Votre patron ne vous fait pas de cadeau ? Sûr ?
Accueil  > Conseils > Conseils carrière > Votre patron ne vous fait pas de cadeau ? Sûr ?

Votre patron ne vous fait pas de cadeau ? Sûr ?


En général, c'est chèques-vacances et autres colis gourmands. Outre ces « petits plus » traditionnels, un bel objet ou les services d'un pressing peuvent venir s'ajouter en extra. Généreux, mais moins « gratuit » qu'il n'y paraît...

C'est une anecdote entendue dans les couloirs, chez Altran. Une poignée de consultants à qui l'entreprise avait promis une surprise d'une valeur de 2 500 euros, en cas de bons résultats, se sont rebellés en découvrant leur récompense. « Ils ont reçu des coffrets cadeaux, se souvient, amusé, un témoin de la scène. Puis, en examinant le tarif réel des activités proposées, certains déçus ont porté réclamation ! » La direction a fini par remettre à ses collaborateurs 2500 euros de bons Fnac.

Morale de l'histoire : si les patrons ne font pas de cadeaux, les salariés non plus... car le cadeau d'entreprise, de plus en plus, tient lieu de complément de rémunération, pour les cadres.

« Habituellement, un cadeau ne se refuse pas et il est mal vu de discuter de sa valeur, sourit la psychothérapeute Victoria Rémy-Delgado. Mais on pourrait aussi arguer qu'un vrai cadeau est désintéressé, ce qui est rarement le cas dans le monde du travail où il doit favoriser le sentiment d'appartenance à l'entreprise, mettre le salarié dans de meilleures dispositions pour travailler... »

Pas obligatoire, mais utile !

Rien n'oblige, cependant, une société à couvrir ses salariés de chèques-vacances, invitations dans des parcs de loisirs et autres colis gourmands au moment des fêtes. Si ces derniers sont en pratique transmis par le comité d'entreprise, « seul le budget de fonctionnement du CE est obligatoire pour l'employeur, rappelle Jacques Lambert, responsable de la communication du groupe Exposium, spécialisé dans les salons dédiés aux comités d'entreprises.

Le reste, tout ce qui concerne les « oeuvres sociales », est négocié avec la direction. Mais Jacques Lambert, ancien élu de CE, reconnaît que le calcul est vite fait. « Ce serait dommage de s'en priver, vu ce que ça coûte, et ce que ça rapporte. » Le geste paraît tout de suite moins généreux lorsque l'on sait que le budget de ces cadeaux, grâce au statut particulier des comités d'entreprise, est défiscalisé dans la limite d'un plafond fixé par l'Ursaff qui est applicable à six fêtes par an.

Du coup, pour l'entreprise, ce plus en nature se fait à moindre frais. Et les 33 000 comités d'entreprises recensés en France se plient sans rechigner aux goûts des salariés. « Le cadeau devient de plus en plus utile. Avec la crise, les salariés réclament surtout des bons d'achat avec lesquels ils peuvent aussi habiller leurs enfants, rapporte Virginie Saada, élue du CE d'une petite société d'édition. Ils aiment aussi les belles locations de vacances à prix réduits. Effectivement, cela s'apparente presque à un complément de salaire. Ca calme un peu la grogne de certains. »

Valise de luxe, foie gras ou pressing ?

Jacques Lambert confirme : « Si j'ai vu une société distribuer des valises Gucci, en général, c'est colis gourmant (très prisé dans l'industrie), bons d'achats et services... Ces derniers sont préférés par les cadres moyens, qui gagnent entre 40 et 50 000 € annuels. Pour certaines entreprises, c'est un facteur de paix sociale. Pour les plus généreuses, ce peut-être une vitrine que l'on met en avant dans le cadre d'un recrutement. »

Parmi les nouveautés, donc, émergent doucement mais sûrement les services de « conciergerie » aux entreprises. « En échange d'un abonnement mensuel négocié pour chaque salarié, nous soulageons leurs journées surbookées, témoigne Marie Jouet, créatrice de la société Ma conciergerie d'entreprise sur la Côte Basque. Les services proposés sont divers, du pressing aux conseils juridiques, en cas de litige avec la nounou par exemple. » Depuis que la société a été créée en 2007, aucune entreprise n'a résilié ses services. « C'est une façon de participer à l'équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. Le salarié est plus productif quand il a l'esprit plus libre, non ? » Intéressant. Et intéressé.

Céline Chaudeau @ Cadremploi.fr



Commentaires

* Les champs suivis d'un astérisque sont obligatoires.




Vos réactions
Il n'y a pas de commentaires, soyez le premier

Vous devez renseigner tous les champs :