Identifiez-vous :

Déposez votre CV en 1 clic

Formats acceptés : doc, docx, rtf, pdf, et txt dans la limite de 512ko

Jeunes Diplômés

Fiche métier Automobile

En France, 80 % des ménages possèdent une voiture, et 36 % en ont au moins deux. Partie intégrante du paysage quotidien moderne, l'automobile génère donc une énorme industrie et quantité d'emplois : en 2003, un français actif sur dix - soit environ 2,5 millions de personnes - occupait un emploi plus ou moins directement lié au secteur automobile !
À elle seule, la branche construction mobilise ainsi plus de 200 000 personnes, employées pour la plupart par l'un des deux grands groupes français : Renault et PSA Peugeot-Citroën.
Producteurs de vitrages, projecteurs, systèmes de climatisation, sièges… les équipementiers emploient quant à eux quelque 130 000 salariés. Enfin, la commercialisation, la location, l'entretien, la réparation, la démolition ou encore le recyclage représentent plus de 490 000 emplois, pour 89 000 entreprises.

Des postes pour tous, du CAP à bac + 5

De la naissance du véhicule à sa démolition, le secteur sollicite donc les compétences d'une véritable chaîne de professionnels et qualifications variées. Grands favoris : les personnels techniques, dotés d'un CAP, d'un BEP ou d'un bac pro, trouvent sans mal leur place chez les constructeurs et équipementiers. Toujours demandés, les ingénieurs sont majoritairement recrutés à la production, mais la recherche et développement devraient repartir à la hausse.
Dans le secteur du commerce et de la réparation : «Il existe un fort besoin de personnel qualifié de type BTS ou licence professionnelle, susceptibles d'occuper les postes de chefs d'atelier, de responsables de magasins…», relève Valérie Toutin-Lasri, chef du service diplômes à l'ANFA (association nationale pour la formation automobile).

Une pénurie déjà effective

Sans compter le départ en retraite imminent des nombreux chefs de petites entreprises - 42 % des artisans d'ici dix ans - qu'il faudra bien eux aussi remplacer. Autant d'opportunités à saisir, dans un secteur où la pénurie de personnel est d'ores et déjà estimée à 25 000 personnes environ pour la seule branche réparation et commerce !

À la pointe des technologies

À une condition cependant : celle de se former tout au long de sa carrière, car le monde de l'automobile évolue en permanence. «La prochaine Clio disposera d'autant de calculateurs qu'un Airbus ! note Valérie Toutin-Lasri. Les professionnels ont changé avec le produit et doivent aujourd'hui maîtriser, outre la mécanique, de plus en plus de notions électroniques.»
Plus qualifiés, les professionnels du secteur ont vu évoluer leurs conditions de travail : si le bleu de travail et les mains dans le cambouis sont toujours au programme, nombre de pannes d'ordre électronique se résolvent aujourd'hui directement par le biais de l'ordinateur. Une sophistication du métier qui exige d'eux des capacités croissantes d'analyse et de réflexion.

Des opportunités dans la vente

Les métiers de la vente ont eux aussi gagné en complexité. Face à une concurrence accrue et une clientèle de plus en plus exigeante, les vendeurs doivent allier connaissance du produit, sens de l'accueil et maîtrise des solutions financières proposées - le tout pendant une douzaine d'heures par jour… mieux vaut avoir la passion de l'automobile ! Un art que maîtrisent plutôt bien les femmes, toujours mieux représentées dans le commerce que dans la construction automobile.

Fiches-métiers

Expert automobile
Bac + 3
Salaire débutant brut : variable
Appelé à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit pour se rendre sur les lieux d'un accident de la route, l'expert entame une véritable enquête en menant une investigation pointue (témoignages, prélèvements, anomalies…). Mais il intervient aussi sur des sinistres moins importants, comme à la suite d'une déclaration de l'assuré auprès de sa compagnie d'assurances. L'expert identifie alors la voiture, puis vérifie l'imputabilité des dommages, c'est-à-dire si la déclaration de l'assuré correspond bien aux dommages techniques. Enfin, il évalue le montant des dégâts. Son rapport est transmis à la société d'assurances, avec l'estimation de la somme qui devra être versée en réparation du bien endommagé.
Ses qualités : homme de terrain, l'expert a une très bonne connaissance du droit et de sérieuses compétences techniques en automobile
Sa formation : un diplôme d'expert automobile qui se prépare notamment après un BTS maintenance et après-vente automobile (MAVA), moteurs à combustion interne (MCI), agro-équipement.
Ingénieur d'études
Bac + 5
Salaire débutant brut : 2 500 €
Le concept du monospace, c'est lui. Celui d'une voiture deux places, c'est encore lui. Il joue donc un rôle clé pour le constructeur qui l'emploie, en améliorant ou créant les différentes parties d'une voiture (moteur, sous-caisse, carrosserie…). Il n'a pas pour autant carte blanche, son travail s'effectue en fonction d'un cahier des charges très précis. Tout en cherchant à optimiser la conception technique du véhicule, il doit respecter les délais de fabrication et veiller aux coûts fixés par ses employeurs.
Ses qualités : il fait appel à son talent de créateur et sait se remettre en question. Des connaissances diverses, car l'assemblage d'une voiture fait appel à de nombreux domaines.
Sa formation : une école d'ingénieurs généraliste ou spécialisée en automatique, électronique, informatique ou matériaux.
Mécanicien réparateur
CAP/BEP à bac + 2
Salaire débutant brut : 1 200 €
À nouvelles technologies, nouveau garagiste. L'époque du «mécano» généraliste est terminée. Désormais, le mécanicien est spécialisé. Également appelé technicien de maintenance automobile, il est chargé de l'entretien du véhicule (pression des pneus, vidanges…), il localise la panne, établit un devis des réparations… Et panse les blessures de la machine ! Il travaille généralement dans un centre de réparation rapide, chez un concessionnaire ou chez un artisan garagiste. Dans les deux derniers cas, il peut même être amené à faire du conseil en vente automobile.
Ses qualités : une bonne habileté manuelle et une grande disponibilité pour se déplacer à toute heure de la journée.
Sa formation : il est préférable d'avoir un bac techno STI génie mécanique ou un bac pro maintenance des véhicules automobiles à un CAP en maintenance des véhicules automobiles. Le BTS maintenance et après-vente automobile et le BTS moteurs à combustion interne sont utiles pour ceux qui veulent être plus spécialisés.
Vendeur automobile
Bac + 2
Salaire débutant brut : 1 500 €
Représentant d'une grande marque dans une succursale ou une concession, il doit être aussi passionné que convaincant. Il est en contact permanent avec la clientèle, qu'il prospecte à domicile ou conseille sur le lieu de vente, en lui présentant le produit. C'est également lui qui fait une offre de reprise du véhicule ancien et assure le suivi après achat. Lui encore, qui après avoir bichonné son client dans le showroom, l'emmène faire quelques tours de roue. Pour conseiller au mieux ses clients, le vendeur doit sans cesse être à l'affût des nouveautés techniques du marché en visitant les salons automobiles ou en essayant les nouveaux modèles…
Ses qualités : sachant qu'une vente dure environ quatre heures, la persévérance est indispensable. Un certain bagout ne gâte rien.
Sa formation : le BTS négociation et relation client est un grand classique. Toutefois, les constructeurs forment également leurs commerciaux au sein de leurs propres écoles. Enfin, il est possible de préparer, en une année et en alternance, un certificat de qualification professionnelle de conseiller commercial automobile.

© letudiant.fr 2005

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de vous proposer des services et une offre adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus