Compte personnel de formation : pourquoi les cadres utilisent moins leur CPF

Sylvie Laidet

FORMATION – Plus de 100 000 cadres ont utilisé leur compte personnel de formation (CPF) pour se former en 2020. Une réelle montée en charge toutefois moins exceptionnelle que pour les autres catégories de salariés. Pourquoi les cadres mobilisent-ils moins leur CPF que les autres ?
Compte personnel de formation : pourquoi les cadres utilisent moins leur CPF

Ils témoignent

  • Ronan Mahieu, directeur des études et des statistiques à la direction politique sociale du groupe Caisse des dépôts
  • Philippe Bernier, dirigeant & consultant du groupe Jualbe-Caraxo + directeur du Master Droit social et RH, faculté de droit de l’Institut catholique de Lille (ICL)
Cela pourrait vous intéresser :

Les cadres toujours gros consommateurs de CPF mais en proportion, moins qu’en 2019

En valeur absolue, les chiffres sont bons. En 2020, 106 000 cadres ont mobilisé leur compte personnel de formation (CPF) contre 85 000 un an plus tôt (chiffres Dares). Soit une hausse annuelle de 24 %.

Les entrées en formation CPF selon les CSP, en 2019 et 2020

Le taux de recours au CPF des cadres était de 2,9 % en 2020 contre 2,4 % en 2019 (chiffres Caisses des dépôts). De quoi se réjouir ? Pas tout à fait car :

  • cette augmentation des actions formation CPF est nettement plus modérée que celles des employés (+53%) et des ouvriers (+73%)
  • en 2020, les cadres ne représentaient plus que 12 % des entrants en formation CPF contre 18 % en 2019.

Plusieurs raisons expliquent ce décrochage.

Les cadres noyés dans un « effet rattrapage »

Depuis fin novembre 2019, tout salarié peut acheter sa formation en direct via son appli CPF sans avoir à demander l’autorisation de son employeur, si cette formation se déroule hors temps de travail. « Cette désintermédiation a simplifié les démarches et a ainsi permis aux employés et aux ouvriers de se rattraper », souligne Ronan Mahieu, directeur des études et des statistiques à la direction politique sociale du groupe Caisse des dépôts. Proportionnellement, le nombre de cadres entrants en formation CPF diminue mécaniquement.

 

Les cadres mieux formés hors CPF

« Dans certaines entreprises, les cadres bénéficient de beaucoup de formations liées au plan de développement des compétences. Dès lors, ils peuvent ressentir moins d'envie de partir en formation "en plus" de ce qu'ils font déjà », observe Philippe Bernier, dirigeant & consultant du groupe Jualbe-Caraxo.

 

Les cadres capitalisent pour des formations plus longues

Il est également probable que les crédits CPF des cadres ne soient pas suffisamment élevés à date pour pouvoir se financer des formations.

« Partir en formation n'est pas un acte "neutre". Il renvoie la plupart du temps à un projet qui se veut construit. Le CPF est plutôt utilisé dans le cadre de formations courtes. En ne mobilisant pas trop vite le CPF, le cadre se construit un budget qui, à terme, répondra mieux à un besoin en formation plus conséquent », argumente Philippe Bernier, également directeur du Master droit social et RH au sein de la faculté de droit de l’université catholique de Lille (ICL).

 

Les cadres en pause formation ?

« Le contexte “covid” a beaucoup joué dans le rapport au travail mais plus encore aux loisirs. Les cadres ayant passé beaucoup de temps en télétravail, il n'est pas impossible qu’ils aient envie d'une "pause" qui se traduit notamment par un ralentissement d'accès à la formation professionnelle », plaide Philippe Bernier.

 

Les cadres plus sensibles aux arnaques ?

Des SMS, des mails ou encore des appels pour nous inciter à consommer nos crédits CPF ! Et malheureusement derrière ces démarches, de nombreuses arnaques visant à siphonner les crédits disponibles sur les CPF comme l’explique notamment cet article. A tel point que le gouvernement s’apprête à légiférer pour interdire tout démarchage téléphonique en lien avec les CPF « Les cadres sont aussi conscients du phénomène d'arnaques liés au CPF. Il est tout à fait possible qu’ils se mettent en mode prudence », ajoute notre expert.

 

Quelles conséquences pour les cadres qui ne se formeraient pas via le CPF?

Soyons clair, il n’y a pas péril en la demeure car en règle générale, les cadres ne sont pas les plus à plaindre en matière d'accès à la formation. « Il ne faut pas trop s'inquiéter sur ce sujet. L’entreprise a une obligation d'adapter au poste, d'assurer le maintien dans l'emploi (L 6321-1 du Code du travail). Dès lors le risque du cadre non formé est minimisé et la non-utilisation du CPF n'est pas un danger réel pour lui », insiste Philippe Bernier.

Cela étant, il peut être utile de noter que la durée moyenne d’une formation CPF s’élève à 67 heures en 2020 contre 296 h en 2016. Et la médiane se situe en fait autour de 20 heures. Ce qui signifie ?  Même s’ils semblent plus friands de formations plus longues, les cadres gagneraient peut-être à updater leurs compétences en langue, datas, numérique, blockchain… via des formations d’une ou deux journées.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :