4 conseils pour rester dans les radars quand on est en télétravail

Sylvie Laidet

TELETRAVAIL – Loin des yeux, loin de… la promotion ? A raison de deux ou trois jours de télétravail par semaine (voire plus), le risque est important de rater une info-clé, d’être exclu d’un super projet, de passer à travers les mailles d’une belle promotion... Nos pistes pour optimiser votre personal branding digital sans y passer tout votre temps.

En télétravail, mieux vaut consacrer un peu de temps à son personal branding au risque de disparaître des radars.

4 conseils pour rester dans les radars quand on est en télétravail
En télétravail, mieux vaut consacrer un peu de temps à son personal branding au risque de disparaître des radars.

Ils témoignent

  • Ana Fernandez, dirigeante du cabinet Energycoaching
  • Jean-Daniel Guyot, co-fondateur et président de Memo Bank
  • Philippe Emont, directeur associé de AlterNego

Utilisez Slack à bon escient

L’un des moyens de rester repérable même en télétravail, est d’être actif sur Slack ou tout autre messagerie instantanée. Actif mais pas hyper actif, au point d’y passer vos journées pour tout et surtout ne rien dire. Donc abonnez-vous aux canaux qui vous semblent pertinents. Et surtout désabonnez-vous de ceux qui au final, ne vous servent à rien. Si ce n’est à perdre du temps. Activez les notifications pour les canaux (chaines…) qui vous semblent essentiels. Participez-y en répondant et suggérant des idées, des liens et des contacts. « Mais surtout relevez le nom des participants qui vous paraissent importants et contactez-les directement », recommande Ana Fernandez, dirigeante du cabinet Energycoaching. Un exemple ? Félicitez un nouvel arrivant pour sa nomination et proposez lui d’échanger en direct, uniquement si ce dernier peut avoir un impact direct (ou indirect) sur vos projets à venir. Sur le canal « recrutement », activez-vous pour prendre part au process. « Vous vous ferez ainsi aussi repérer par la DRH. D’une pierre deux coups », ajoute-t-elle.

Faire parler ses résultats

En visio ou sur Slack, affichez vos résultats, célébrez une avancée et succès sur un projet. L’idée est de montrer que même en télétravail, vous continuez à performer, innover, réussir… « A l’issue d’une visio ou d’un échange téléphonique avec votre boss ou autres, rédigez et diffusez un compte-rendu. Cela donnera encore davantage de visibilité à vos compétences », conseille Ana Fernandez.

Être flexible sur les jours de télétravail

« Si vous en avez la possibilité, ne prenez pas des jours fixes de télétravail afin qu’on ne s’habitue pas à votre absence tel ou tel jour au bureau. Rendez-vous plutôt sur site le ou les mêmes jours que votre N+1. Synchronisez votre calendrier avec celui des jours de réunion importante. Par exemple les jours de Comex. Même si vous n’y êtes pas convié, c’est à ce moment-là que vous pourrez croiser et échanger avec vos N+2 », souligne Ana Fernandez. L’agenda partagé indique la venue d’un patron de filiale à telle date, un pot de départ en retraite… ? Essayez de caler vos jours « en présentiel » sur ces évènements. Ce sera l’occasion de croiser des collègues, managers, boss importants pour vous.

Alterner l’écrit et l’oral

En télétravail, de très nombreux échanges se déroulent à l’écrit. Par mail, messagerie instantanée and co. Sitôt pensé, sitôt écrit. Sauf que parfois, les écrits dépassent les pensées. Et une info ou un message qui se voulait sympathique, va être perçu comme arrogant, pénible, voire agressif. « Une crispation dans la communication peut entraîner une mise à l’écart des certaines personnes », constate Jean-Daniel Guyot, co-fondateur et président de Memo Bank. Aussi bien du côté des émetteurs du message qui, se sentant incompris, auront tendance à se replier sur eux-mêmes. Que du côté des récepteurs, qui pour éviter des scuds à venir, vont préférer s’adresser à d’autres membres de la boite. Bref, dans tous les cas, il y a risque d’isolement à tout faire à distance par écrit. Donc privilégiez l’oral afin de pouvoir « enrober » et nuancer vos propos comme vous le souhaitez. « L’un de mes clients a carrément supprimer l’usage des mails plusieurs fois dans le mois afin que ses collaborateurs se (re)parlent », observe Philippe Emont, directeur associé de AlterNego. Sans aller jusque-là car parfois il faut bien laisser des traces, calibrez vos prises de parole à l’écrit.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :