1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. 5 raisons de tester la recette du bonheur de Jonathan Lehmann

5 raisons de tester la recette du bonheur de Jonathan Lehmann

5-raisons-de-tester-la-recette-du-bonheur-de-jonathan-lehmann-

Céline Husétowski

16/07/2018

[Lecture inspirante] Il a quitté son job d’avocat d’affaires bien payé, a arrêté le tabac, s’est mis au yoga, a appris à méditer puis est parti en Inde pour apprendre à apprivoiser son mental et ses émotions. Voici 5 bonnes raisons de s’inspirer du journal intime de Jonathan Lehmann.

Après avoir quitté son job, Jonathan Lehmann, ex avocat d’affaires franco-américain, ex accroc aux drogues, ex fêtard, a retiré son costume et pris son bâton de pèlerin pour arpenter le chemin du bonheur. Auteur d’un blog sur la méditation, les antisèches du bonheur, il est parti en Inde pour parfaire sa connaissance des outils qui mènent au bonheur. Dans Journal intime d’un touriste du bonheur paru aux éditions La Martinière, il fait le récit de son voyage ponctué de rencontres insolites et d’expériences originales sur le fonctionnement de nos émotions. On a listé 5 raisons de lire son journal intime

 1.   Vous avez envie de démissionner

Si beaucoup rêvent de quitter leur job, très peu le font dans la réalité. Avocat d’affaires à New York, Jonathan Lehmann vit sur son rêve d’enfant. Il gagne bien sa vie et a une petite copine que tout le monde trouve fabuleuse. Mais en coulisse, il est malheureux, il travaille de jour comme de nuit et devient accroc aux drogues dures pour échapper à cette vie artificielle qu’il s’est construite. Puis vient le point de rupture « j’en avais marre de jouer au mec important qui trime pour des mecs encore plus importants ». Le déclic vient de son père dont il est très proche et qui tombe très malade. Il démissionne et tombe par hasard sur un ouvrage d’Eckhart Tolle : Nouvelle terre : avènement de la conscience humaine qui va changer sa vie. Désormais il veut aider les gens à s’inspirer de cette philosophie et se débarrasser de « la tyrannie du mental » en d’autres termes, d’un cerveau qui pense trop.

Depuis cette rupture avec le monde professionnel, il a développé une philosophie. “Je sais bien qu’il faut des patrons et des employés dans ce monde, mais, je n’arrive plus à me convaincre que quelqu’un puisse savoir mieux que moi comment me servir de moi-même et de mon temps.”

Lire aussi : Démission en CDI : comment démissionner "
Lire aussi : " La vraie raison d'une démission"

2. Vous voulez apprivoiser votre stress

Si vous ne voulez plus jamais éprouver du stress, ne lisez pas ce livre, car c’est plutôt un ouvrage où l’on apprend à apprivoiser ses émotions. Pour arriver à canaliser son mental, Jonathan Lehmann s’inspire de la méditation, du yoga mais aussi de techniques comme la pensée positive et la gratitude.

Dans l’ouvrage, il fait aussi le point sur deux notions capitales qui aident à mieux comprendre la tyrannie de son mental :  le « moi présent » qui permet de vivre sa vie ici et maintenant à travers les cinq sens et le « moi histoire » qui est notre capacité à interpréter une expérience présente avec notre histoire personnelle.

Le problème pour Jonathan Lehmann, c’est que notre moi histoire prend souvent l’ascendant sur notre moi présent, ce qui déconnecte de l’instant présent. « Quand j’interprète une expérience, quand je colle les mots dessus, quand j’essaie de la capturer, je ne suis déjà plus en train de la vivre », explique Jonathan Lehmann.

Son mantra : observer ses sensations physiques sans y réagir car nos pensées ne nous définissent pas.

Pas évident ? La bonne nouvelle c’est qu’on peut tous s’entraîner notamment en méditant. Au cours de son voyage, Jonathan Lehmann a d’ailleurs beaucoup médité et parfois expérimenté des pratiques insolites comme la méditation « no mind ». Particularité : elle consiste à parler une langue inventée, le gibberish en se roulant par terre vêtu d’une robe bordeaux. Apparemment ça marche même si le dress code est un peu particulier …

Lire aussi : " De quel stress, souffrez-vous au boulot ? "

3. Vous en avez assez d’être accroc à Facebook

Entre deux réunions, vous ne pouvez pas vous empêcher de consulter vos notifications et votre fil d’actualité ? Jonathan Lehmann est aussi accroc mais il arrive à interroger le lecteur sur les origines de cette addiction. A quoi ça sert de poster des photos sur Facebook ? Que partage-t-on vraiment avec les gens qui nous lisent ? D’après Jonathan Lehmann, pas grand-chose à part du narcissisme.  « L’addiction aux réseaux sociaux, c’est le signe d’une faible estime de soi et que ce soit dans la vraie vie ou sur les réseaux sociaux, nous sommes nombreux à être en quête d’un signal qui viendra conforter notre narcissisme et combler ce vide qui demande que l’on pratique l’amour de soi », analyse l’auteur dans son ouvrage.

« Je ne m’aime pas suffisamment alors je réclame du monde extérieur qu’il m’aime à ma place. Mais le monde extérieur ne peut pas vraiment, il ne me connait pas. Le monde extérieur ne peut qu’approuver mon image et quand il le fait [..] ça créé une accoutumance », écrit Jonathan Lehmann pour expliquer cette addiction

Son conseil : utiliser Facebook comme un outil de communication et apprendre à s’en servir sans narcissisme.

4. Vous ne savez pas prendre une décision

Lui non plus, car il n’est pas un surhomme et pendant son voyage en Inde, il s’est souvent demandé quelle serait la prochaine étape de son périple.  Alors il a fait appel à un ami qui a toute sa confiance. « Quand je me sens de plus en plus paumé, je fais comme dans Qui veut gagner des millions ? : j’appelle un ami, mais pas n’importe lequel », explique-t-il dans l’ouvrage. Sachez que le choix des gens à qui vous vous adressez annonce déjà les choix que vous avez faits.  Ils ne font que valider un choix que vous avez déjà pris. Petit mantra supplémentaire : quel que soit votre choix, vous vous adapterez, car l’être-humain s’adapte à tout.

5. Vous n’avez pas de tabou sur le sexe

Attention cet ouvrage ne parle pas de banales parties de jambes en l’air mais plutôt de sexe tantrique.

Le sexe tantrique, c’est une connexion très puissante avec son partenaire et la symbiose de l’esprit et du corps grâce à la respiration, la concentration et une lenteur dans les mouvements. Certains vont être déçus mais le tantrisme n’aboutit pas forcément à la recherche du plaisir comme on le conçoit en occident.  « Le sexe ne peut être transcendé uniquement si on a compris comment le transformer en méditation : comment en faire un acte d’amour plutôt que de la consommation », explique Jonathan Lehmann qui s’inspire de la philosophie du penseur indien Osho.

Son expérience passe par sa volonté de partager. Et pour cela il n’hésite pas à remettre en question sa pratique sexuelle notamment grâce à un livre L’Homme multi-orgasmique, de Mantak Chia.

Cet ouvrage reste une belle déclaration d’amour à l’amour pur et authentique.

Journal intime d'un touriste du bonheur, Jonathan Lehmann







Jonathan Lehmann, Journal intime d’un touriste du bonheur, éditions de la Martinière, 2018.

 

2

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Lina BAHBAH

19/07/2018

à 15:14

Tout ce qu'il dit vaut la peine de s'y atterder. Toutefois il est plus facile d'arrêter quand on a été avocat d'affaire avec un salaire à 3 chiffres.

> Répondre

En réponse à Lina BAHBAH

Catherine N.

27/07/2018

à 17:52

Qu’est ce qu’un salaire à 3 chiffres ?

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte