1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. 7 messages d’absence qui découragent les forceurs

7 messages d’absence qui découragent les forceurs

7-messages-dabsence-qui-decouragent-les-forceurs

Michel Holtz

26/07/2019

J-1 avant votre départ en congés ? Il ne vous reste plus qu’à rédiger votre mail d’absence afin d'annoncer la date de votre retour et éventuellement orienter vers un contact en cas d'urgence. Mais ne comptez pas sur un mail classique pour passer des vacances tranquilles. Pour décourager les importuns, rien de plus efficace qu'un message percutant. Cadremploi vous propose quelques exemples de messages humoristiques, avec extra-terrestres, prescriptions médicales ou intimidations judiciaires dedans. Servez-vous !

Ils ont beau indiquer que vous n’y êtes pour personne sauf les crèmes solaires. Mais les mails d’absence classiques pendant les vacances, du type « je suis out of office (le triple O pour faire moderne, lire ci-dessous) jusqu’au 19 août » sont sans effet. Ils ne dissuadent nullement les entêtés qui savent pertinemment que même à la plage, la 4G passe à fond et que leur petit mot sera lu sur un smartphone caché sous un drap de bain. Et sans réponse du destinataire, ils vont récidiver, jusqu’à pourrir les congés de l’intéressé, qui, en l’occurrence n’est pas du tout intéressé.

Comment les dissuader ? Comment les faire patienter jusqu’à la rentrée ? Par un ton ferme, un mot d’esprit, un ton lyrique ou pathétique, c’est selon. Et si après ces quelques exemples, piqués sur le web ou issus de notre imagination, les forceurs continuent de forcer, il reste bien quelques moyens de les en empêcher… Mais le sens moral et la loi, nous interdisent d’en dire plus.

Lire aussi >> Pourquoi vous n'arrivez pas à déconnecter de votre travail 


1/ L’évidence par l’absurde

 En cas d'absence, je ne suis pas là

 

2/ La vérité sort de la bouche des enfants

Cliquez pour agrandir

 

3/ La destination mystère

 

 

 

 

 

 

 

4/ La coolitude ferme

 

« Je comprends votre désarroi : vous n’êtes pas en vacances, et moi, si. Vous souhaitez m’envoyer un mail ? N’hésitez pas, mais sachez que je consulterais ma boite le 19 août au matin et l’accumulation étant l’un des maux de nos sociétés modernes, il risque fort d’être perdu entre 12 propositions d’isolation de mes combles à 1 euro, 27 pubs pour une porte de baignoire, eût égard à mon âge avancé, et 13 propositions du comité d’entreprise pour une intégrale de Péguy sur papier bible à prix cassé. Si malgré tout, vous souhaitez vous immiscer dans le flot, ma boite vous est grande ouverte ».

 

5/ La médecine à la rescousse

« Attention : ceci est une prescription médicale signée de la main du docteur Jean-Marie Decomplaisance.

-          4 semaines d’arrêt maladie, à compter du 22 juillet jusqu’au 18 août inclus. Motif : allergie aux courriels résultant d’un excès observé tout au long de l’année

-          Une déconnexion totale est prescrite durant ce laps de temps

-          Elle doit s’accompagner, matin, midi et soir, d’une dose extrême de chaise-longue

-          La faculté remercie les importuns de ne pas importuner le patient. »

 

6/ Le juridisme peut effrayer

« Je suis absent du bureau jusqu’au 19 août au matin. Durant ce laps de temps, je ne suis pas joignable. Pour rappel, la France est le seul pays au monde à inclure dans sa législation, le droit à la déconnexion (article L2242-8 du Code du Travail). Ce texte, applicable depuis le 1er janvier 2017 est inscrit dans l’appareil législatif dit « lois El-Khomri ». Celles et ceux qui l’outrepasseraient s’inscriraient donc, de manière passive, dans une forme d’insubordination, même si l’exécutif ne prévoit aucune peine pour cette entrave. »  

 

7/ L’extravagance, ce passeport infaillible.

« Vous n’êtes pas sans ignorer que plus d’un million d’internautes s’apprêtent à pénétrer dans la zone 51, le 20 septembre prochain, aux Etats-Unis, pour prouver que les Aliens existent bel et bien. Sans vouloir entrer dans le débat, et sans chercher à savoir si oui, ou non, les extra-terrestres sont parmi nous, je profite de mes vacances, du 22 juillet au 18 août inclus, pour me rendre dans le Nevada. Le but de l’expédition : récupérer mes amis Alf et Roswell, afin de les mettre à l’abri avant le grabuge annoncé à la rentrée. Evidemment, étant donné la nécessaire discrétion pour réussir une telle opération, je serais forcé de couper, durant ce laps de temps, tout moyen de communication avec l’extérieur. Quant à ceux qui m’enverraient malgré tout un mail, ils s’exposent à une irruption de la CIA à leur domicile aux premières lueurs de l’aube pour entrave à la sécurité nationale et même extra-terrestre, puisque, pour rappel, la RGPD n’existe pas sur la planète Melmac. »

 Lire aussi >> Messages d'absence du bureau : ce qu'ils disent de vous

Le triple 0, passeport de l’été

« Dans une semaine, je suis en triple O ». Ce triple O n’est autre que la contraction d’« out of office », les trois mots qui envahissent la réponse automatique des tous les estivants depuis quelques temps. Mais pourquoi ne pas en passer par un plus simple « je suis absent du bureau jusqu’au 18 août » ? Parce que l’utilisation d’un anglicisme quel qu’il soit, est une manière de rester entre initiés du bureau, et qu’une phrase en français est désespérément compréhensible par tous. A quand le pire du mélange, sous la forme d’un « je suis out of office » ?

 

Lire aussi >> Les messages d’absence de bureau les plus osés

 

 

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte