1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. 56 % des cadres sont prêts à quitter Paris pour un salaire plus bas

56 % des cadres sont prêts à quitter Paris pour un salaire plus bas

56--des-cadres-sont-prets-a-quitter-paris-pour-un-salaire-plus-bas

Quentin Velluet

28/08/2017

À quel prix les cadres franciliens sont-ils prêts à quitter Paris ? Cadremploi leur a posé la question.

La grisaille quotidienne et son lot de transport en commun commencent à peser sérieusement sur le moral des cadres franciliens. À tel point que 56 % se disent prêts à toucher un salaire inférieur pour pouvoir s’installer hors de la région parisienne. Parmi eux, 58 % déclarent être capables de sacrifier 5 000 euros bruts annuel, soit 10 % de leur salaire moyen*. D’autres accepteraient de se reconvertir (48 %) ou de prendre un poste d'un niveau moins élevé (35 %), selon la dernière enquête menée par Cadremploi sur les villes préférées des cadres parisiens**.

Des temps de transport trop longs

La source de ce ras-le-bol se trouve dans un quotidien rythmé par des temps de transport à rallonge : 68 % des cadres – particulièrement ceux qui vivent en banlieue parisienne – évoquent les transports comme principale raison de leur insatisfaction, devant le coût de la vie (55 %) ou les problèmes de logement (53 %). En effet, plus des trois quarts (77 %) déclarent passer plus de 30 minutes dans les transports le matin.

Résultat, 80 % d’entre eux se disent prêts à quitter Paris, dont 94 % dans les 5 années qui viennent. Leurs destinations ? Les grandes métropoles régionales. Bordeaux en premier lieu, plébiscitée pour son dynamisme économique, Nantes pour les mêmes raisons et Lyon pour ses opportunités professionnelles.

Pourquoi ces villes attirent-elles les cadres ? Retrouvez des éléments de réponse sur nos sites régionaux :

-  Le nouveau Bordeaux a tout pour plaire aux cadres

-  Nantes : les recrutements cadres 2017 entre économie traditionnelle et numérique

-  L'industrie 4.0, moteur de l'emploi cadre à Lyon

 

>> Retrouvez également toutes nos offres à Bordeaux, Nantes et Lyon

 

*Chiffres Apec 2016.

**Étude réalisée en ligne du 7 au 12 juillet 2017 par Cadremploi à partir d’un échantillon de 2 858 candidats, cadres ou cadres supérieurs.

25

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Xavier

03/09/2017

à 14:43

Étude intéressante qui révèle parfaitement la situation. Mais qu'on ne s'y trompe pas : pour le temps consacré aux déplacements dans les métropoles régionales, que ce soit en infrastructures ou en moyens de déplacements en transports en commun sont tout autant problématiques en heures de pointes...

> Répondre

Partir De Paris

01/09/2017

à 09:33

Sans surprise, Paris on l'aime mais un jour ou l'autre, on cherche à en partir :)
C'est ce à quoi nous essayons d'aider les parisiens qui souhaitent la quitter : https://www.partirdeparis.fr

> Répondre

Michel

30/08/2017

à 11:13

Bonjour,

J'ai vécu jusqu'en 2005 dans le 95 et travaillé à l'ouest de Paris. Environ 55kms en voiture en empruntant le periph donc départ le matin à 6h15 max pour 1h de trajet sinon 2h voir plus en partant après 6h30....Je vis désormais en banlieue de Lille et c'est vraiment un cadre de vie complètement diffèrent. je suis a la campagne dans une maison avec du terrain au calme. Chose impossible a trouver en première couronne de Paris a moins d'avoir un sérieux budget.....Je ne gagne pas moins qu'a Paris mais attention aux faux espoirs.
Lille est très bouché le matin aussi en semaine. Il est possible de passer 45/60min pour un trajet qui n'en demande que 20 le week end.
C'est sur que c'est pas comparable avec Paris mais n'imaginez pas que la route vous appartient.....pour finir, il m'arrive de revenir sur Paris en voiture et le trafic est de pire en pire. C'est devenu impraticable en voiture. Pour rien au monde je n'changerai mon confort de vie pour avoir 30% de plus de salaire. Ou alors, je commuterai sur Lille le WE de toute façon.

> Répondre

JustMe

29/08/2017

à 20:13

Pour en avoir fait l’expérience, certes, partir en province c'est bien pour la qualité de vie, les commerçants sont plus souriants, les loyers moins chers (quoique car à Bordeaux ce n'est plus le cas !), et les temps de transport diminuent, exit le stress du RER puant et bondé où vous êtes contents quand vous arrivez à y monter même en ayant la joue collée à la porte avec vos amis blaireaux qui vous marchent dessus, sans parler du fait qu'ils sont rarement à l'heure, exit les gens qui font la tête, exit la grisaille parisienne, vive la verdure...
Oui mais : Les salaires sont 30% moins élevés en province, le coût de la vie est sensiblement le même, et surtout pensez à une chose : Une fois en province vous y serez bloqué car dans certains secteurs comme le digital, soyons clairs 95%, des emplois sont à Paris !

> Répondre

En réponse à JustMe

claveo

29/08/2017

à 22:21

Les medias sont très parisiens.......un cadre qui mets 30 min pour arriver à son travail...lol. Il habite à 1 kms. A lyon, un cadre qu habite a 20 kms mets plus d une heure pour aller travailler..... Mais peut être que les cadres parisiens , intra muros, ne prennent pas leur voiture de fonction pour aller bosser....

> Répondre

Kaled

29/08/2017

à 17:54

Même si vous désirer la Provence, vous y trouverez en région parisienne...

> Répondre

En réponse à Kaled

Miki

29/08/2017

à 22:33

J'ai la chance de vivre en provence. J'ai quitté Paris il y a 9 ans. Et je ne le regrette pas. Je voyage beaucoup pour mon travail et j'ai un salaire parisien de cadre sup. Très rare en région, mais il y a moins d'opportunités, c'est certain. J'ai réussi à changer mais en travaillant pour des groupes étrangers mais ma famille a une qualité de vie. Quand je dois me déplacer, je suis à 15 Minutes de l'aéroport. A Paris pour le même trajet, parfois presque 1 heure...pour prendre l'avion et la même chose au retour. Je comprends bien cette demande des cadres de quitter Paris.... je suis passé par ce chemin...

> Répondre

micheldurand666

29/08/2017

à 17:27

Moi aussi j'ai quitté Paris et j'en suis heureux, j'ai la mer, le soleil et l'Espagne toute l'année, je suis à 5 mn de mon travail et j'ai perdu 2 % de mon salaire, l'horreur...Quand aux prix, rien à voir avec la capitale ! J'ai beaucoup d'admiration pour ceux qui restent, ils ont du courage et toute ma sympathie.

> Répondre

En réponse à micheldurand666

Debat

29/08/2017

à 21:59

Bonjour. Ou êtes vous partis en quittant la reg parisienne? Je passe les vacances en Espagne depuis une dizaine d'année et ce pays manque .je parle cette langue assez bien et j aimerais m en rapprocher par une mutation en visant Narbonne ou Perpignan .. je travaille pour Orange .Vous pouvez men dire plus?

> Répondre

treta

29/08/2017

à 16:24

"L'herbe est toujours plus verte en province", "la vie est plus douce en province".......Paroles d'autopersuation de provinciaux. On peut être très heureux à Paris ! N'en vous déplaise, complexés de provinciaux !

Je ne quitterais pas Paris, même pour un salaire plus élevé en province !

> Répondre

En réponse à treta

Bob Razovski

02/09/2017

à 09:05

Heureusement, il faut des gens comme vous.

Ayant, comme beaucoup, quitté paris intra muros (à l'arrivée des couloirs de bus), puis la banlieue parisienne, pour finalement vivre dans une campagne de 180 habitants, je suis rassuré qu'il reste des gens pour vivre à paris. Car si tout les parisiens quittaient paris, le monde deviendrait invivable. Ca reviendrait à "installer les villes à la campagne" comme dit l'autre, ce qui est stupide.

N'opposons pas paris à la province, l'important est que chacun y trouve son compte.

> Répondre

En réponse à treta

Jimmy POZZA

30/08/2017

à 00:06

Tu es déjà sorti de Paris? J'y ai vecu 3 ans, puis a Montpellier pour finir en région toulousainne. Crois moi sur parole même 50% de mon salaire actuel en plus que je n'y reviens pas! Mais merci quand même j'ai bien rigolé....

> Répondre

G1Avis

29/08/2017

à 16:11

Un article de plus sur le mal-être des cadres en région Parisienne.
Mais quasiment aucun de ces 58% verra son rêve se réaliser car la RP monopolise tous les bons boulots.

Heureusement que l'espoir fait vivre, alors laissons-les rêver ...

> Répondre

En réponse à G1Avis

Binou

29/08/2017

à 21:56

Faux. 7 ans que j'ai quitté paris pour doubler mon salaire en suisse (genève). Nous vivons sur annecy. Été au bord du lac. Pistes de ski à 30 minutes l'hiver. Cadre de vie exceptionnel. La vie de famille est misérable à paris. Le rythme de vie n'est pas adapté à la vie familiale. Trop de monde, trop de voitures...

> Répondre

Michel

29/08/2017

à 15:27

Pas tant pour les temps de transport que pour les à cotés comme l'insécurité liée aux transports, le matraquage de l'automobiliste en Ile de France, le favoritisme du bien être social au détriment du bien être professionnel, le cout de la vie et le stress quotidien qui vient s'ajouter au stress professionnel.
Pas étonnant que l'on arrive à de tels chiffres de volonté de fuir un environnement devenu globalement humainement malsain.

> Répondre

Laure

29/08/2017

à 15:17

ON est parti vivre à Annecy il y a de cela 3 ans maintenant. Mon Mari y a d'abord été seul car j'emploi proposé n'était qu'un mission de 5 mois qui s'est finalement prolongé sur plus de 10 mois. L'idée de partir de Paris avec notre enfant nous démangeait et c'est là qu'on a fait le pas. J'ai quitté mon travail de mon côté et rejoint mon conjoins. Un pied à terre familiale sur place nous a beaucoup aidé mais j'ai longtemps été au chômage avant de retrouver quelque chose, donc des passes difficiles. Mais au jour d'aujourd'hui, nous avons 2 emplois qui nous plaisent, 2 enfants qui s'éclatent à la campagne et la maison qui va avec. On a laissé beaucoup d'amis et de vécus derrière nous à paris, mais je ne changerai pas ma vie d'aujourd'hui !

> Répondre

toulouzhein

29/08/2017

à 15:02

Bonjour,
cette remarque est vraiment lié au prisme Parisien... je ne la partage pas du tout, et bien au contraire ,j'échangerai volontier mes facilités de province contre une vie Parisienne intra muros.

Habitant Toulouse, je ne vois pas ce que gagnerait un parisien :
- temps de transport : minimum une heure
- transport en commun déficiant ... quand il existe...

A cela s'ajoute le statut de "provincial" ... justifié quand on voit l'écart existant avec la capitale...

> Répondre

En réponse à toulouzhein

G1Avis

31/08/2017

à 13:27

Surtout ne vous gênez pas pour partir en RP. Je ne sais pas si vous y ferez votre bonheur bien que je vous le souhaite, mais vous ferez à coup sûr le bonheur de celui qui vous remplacera.

> Répondre

Xavier

29/08/2017

à 14:30

Étude intéressante qui révèle parfaitement la situation. Mais qu'on ne s'y trompe pas : pour le temps consacré aux déplacements dans les métropoles régionales, que ce soit en infrastructures ou en moyens de déplacements en transports en commun sont tout autant problématiques en heures de pointes...

> Répondre

Forza

29/08/2017

à 13:56

J'ai quitté Paris pour Marseille il y a quelques mois et c'est le bonheur. Cette ville mériterait un meilleur classement, mais pour cela il faut qu'elle arrive à attirer les entreprises afin de créer des emplois cadres (pour l'instant inexistants ou presque). Pour les transports et le logement en revanche cela a beaucoup progressé et évidemment le coût moindre de la vie permet de bien vivre avec un salaire plus bas (sans oublier que ça fait baisser vos impôts). Bon je parle pas du soleil, de la mer et de la nature hein... ça tout le monde le sait !

> Répondre

Logan

29/08/2017

à 11:07

Bordeaux ? Its a joke ?

> Répondre

Didier LAGARDE

29/08/2017

à 09:56

Il serait donc temps que les employeurs arrêtent de nous faire croire que s'ils installent leurs bureaux en province ils ne trouveront pas de cadres compétents pour y travailler.
La réalité est que les patrons ont les moyens financiers de payer leur logement à proximité de leur lieu de travail et ne souffrent pas des conditions de vie parisiennes

> Répondre

En réponse à Didier LAGARDE

Patrick3394

30/08/2017

à 08:42

Bien vu, en effet. Au delà des généralités anti-Paris/Région parisienne ou anti-province/métropoles régionales, où chacun peut trouver autant d'avantages que d'inconvénients, il me semble bon d'aller à la source du parisiano-centrisme : les décideurs, les investisseurs, les dirigeants, la matière grise des cadsups, tous ou presque sont franciliens. Les emplois cadre et les métiers autour du numérique retiennent les cadres qui voudraient partir de Paris et attirent ceux qui veulent/doivent venir à Paris.

Le numérique justement devrait permettre de bosser, de créer un peu partout. Seuls certains télétravailleurs, coworkers et autres indépendants arrivent à créer leur propre emploi ailleurs. Tant que les décideurs, créateurs ou responsables de vraies entreprises ne changeront pas leur boussole pour créer de l'emploi, de l'activité ici ou là, ici et là, les embouteillages de l'Ile de France et des grandes métropole ne vont que s'aggraver.

Quand on dit vrais entreprises, on ne dit pas auto/micro-entreprises ou entreprises individuelles qui sont de l'auto-emploi mais des sociétés multipersonnelles qui sont des collectifs d'associés et surtout de salariés, plus des partenaires, prestataires, etc.

> Répondre

Jeffaura 06

29/08/2017

à 09:54

Il est vrai que la vie est plus douce en province qu'à Paris , mais c'est aussi une vie qui est assez inconnue de ceux qui y aspirent. Il y a les cadres parisiens qui sont issus de la province et qui rêvent de retrouver la vie provinciale, il y a ceux qui veulent trouver en province la vie proche de celle qu'ils on découverte près de leur lieux de vacance favori . Mais beaucoup ignorent ce qu'ils vont rencontrer dans la vie de tous les jours ! Les embouteillages à Montpellier c'est la terreur , tout comme sur le périphérique Bordelais ! Certaines régions agréables en période estivale le sont moins en période hivernale , avec l'automne les portes se ferment , et Lille est plus convivial que Toulouse l'hiver pour les gens non originaires de l’Occitanie. Dernier obstacle, certaines de ces villes sont certes attractives pour un cadre, mais il est parfois difficile pour un couple de cadres que les deux trouvent un poste satisfaisant . Le maire d'une de ces grande ville me disait :" Il n'est pas rare que lorsqu'un cadre vient de la région parisienne , on se retrouve avec un chômeur de plus, son conjoint.! Après un ou deux ans en région on voit un nombre significatif de cadres qui "remontent" à Paris , déçus par la vie provinciale !

> Répondre

En réponse à Jeffaura 06

Phillipe Duroule

30/08/2017

à 11:45

Moi perso, je vis à Paris, j'ai trouvé un appartement à moins de 20 min à pied de mon travail. Quand je peux, je mets 8 min en velib.
Quand je veux manger au resto, ou que je veux sortir, il n'y a que l'embarras du choix. Le midi, quand je veux du calme, je vais dans un parc, il y en a plein des très agréables et très calmes. Le weekend, le bord du canal est piétonnisé, comme plusieurs parties de Paris. Si je veux plus de verdure, je pousse un petit coup de RER, et c'est parti pour l'ouest parisien, ou la vallée de chevreuse, fontainebleau, etc.
Aller se promener à montmartre dans les rues inconnues des touristes, profiter des rues calmes du marais, attraper un sandwich kurde à strasbourg saint denis, se perdre dans les passages indiens, réunionnais, les rues chinoises, le quartier tamoule. Aller engloutir des raviolis chinois à Belleville. Ca n'est pas partout qu'on peut voyage si facilement ! Je comprend que certains aient des mauvaises conditions à Paris, mais pour plein d'autres, malgré ses désagréments (les voitures, la pollution, le monde), Paris, c'est aussi la plus belle ville du monde !

> Répondre

+