures par semaine, même si ce n'est pas toujours évident. "Parfois, quand il fait beau, je ruse, sourit-il. La case 'sport' remplace alors le temps dédié au transport. Je cours une heure et demie, le soir... en rentrant chez moi."

2 - Elle mise sur une planification rigoureuse

De son côté, Laurence Einfalt connaît la question mieux que personne. Formatrice et auteur, elle a publié en janvier "Savoir s'organiser" aux éditions Eyrolles. Et elle pratique les conseils qu'elle prodigue. "Depuis que j'ai arrêté de fumer, j'ai beaucoup plus d'énergie, confie-t-elle. Pour la dépenser, j'ai besoin de bouger. Je dégage un total de cinq heures par semaine pour assister à des cours collectifs." Pour trouver du temps, cette mère de famille s'applique des règles très strictes au bureau. "J'ai supprimé les alarmes de ma messagerie qui me distrayaient en permanence. Je décompose aussi chaque projet en petites actions, les plus petites possibles, pour éviter la sensation de débordement. Et j'insiste pour que toutes mes réunions, même sur le temps du déjeuner, aient une heure de fin."

3 - Il télétravail pour gagner du temps

Lui, n'est pas toujours au bureau. Il arrive, le vendredi après-midi, que Marc Girardot disparaisse. 'Si je décide d'aller voir mon fils jouer au rugby, personne ne me demande de comptes', se réjouit-il. Et pour cause : ce managing director chez Cisco fait partie des 17% de salariés qui pratiquent le télétravail. À condition de remplir ses objectifs, ce cadre jouit d'une grande autonomie quant à son lieu et à ses horaires de travail. "Pour l'entreprise, c'est une source de productivité. Pour le salarié, cela permet de gagner en efficacité et de mieux concilier vie professionnelle et personnelle." Une journée de télétravail par semaine, c'est potentiellement deux heures de trajet économisées et investies ailleurs. Reste à convaincre votre patron...

3 - Entre midi et deux, elle fait du sport grâce à son Comité d'entreprise

Pendant ce temps, Sonia B., iconographe, attend impatiemment l'heure du déjeuner. Pas pour manger : elle avalera vite fait un sandwich en rentrant de son cours de capoeira. Cet art martial brésilien est enseigné à quelques mètres de son bureau. "J'ai trouvé cet exutoire grâce au comité d'entreprise de mon boulot. Dès que j'arrive dans une boîte, je sonde les activités proposées. On trouve en général son bonheur dans un périmètre proche, et en plus avec des tarifs négociés, parfois à moitié prix."

4 - En déplacement, elle opte pour les hôtels avec piscine

Mais impossible d'être assidu à un cours quand on part trop souvent en déplacement. Véronique Launay, cadre dans une haute administration, voyage une fois par semaine en moyenne. "Je copie Christine Lagarde, plaisante cette salariée, nageuse émérite comme l'ancienne Ministre du Commerce. Comme elle, faute de temps, je descends toujours dans des hôtels avec piscine. Ce n'est pas un trop grand luxe à demander..."

Céline Chaudeau © Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Kap
    Dans ma compagnie (entreprise au Canada :-) nous avons une salle de sport, j'y vais presque tous les midis, pendant l'heure du dîner (déjeuner au Canada) 1/2h de gym suivi d'1/2h de restauration.

    Répondre

  • gmfee
    Couper le portable en dehors des heures de travail feraient gagner pas mal de temps à certains

    Répondre

  • dom55
    Bonjour les recettes.... déjà pour commencer, ne pas travailler 50 h par semaine... éh oui.

    Après, aller au boulot en vélo ou en "jogging" dans une grande ville outre les dangers de la route et le fait qu'on va consommer beaucoup plus d'oxygène pollué encore faut il avoir une douche à l'arrivée au boulot..

    J'ai eu la "joie" d'avoir des collègues allant en salle de gym le midi mais qui ne prenaient jamais de douches après... et le parfum à la lance incendie ça ne suffit pas...

    Alors bon, si on a la chance de gérer tout ces paramètres, il est évident qu'un sportif est bien moins souvent malade qu'un autre personnel.

    Personnellement je ne dois mes absences au travail qu'à cause.... du sport, ben oui, les entrainements et la compétition en sport co, ça abime aussi. Pas toujours facile d'aller bosser avec de bonnes entorses ou une épaule abimée..

    Répondre

  • vpring59
    effectivement,je vais au travail en vélo(5 km) tous les jours par tous les temps et je peux vous dire que c'est très agréable.
    Bien sûr,en cas de mauvais temps,j'ai des vêtements qui recouvrent ma tenue habituelle.
    Et au travail,bien que travaillant au 3ème étage,je ne prends jamais l'ascenseur même si à midi je sors pour manger.

    Répondre

  • wykaaa
    J'ai toujours fui le sport. Enfant, je me suis fait dispensé car j'ai un souffle au cœur… Je considère le sport comme néfaste à la santé et c'est mon expérience personnelle qui le confirme : a chaque fois que j'ai essayé d'avoir une activité physique, je suis tombé malade. Ce n'est pas pour essayer d'en faire au travail...

    Répondre

  • commune
    Une anecdote curieuse, déjà racontée.
    Comme la jeune femme dont il est question, des gens avaient décidé de faire un peu de sport (jogging) entre 12 et 14 h ; en mangeant un sandwich. Au début ils couraient vingt minutes, puis l'entraînement aidant, ils couraient une bonne heure. Et après la douche, ils avaient une faim de loup, et allaient au restaurant d'entreprise : le sandwich ne leur suffisait plus !
    Cela excédait largement les 45' allouées statutairement pour la pose de midi. La DRH s'en est émue, et a fait faire une enquête ; elle a découvert stupéfaite, que ces oiseaux-coureurs avaient par ailleurs .... un taux d'absentéisme pratiquement nul. Donc, elle a fermé les yeux.
    Et qui plus est, un nouveau DRH est arrivé : il a rejoint le groupe de coureurs, et c'est lui qui courait le plus vite !

    Répondre

  • Lionnel
    Bonjour

    Il y a bien plus simple : aller au travail à vélo ou à pied ,ou bien mélanger transports en commun ou voiture et déplacement à vélo ou à pied. Aller à la gare en vélo pliant, marcher entre 2 stations de métro, c'est à la portée de 95 % de travailleurs.

    C'est simple, rapide et économe, et en plus ça améliore la santé, le sommeil, le moral.

    Les fausses bonnes excuses de ne pas s'y mettre sont légion, bien entendu, mais après avoir mis le pied à l'étrier, c'est le fait de prendre sa bagnole pour faire moins de 10 km qui devient très anormal.

    Répondre


Vous devez renseigner tous les champs :