Cyrille Coutansais : « La “relocalisation du monde” va développer les métiers de la logistique »

Gwenole Guiomard

INTERVIEW – Cyrille Coutansais est directeur de recherche au centre d’étude stratégique de la marine et enseignant à l’IEP de Paris. Il vient de publier « La relocalisation du monde »*. Dans cet ouvrage, il explique pourquoi la fabrique des biens va se relocaliser et comment cela va constituer un bienfait pour les métiers de la logistique et de la supply chain.

Cyrille Coutansais, auteur de La relocalisation du monde (CNRS Edition)

Cyrille Coutansais : « La “relocalisation du monde” va développer les métiers de la logistique »
Cyrille Coutansais, auteur de La relocalisation du monde (CNRS Edition)

Vers une "relocalisation du monde"

« Je suis un spécialiste de l’économie maritime et me suis aperçu, que, depuis 10 ans, le PIB mondial croit plus vite que le transport maritime. Cela avait été l’inverse pendant les années 1980-2010 de mondialisation. De plus en plus, on produit localement pour sa région.

Ainsi, on produit européen pour l’Europe, asiatique pour l’Asie, américain pour l’Amérique. Bref, on assiste à une relocalisation du monde et de ses moyens de production pour les rapprocher des bassins de consommation.

>> Lire ici un dossier du quotidien la Croix et sa prise en compte par le sommet de Davos 2022

L'impact de la 3e phase de la numérisation de l'économie

Ce changement est permis par la troisième phase de numérisation (de nos économies après internet puis le développement du e-commerce). Le numérique est désormais entré dans les usines et a permis l'automatisation des productions. Résultat : les coûts de production entre un produit fabriqué en France se rapprochent grandement de celui d’un produit fabriqué en Chine. Le modèle de Tesla est, à cet égard, passionnant. Le constructeur de voiture électrique a ainsi décidé de produire en Allemagne pour l’Europe, en Chine pour l’Asie et aux Etats-Unis pour l’Amérique. De même, il est aujourd’hui possible de commander un produit sur une plate-forme d’e-commerce et de le recevoir deux jours après. Hier, j’étais chez Décathlon qui développe une usine en France pour produire des chaussures de sport. Elles étaient globalement, précédemment, fabriquées en Asie.

 

Des embauches en hausse pour optimiser les nouveaux besoins

Le modèle nouveau sera donc d’acheter sur un site d’e-commerce lié aux sites de production avec une logistique permettant de recevoir le produit dans la semaine. En France, ce renouveau est, en outre, facilité par la possibilité de disposer d’une énergie « verte » et d’usines de recyclage pour disposer de matières premières plutôt bon marché.

Conséquences pour les fonctions logistiques : il va falloir embaucher encore plus de spécialistes de ces questions pour optimiser tous ces transports. De plus, pour livrer des produits en fabrication à la demande, la logistique se devra d’être encore plus efficace, soutenu par de l’intelligence artificielle (IA) pour savoir quelle route il faudra préférer, pour servir, parfois en deux jours, le client final.

 

Des talents spécialisés en IA et big data

Tout cela va demander des talents pour des métiers de logisticiens qui vont s’avérer de plus en plus décisifs. Je fais le pari qu’un logisticien disposant de connaissances en IA et en gestion des données massives (big data) va être un métier d’avenir. Cette relocalisation du monde va, donc, développer les métiers de la logistique. Et si – c’est le géographe en moi qui s’exprime – le candidat dispose de bonnes bases en géographie, cela n’en sera que mieux ».

* La (re)localisation du monde, Cyrille P. Coutansais, CNRS Editions, 2021.

Gwenole Guiomard
Gwenole Guiomard

Je suis journaliste spécialisé dans les questions de formation et d’emploi. L’un ne doit pas aller sans l’autre et la compréhension des deux permet de s’orienter au mieux. Je rédige aussi, tous les deux ans, le Guide des professionnels du recrutement. Je suis aussi passionné d’histoire et amoureux des routes de la soie.

Vous aimerez aussi :