Un frenchy implante la sieste à New York
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Un frenchy implante la sieste à New York

Un frenchy implante la sieste à New York


Nicolas Ronco a été le premier à ouvrir un salon de sieste au cœur de New-York. Un concept qui a fait mouche Outre-atlantique. Ce Français expatrié réfléchit déjà à ouvrir 25 autres centres new-yorkais et a implanté ses « Yelocabs » à Hong-Kong, Londres et Paris.

Comment vous est venue l'idée des cabines de sieste ?

Je travaillais moi-même dans le monde des grandes entreprises. A ce titre, je voyageais beaucoup et j'étais toujours tenu à une productivité importante. Insomnie ou décalage horaire, j'étais particulièrement sensibilisé aux problèmes de sommeil. La sieste n'est pas qu'un luxe. Elle est vitale. Je l'ai compris notamment lors de mes déplacements en Asie. Là-bas, les gens ont une grande capacité de travail, mais vivent souvent mieux et plus longtemps. Or, les spas occupent une place importante dans le mode de vie asiatique.

Quel est selon vous la raison du succès de Yelo ?

La facilité d'accès. La sieste est un besoin que vous allez ressentir à un moment précis. Si vous devez réserver trois mois à l'avance ou courir à travers toute la ville pour venir dormir, cela ne sert à rien. Sur le site internet de Yelo, un décompte indique le temps d'attente avant qu'une place soit libre dans l'une de nos cabines de repos. Par ailleurs, nous sommes situés à 10 minutes à pied, maximum, des entreprises desquelles nous sommes partenaires. Les employeurs paient jusqu'à 50 % des traitements que nous proposons à leurs salariés. Nous avons même installé des thérapeutes directement dans les infirmeries de certaines sociétés.

Cela n'a pas été trop difficile de convaincre les employeurs ?

Une étude d'Harvard a démontré qu'une sieste de 20 minutes trois fois par semaine diminue de 37 % les risques d'accidents cardiaques. Un taux qui chute même de 67 % chez les personnes superactives. Par ailleurs, nous proposons des traitements réflexologiques pour lutter contre l'obésité et le tabagisme. Nous permettons donc aux entreprises de garder des salariés en bonne santé. Plutôt positif pour eux, non ?

Mais n'est-ce pas un business risqué de faire payer des gens pour dormir ?

C'est le même principe que la bouteille d'eau : parfois vous n'avez pas envie de boire, gratuitement, l'eau du robinet. Ou vous n'avez pas de robinet à portée de main. Pareil pour dormir. D'autant qu'il y a peu d'options pour se reposer efficacement quand vous êtes au bureau. Et curieusement, le fait de payer aide aussi à se relaxer... C'est un peu comme quand vous allez chez le psy.

Autres articles du dossier :

Salons de sieste : un concept à dormir debout

Un frenchy implante la sieste à New York

J'ai testé le Sport Kit Nike + lors de la plus grande course à pied du monde

Vous bossiez ? Et bien papotez maintenant !

Pas de panique, c'est une urgence

« Casser la voix »



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
  • Delphine
    Je voudrais réagir à l'article sur les salons sieste :
    OUI à 200% pour moi !
    et pour cause : il y a en effet, le manque de sommeil accumulé en fin de semaine, ou bien le décalage horaire, ou encore la fatigue occasionnelle lors d'un gros stress, le coup de barre etc... mais surtout ces salons je les attendais pour les migraineux comme moi : la prise d'un médicament ne suffit pas à stopper un début de migraine si elle n'est pas combinée à un repos dans le noir et le silence de 15-20 mn, tous les migraineux vous le diront !
    Et bien souvent où pouvons-nous trouver un coin tranquille pour échapper à la lumière et au bruit ?
    Je vous assure qu'après cet isolement, la migraine est quasiment vaincue pour une bonne majorité des cas, j'en sais quelque chose pour en souffrir depuis 10 ans !

    Répondre