Chez Supermood, les salariés prennent autant de vacances qu’ils veulent… et ça marche depuis 6 ans !

Sylvie Laidet-Ratier

CONGES ILLIMITES - Alors que la semaine de 4 jours est l’une des pistes examinées par le gouvernement pour améliorer les conditions de travail, certaines entreprises vont plus loin depuis longtemps. C’est le cas de la start-up Supermood qui, depuis 2017, a mis en place les congés illimités pour ses salariés. L’heure du bilan a sonné.

Chez Supermood, les salariés prennent autant de vacances qu’ils veulent… et ça marche. Le big boss Kevin Bourgeois montre l’exemple et pose environ 9 semaines par an.

Chez Supermood, les salariés prennent autant de vacances qu’ils veulent… et ça marche depuis 6 ans !
Chez Supermood, les salariés prennent autant de vacances qu’ils veulent… et ça marche. Le big boss Kevin Bourgeois montre l’exemple et pose environ 9 semaines par an.

Le principe des vacances illimitées chez Supermood

Pour les 45 salariés de Supermood, une plateforme dédiée aux feedback des collaborateurs, les 5 semaines de congés payés, c’est de la préhistoire. Depuis 6 ans, leur employeur les autorise à prendre autant de vacances qu’ils le souhaitent. En plus des 5 semaines légales et obligatoires, ils disposent de « jours chômés et payés » à volonté. Histoire de faire une pause de 2-3 jours après un projet harassant, de s’évader loin quelques semaines, ou tout simplement pour prendre du temps pour eux ou pour réparer une fuite d’eau. Voilà pour la théorie.

Cela pourrait vous intéresser :

 

La réalité des vacances illimitées chez Supermood

En moyenne, les salariés de Supermood utilisent 7,2 semaines par an avec un écart type compris entre 5,5 semaines (2 personnes) et 11,5 semaines (2 personnes également).

Le big boss, Kevin Bourgeois montre l’exemple et pose environ 9 semaines par an.

En pratique, ces congés illimités reposent quand même sur un certain nombre de règles.

  • D’abord, un délai de prévenance proportionnel au nombre de jours posés (sauf urgence de dernière minute). Les salariés doivent avertir leur manager une semaine avant pour un jour d’absence, ou encore 2 mois avant 10 jours de repos. Histoire que les équipes puissent s’organiser. « Les collaborateurs n’ont pas à justifier leur absence. Ils demandent et si pas de réponse de leur manager dans les 5 jours, leur requête est acceptée. Quand les managers invalident les demandes c’est qu’il y un problème entre la performance perçue par le collaborateur et sa performance réelle », explique Kevin Bourgeois, le fondateur de Supermood.
  • La deuxième condition pour s’absenter à volonté est de tenir ses objectifs. Sinon, le manager peut refuser la demande. Dans ce cas, le manager rediscute des attendus en termes de résultats, voire revoit les objectifs avec le salarié… mais cela peut aussi déboucher sur des conflits. « Deux cas se sont déjà produits. Avec un salarié, on a remis les pendules à l’heure et maintenant ça roule. Avec l’autre, le refus d’absence a déterré de vieux sujets de conflit, il a finalement quitté la boîte », détaille-t-il.

 

Les avantages des congés illimités chez Supermood

« Comme nous avons tous besoin d'un temps de sommeil différent, nous avons besoin de vacances différentes. Acceptons-le. Les vacances illimitées sont un indispensable pour qui veut responsabiliser ses collaborateurs dans leur qualité de vie au travail, et ont un impact fort sur la santé mentale des salariés. Ils n’ont plus besoin de calculer leurs jours d’absence, ni de jongler avec le calendrier. Une tranquillité mentale évidente », insiste-t-il.

Plus reposés, ses salariés (et lui-même d’ailleurs) ont les idées plus fraiches et sont donc plus aptes à exécuter leurs tâches et à prendre de meilleures décisions. « Les collaborateurs les plus absents sont les plus performants en fait. EY a d’ailleurs constaté que pour chaque tranche de 10 heures de vacances supplémentaires, l'évaluation des performances des employés s'améliorait de 8 % », ajoute-t-il.

Depuis le lancement de ce dispositif « vacances ilimitées », le chiffre d’affaires de Supermood a été multiplié par 9.

La start up fait également de ses congés illimités un levier fort pour sa marque employeur. 72% des nouveaux embauchés affirment que ces vacances illimitées ont été déterminantes dans leur décision de rejoindre la boite.

 

Les limites des vacances illimitées chez Supermood

Pour Kevin Bourgeois, fervent défenseur des organisations de travail alternatives, ces vacances illimitées pourraient trouver leurs limites dans des organisations qui n’auraient pas la culture de l’autonomisation et ni de la responsabilisation de leurs collaborateurs. « Pour que cela fonctionne, il faut manager les équipes par le résultat et pas par les moyens et le temps passés au travail », conclut-il. Donc oui, c’est transposable dans les grandes entreprises, si et seulement si, elles font entièrement confiance à leurs salariés.

Et ça, c’est pas gagné !

 

Cela pourrait vous intéresser :
Sylvie Laidet-Ratier
Sylvie Laidet-Ratier

Journaliste indépendante, je réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de mes sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :