Baromètre Ifop / Cadremploi : Les cadres français jouent la carte de la prudence… mais affûtent leurs exigences !

Publié le 09 septembre 2020 Elodie FRANCO DA CRUZ

Évoluant désormais dans un environnement de travail post-confinement assez atypique, la crise sanitaire a déclenché de nouvelles attentes chez les cadres et engendré de profondes mutations. Bien qu’à l’écoute du marché, ils sont aujourd’hui nombreux à appuyer sur « pause » et à revoir leurs critères de choix pour changer de poste. Comment les entreprises peuvent-elles aujourd’hui les convaincre de changer de poste pour de nouvelles opportunités ? Coup de projecteur sur les résultats du baromètre Cadremploi, réalisé en partenariat avec l’Ifop.
Baromètre Ifop / Cadremploi : Les cadres français jouent la carte de la prudence… mais affûtent leurs exigences !

Un niveau de prudence inédit : plus de 50% des cadres ne souhaitent pas quitter leur entreprise pour le moment

Malgré le contexte de crise sanitaire, les cadres affichent un niveau d’optimisme au plus haut concernant leur situation professionnelle (74% contre 73% en 2019). Ce score, paradoxalement élevé, trouve notamment sa source dans la confiance qu’ils ont envers leur entreprise à surmonter la crise (79%).

La période de confinement ne semble pas non plus avoir fortement impacté le niveau de consultation d’offres de la part des cadres. Traditionnellement à l’écoute de leur marché, ils sont en effet plus de 7 répondants sur 10 à déclarer avoir consulté des offres d’emploi pendant, puis après le confinement. 

Toutefois, s’ils gardent des intentions de mobilité assez élevées - 38% se déclarent ouverts aux opportunités (contre 36% en 2019) – ils affichent un niveau de prudence jamais atteint : 52% souhaitent rester dans leur entreprise (contre 35% en 2019 ; + 17 points). Influencés par leur optimisme relativement faible quant au contexte économique et social (22%), ils sont également plus nombreux à vouloir s’orienter vers le salariat traditionnel : on note en effet un déclin du souhait de devenir indépendant (1% contre 5% en 2019), de créer son entreprise (3% contre 7%) ou encore de changer d’activité (2% contre 8%). 

Cette prudence varie néanmoins fortement avec l’âge : 70% des plus de 50 ans déclarent vouloir rester dans leur entreprise (+18 points par rapport à 2019) contre seulement 43% des 18-34 ans (- 9 points). Logiquement, les répondants les plus âgés sont également nettement moins à l’écoute des opportunités (23% ; -15 points) que les plus jeunes (43% ; +5 points).  

Changer de poste pour plus de responsabilités et un meilleur salaire ? La réponse est non !  

La période de confinement semble avoir bousculé les priorités des cadres en matière de changement de poste : l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle prend la tête des critères déterminants (71% contre 66% en 2017) et passe pour la première fois devant la localisation géographique de l’entreprise (62% contre 67%). 

Cet item est le seul à enregistrer une hausse depuis 2017. A l’inverse, les plus fortes chutes sont enregistrées par des critères qui séduisaient peut-être davantage les cadres « d’hier » : les possibilités d’évolution liées aux postes (déterminant pour 35% ; -13 points par rapport à 2017), les possibilités de formation (18% ; - 13 points), l’environnement matériel de travail comme le confort des locaux (24% ; - 10 points) ou encore le fait d’avoir plus de responsabilités que dans son précédent poste (25% ; - 9 points).

La rémunération quant à elle reste naturellement importante dans les critères de décision, mais chute malgré tout de 7 points (62% contre 69% en 2017). 

En parallèle, l’intérêt pour le télétravail se confirme et 48% des répondants considèrent que la possibilité de recourir à ce mode de fonctionnement est plus important pour eux qu’avant la crise. Ils sont ainsi 67% à exprimer un intérêt plus fort pour le télétravail occasionnel. Allant de pair avec cette nouvelle façon de travailler, les cadres attendent également de plus en plus de latitude dans l’organisation de leur travail en termes d’horaires (41%).  

Le manager à l’heure du post-confinement : un chef pour orchestrer plutôt qu'un chef pour "cheffer" 

Contraints au travail à distance pendant plus de deux mois, les cadres expriment de très fortes attentes envers leurs managers sur l’autonomie et la confiance. Finis le N+4 et le petit chef ! 

Sans surprise, les principaux critères définissant le mieux le bon manager sont la capacité à déléguer et faire confiance (36%), la capacité de décision (30%) et l’écoute des membres de son équipe (29%).

L’équité envers chacun et l’attention au développement professionnel des membres de son équipe sont des qualités soulignées par 16% des cadres, suivi par la capacité à bien répartir le travail (14%), la disponibilité (13%) et le suivi/retour sur le travail réalisé (12%). Le charisme et la capacité à innover sont les qualités les moins fréquemment citées par les répondants (8% et 4% de citations respectivement). 

En parallèle, les cadres semblent souhaiter un management plus horizontal avec un manager qui s’appuierait sur leurs expertises (73%), qui favoriserait l’autonomie (68%) et qui partagerait davantage les responsabilités (65%).  

« Notre baromètre confirme que les mutations pressenties lors du confinement sont désormais en marche, notamment avec l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle, qui devient le premier critère déterminant pour changer de poste. Si les cadres jouent logiquement la carte de la prudence actuellement, ils n’ont pas pour autant moins d’ambitions, au contraire, ils ont de nouvelles priorités. Les entreprises vont devoir prendre en considération ces changements pour continuer à les attirer, et mettre en place de nouveaux modes d’organisation compatibles avec ces attentes, le télétravail en-tête, impliquant in fine, de nouvelles façons de manager », explique Elodie Franco Da Cruz, responsable des études de Cadremploi.

 

*Méthodologie de l’étude :

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population cadre du secteur privé. Les interviews ont été réalisées en ligne (Computer Assisted Web Interviewing) du 2 juillet au 8 juillet 2020.

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de secteur d’activité et de région.

Elodie FRANCO DA CRUZ
Elodie FRANCO DA CRUZ

Responsable des études pour Cadremploi

Vous aimerez aussi :