Une promotion, s'il vous plaît
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Une promotion, s'il vous plaît

Une promotion, s'il vous plaît


La fin de l'année arrive, et avec elle les traditionnels entretiens annuels d'évaluation, souvent l'occasion (même indirecte) de solliciter une augmentation. Mais pourquoi s'en tenir à une reconnaissance financière alors que vous pouvez carrément sauter le pas et demander une promotion ?

Que vous décidiez de vous mettre sur les rangs d'un poste qui se libère ou simplement de tâter le terrain, il vous faudra travailler votre argumentation. Gardez en tête trois objectifs : démontrer votre légitimité à prétendre à un niveau de poste supérieur, prouver votre motivation et penser à une solution de repli en cas de refus.

Démontrer sa légitimité

Côté légitimité, il est vrai que votre employeur prendra d'abord en compte votre expérience au poste actuel, qui attestera non seulement de vos compétences acquises, mais aussi de la connaissance de l'environnement de l'entreprise. Sans oublier vos capacités managériales, jugées à l'aune de vos relations avec vos collègues, et votre capacité à dépasser vos fonctions actuelles. Difficile en effet d'expliquer que vous êtes fait pour évoluer si vous vous contentez de faire le minimum requis au quotidien.

Du concret

Argumentez votre demande en montrant que l'enjeu n'est pas strictement personnel. Votre employeur doit comprendre les bénéfices qu'il pourra tirer de votre nouvelle fonction et ne pas avoir l'impression que votre démarche traduit un désintérêt pour votre poste actuel. Listez des preuves concrètes de vos compétences (les réalisations déjà accomplies, des exemples de vos qualités de manager) et fourbissez des contre-arguments si votre interlocuteur se montre dubitatif.

En cas de refus

Une promotion n'est pas un départ, c'est une évolution de carrière. Utilisez en conséquence des termes positifs, illustrant la continuité de votre projet professionnel. Si vous essuyez un refus, deux solutions s'offrent à vous : tout faire pour prouver à votre patron qu'il a eu tort, et attendre un jour meilleur, ou vous mettre en quête d'opportunités extérieures.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :