Une stratégie au cordeau pour un été au bureau
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Une stratégie au cordeau pour un été au bureau

Une stratégie au cordeau pour un été au bureau


Plutôt que broyer du noir à l'idée de passer l'été au bureau, voyez le bon côté des choses. Si la période est désertique, l'horizon laisse voir quelques opportunités. Profitez du ralentissement estival pour approcher ceux qui n'ont jamais le temps et pour mieux connaître vos collègues.

Pas un bruit de pas dans les couloirs. Pas la moindre conversation dans les bureaux. Même pas le ronronnement d'une imprimante. Tout le monde est parti. Sauf vous. Votre destination de vacances, c'est Boulot beach. Mais plutôt que de vous morfondre, d'égrener les heures et les jours jusqu'à la rentrée, profitez de ce temps hors du temps pour vous faire remarquer, pour aller à la rencontre des autres échoués de l'été, pour approfondir un peu plus vos dossiers, bref pour travailler autrement.

Du temps pour se faire remarquer

Evidemment, vous maugréez en répétant que les seuls collègues restés au bureau sont les punis de services, les stagiaires ou les embauchés de frais. Plus aujourd'hui. Une grande entreprise, ou même une PME de taille conséquente ne ferme pas en été. Les affaires continuent et le personnel qui les gère doit être fidèle au poste. Qui plus est, toute entreprise qui se respecte se doit de garder des vigies, des responsables chargés de diriger les affaires courantes et capables de parer à toute éventualité. Ces boss par intérim sont des cadres dirigeants, DG adjoints ou autres. Et non seulement ils occupent des postes décisionnaires, mais en plus ils sont super disponibles. Car entre le 1er et le 15 août, c'est la seule période de l'année ou ils n'enchaînent pas réunions de board et voyages d'affaires à Taipeh.

Inutile pour autant d'envisager avec eux la stratégie du harcèlement, surtout si vous n'avez rien à leur soumettre. Se faire remarquer dans ce seul but est non seulement vain, mais totalement contre-productif. Si vous croisez le super boss à la machine à café déserte, proposez-lui un rendez-vous de dix minutes pour lui exposer cette idée de marketing alternatif qui vous trotte dans la tête depuis quelques semaines. Mais éviter de le coller pendant des heures pour lui demander des nouvelles de son dernier en stage de voile aux Glénans. Ces rencontres estivales permettent de gagner du temps pour faire aboutir un projet, puisqu'elles court-circuitent les hiérarchies. Ce sont également de sacrés accélérateurs de carrière. Mais attention au retour de bâton. En s'adressant au bon dieu plutôt qu'à ses saints, vous risquez de déclencher l'ire de votre saint N+1 qui se sentira floué au retour de sa pêche aux crevettes de Perros-Guirrec. Il est donc vital de s'en ouvrir à lui le plus rapidement possible, dès son retour.

Du temps pour nouer des liens

Pour autant, l'été au boulot ne doit pas seulement ressembler à une partie de pêche au gros. Passer son temps à appâter du gros poisson occulte les autres sports estivaux fort utiles. C'est notamment l'occasion d'entrer en contact avec vos collègues des autres services que vous ne connaissiez que de vue. L'été, on peut savourer le temps de prendre un pot après le boulot, ou de discuter autour d'un déjeuner un peu plus long qu'à l'habitude. C'est la meilleure manière de s'informer sur les autres départements de l'entreprise... et les éventuelles opportunités en matière de poste qui se libèrent à la rentrée. « Si si, Dupont s'en va chez Durant S.A., il me l'a dit ». Des confidences utiles, même s'il convient de les vérifier. Ces relations tissées en été perdurent généralement tout au long de l'année, contrairement aux amours de vacances. Et elles sont d'autant plus vitales que les travailleurs de l'été sont souvent les sacrifiés des vacances, ceux qui sont célibataires ou qui vivent en couple sans enfants. Ceux que la direction a identifié comme super disponibles et, CQFD, sont classés « haut potentiel ». Des relations intéressantes pour vous. Comme vous l'êtes certainement pour eux, puisque vous êtes peut-être dans le même cas.



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier