Trois conseils pour tenir pendant la crise
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Trois conseils pour tenir pendant la crise

Trois conseils pour tenir pendant la crise


C'est la mouise, inutile de le nier. En 2008 la France a détruit plus de 115 000 emplois - dont près de 89 000 au dernier trimestre ; du jamais vu depuis 15 ans. Une certitude toutefois en période de gros temps : une fois l'ouragan passé ceux qui rebondiront le plus haut seront ceux qui auront profité de la situation actuelle pour renforcer leur position.

Formez-vous !
1. Ca fait trois ans que vous êtes dans votre boîte et vous enragez car vos envies d'ailleurs se sont envolées avec la crise... Ne ruminez pas dans votre coin ! C'est le moment où jamais d'utiliser votre droit individuel à la formation ou DIF (20 heures par an dans la limite de 120 heures) pour vous perfectionner en anglais, à la conduite de projet, ou au maniement d'un logiciel utile dans votre prochain job. Un moyen de moduler votre CV en vue d'un nouvel emploi. Voyez la réalité du bon côté : la crise peut vous dégager du temps pour vous former.

'Marketez'-vous !
2. Vous bossez dur et n'avez jamais pris le temps de penser à vous. En ces temps difficiles ayez le réflexe « self marketing ». Késako ? En gros, capitaliser sur son nom comme on capitaliserait sur une marque en améliorant sa visibilité sur le web et son e-réputation. Comment ? En vous inscrivant sur les plateformes de réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo et consorts) voire en créant votre site perso sur lequel vous présenteriez votre personnalité en plus de votre CV et de vos compétences. C'est simple comme bonjour et ça vous permettra de gagner en influence. Sans compter que si vient l'envie à un recruteur de vous « googliser », votre profil a de grandes chances d'apparaître en première page.

Entreprenez !
3. Dans votre entreprise, le moral est tombé bien bas. Vos collaborateurs arrivent plus tard le matin et repartent plus tôt le soir. Tout tourne au ralenti et la sinistrose vous guette. C'est le moment de proposer à votre manager un projet qui vous tient à cœur et qui était rangé jusqu'ici dans votre tiroir. En somme, créez votre propre job. Cette formule comporte plusieurs avantages : d'abord, vous travaillez sur un projet qui vous tient à coeur ; ensuite, vous avez le sentiment de moins subir les événements ; enfin, votre enthousiasme a toutes les chances d'être remarqué.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Fid
    Depuis bien des années, l'essentiel n'est ni le savoir, ni le savoir faire, mais le faire valoir.
    Passez donc plus de temps à faire croire à votre hiérarchie que vous êtes bon, plutôt qu'à croire que vous pouvez faire ce qui est bon.

    Crise ou pas, votre employeur vous licenciera s'il en a besoin! Ceci ne relève pas d'un esprit négatif ou pessimiste, mais du réalisme managérial.

    Répondre

  • Galan
    Utiliser le DIF quand on fait que de l'intérim relève de l'impossible.
    Et pourtant c'est en ce moment de crise qu'il faudrait se former encore plus.

    Répondre

  • Stephanie
    Utiliser le DIF, c'est facile à dire - mais c'est oublier que les entreprises peuvent refuser sans motif, et que la crise est une bonne excuse pour geler tous les budgets de formation en externe.

    Répondre

  • BLANCHE
    Tout ça c'est de la foutaise

    Répondre

  • Martin Jacques-Antoine
    En cas de crise le bon leader sort du lot en redoublant d'énergie et d'initiatives. Tout en gardant les pieds sur terre, pas de méthode Coué à l'extrême, il passerait alors pour un rêveur; il empoigne le "change management" avec force et positivisme et fait bouger les choses pour ses collaborateurs, pour son entreprise et finalement pour lui-même aussi. La crise, un bon moment pour relire et appliquer quelques principes simples de QUI A PIQUE MON FROMAGE! A vous de jouer ...

    Répondre