Comex du SBF 120 : il manque 212 femmes

Sylvie Laidet

Le cabinet Heidrick & Struggles vient de dévoiler son étude Mixité au sommet 2022 où l’on apprend que la féminisation des comités de direction et exécutif du SBF 120 progresse. Mais pas partout et pas nécessairement sur les fonctions stratégiques. Entre viva et larmes, voici en synthèse les principaux constats et les points de surveillance, dans le contexte de la nouvelle loi Rixain pour accélérer l’égalité professionnelle. Mesdames, peaufinez vos CV.
Comex du SBF 120 : il manque 212 femmes

Femmes dans les comex : plus nombreuses, c’est indéniable

Dans sa nouvelle étude Mixité au sommet 2022, le cabinet Heidrick & Struggles souligne que 31% des 120 plus grandes entreprises françaises cotées en Bourse (SBF 120) comptent au moins 30% de femmes dans leur comex et 9% en comptent au moins 40%. Cette proportion atteignait respectivement 18% et 6% en 2020 donc ça augmente sérieusement !

En valeur absolue, 36 entreprises sur 118 comptent au moins 30% de femmes dans leur comex et seraient donc conformes au quota préconisé par la loi Rixain pour 2027. Et 11 entreprises sur 118 dépassent les fameux 40%. Parmi les bons élèves, on retrouve Eutelsat, Gecina, Lagardère SA, Legrand SA, ou encore Maisons du Monde. Voilà pour les congrats ! Mais force est de constater que 70% des boites sont à la bourre sur les futurs quotas Rixain.

Au 31 décembre 2021, seules 11 entreprises dépassaient les 40% de femmes dirigeantes dans leur comex. Source : Heidrick & Struggles
Cela pourrait vous intéresser :

Plus de femmes dans les comex, et besoin d’encore plus de femmes dans les comex

A périmètre constant, il manque aujourd’hui 212 femmes dans les comex du SBF 120 pour atteindre le seuil de 40 %. Autant de femmes à promouvoir ou à recruter. Sans compter les professionnelles qu’il faudra remplacer sur la période. Pour atteindre cette nouvelle proportion imposée par la loi Rixain d’ici 2027, les grands noms du CAC 40 vont devoir nommer et/ou embaucher 78 femmes supplémentaires. Mesdames, à vos CV !

Plus de femmes dans les comex, mais toujours à des postes fonctionnels

Certes plus nombreuses dans les comex, elles sont peu représentées aux postes les plus opérationnels. Plus de deux tiers des femmes membres des comex occupent des postes fonctionnels (directrice marketing, communication, DRH, directrice juridique…) et seulement un tiers sont à des postes opérationnels. Évidemment cette proportion est inversée chez les hommes.

Répartition femmeshommes par fonction dans les comex du SBF 120 au 31/12/2021. Source : Heidrick & Struggles
Pour ne pas créer des comex à deux vitesses, les entreprises vont devoir produire un effort particulier sur la féminisation des postes opérationnels
Sylvain Dhenin, Managing Partner de CEO & Board.

Et que les sociétés ayant en tête d’augmenter le nombre de membres au comex pour gérer du pourcentage, fassent attention. « Un comex de 16 ou 20 membres ne se pilote pas de la même façon qu’un comex plus restreint. Cela revient à prendre un risque d’efficacité opérationnelle ». Pour cet expert, les entreprises devraient au contraire réinventer leur comex en y faisant rentrer les directions ESG et digitale.

Plus de femmes dans les comex, mais certains secteurs sont plus vertueux que d’autres

Si on peut se réjouir de compter davantage de femmes dans les comex, force est de constater que tous les secteurs ne sont pas mobilisés de la même manière. « Les secteurs de la science de la vie (+10%) et des services financiers (+8%) montrent l’exemple, tandis que les secteurs de l’industrie et des services restent à la traîne (+3%) », souligne Muriel Moreau Managing Partner chez H&S France.

Répartition femmeshommes par secteur dans les comex du SBF 120 au 31/12/2021. Source : Heidrick & Struggles

Plus de femmes dans les comex, quand les entreprises sont dirigées par des femmes

L’anticipation de la législation Rixain sur les quotas dans les comex participe évidemment à leur féminisation. Mais pas seulement. « La loi Coppé-Zimmermann imposant au moins 40% de femmes dans les CA a servi d’aiguillon. Les femmes administratrices ont évidemment influencé la nomination de femmes dans les comités de direction », ajoute Hervé Borensztejn, Managing Partner chez Heidrick Consulting.

Et puis, quand une femme préside à la destinée d’une entreprise du SBF 120, son comex est visiblement plus féminin.

Parmi les 14 entreprises du SBF 120 dirigées par des femmes, 6 d’entre elles ont un comex ayant déjà atteint le seuil des 40% de féminisation.

Avec les 3 nominations féminines intervenues à la tête de Veolia, Suez et Orange depuis le début de l’année, espérons que ce cercle vertueux se poursuive.

 

Plus de femmes dans les comex car les codes ont changé

Sous la pression législative, les entreprises sont obligées de réviser leur people review. Pour accélérer encore davantage ce processus, elles vont devoir « débiaiser » les parcours permettant d’accéder aux instances dirigeantes.

Jusqu’à présent être passé par le terrain et l’expatriation était une voie royale pour les comex. Or, dans ces parcours, on retrouve essentiellement des hommes. Désormais, pourquoi ne pas considérer qu’être mis à contribution sur des projets multinationaux et multiculturels, sans nécessairement s’expatrier, est aussi formateur
Hervé Borensztejn, Managing Partner chez Heidrick Consulting

Chez Heidrick & Struggles, on constate également que la montée en puissance du digital ouvre des opportunités pour les femmes. La preuve avec Barbara Martin Coppola, la nouvelle DG de Décathlon qui occupait précédemment la fonction de chief digital officer chez Ikea.

Plus de femmes dans les comex car elles sont chassées en externe

Dans l’étude Mixité au sommet 2022, on apprend également que « 36% des femmes contre 29% des hommes sont recrutées à l’extérieur, ce qui pourrait démontrer un manque de capacité des entreprises à former leurs dirigeantes en interne ». Et que « c’est en particulier sur les postes fonctionnels que se font ces recrutements : 40% des postes fonctionnels pourvus par des femmes se font par recrutements externes contre 36% pour les hommes ». Et le terrain de chasse est mondial. En effet, 82 femmes membres de comex sur 326 (donc un quart) sont étrangères. Contre 30% chez les hommes. Ces dirigeantes viennent principalement d’Europe (63%) et d’Amérique du Nord (23%).

Top 10 des nationalités des membres étrangers dans les comex du SBF 120 au 31/12/2021. Source : Heidrick & Struggles

Plus de femmes dans les comex, mais les stéréotypes ont quand même la vie dure

L’un de mes clients s’interrogeait l’autre jour sur la nomination d’une femme numéro 2 d’une business unit, alors que la N°1 était déjà une femme. J’ai dû lui rétorquer qu’il ne se posait jamais la question quand il s’agissait de deux hommes.
Un chasseur de tête parisien (anonymat demandé)

L’histoire ne dit pas qui a finalement été sélectionné mais elle prouve une chose : la mixité est un travail de longue haleine.

Tags : Parité
Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :