1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. 97 % des salariés épanouis quand ils travaillent dans une équipe mixte

97 % des salariés épanouis quand ils travaillent dans une équipe mixte

97--des-salaries-epanouis-quand-ils-travaillent-dans-une-equipe-mixte

Quentin Velluet

10/11/2016

L’égalité homme-femme n’est plus seulement une revendication sociale. Une étude vient de confirmer qu’elle était aussi un levier de performance des entreprises.

La mixité ne sera bientôt plus l'un des sujets fétiche des cyniques. L’étude Gender Scan* menée par le cabinet Global Contact, vient de confirmer par les chiffres que les équipes mixtes sont les plus performantes : 81 % des patrons et managers estiment que leurs résultats sont meilleurs que ceux des équipes non-mixtes. Et composer des équipes de 40 % à 60 % d’hommes ou de femmes augmente également la satisfaction des collaborateurs. D’après l’enquête, les salariés appartenant à des équipes mixtes se déclarent à la fois plus épanouis (97 % pour les mixtes contre 83 % pour les non-mixtes), mieux accompagnés et d’avantage utiles. Mieux, les collaborateurs et collaboratrices évoluant dans ces groupes assurent également se sentir plus respectés. De quoi convaincre dirigeants et managers de lutter contre les discriminations.

L’ambition des femmes au rendez-vous

Et qu’on ne nous resserve pas l’argument de l’autocensure, car les Françaises sont les championnes de l’ambition : 64 % d’entre elles souhaitent atteindre une fonction de direction au cours de leur carrière, selon une récente étude** du cabinet de recrutement Hays. Reste qu’en France, certains secteurs persistent à donner un sexe aux métiers.

Plafond de verre blindé dans l’innovation et les secteurs scientifiques et techniques

Comme dans l’industrie, où les femmes représentent un peu moins du quart des effectifs. Idem dans les entreprises des secteurs scientifiques, techniques et de l’innovation (STI) où même les bons élèves du Global 100***, reconnus par l’ONU pour leur engagement en faveur de la responsabilité sociale et environnementale, ne comptent que 24 % de femmes. Plus haut dans la hiérarchie, elles sont seulement 14 % à siéger aux comités exécutifs et 18 % aux conseils d’administration. À ce stade, le fameux plafond de verre ressemble plus à une vitre blindée.

Les entreprises cherchent des solutions

Pour éviter les discriminations, nombre de grandes entreprises réfléchissent à la question de la mixité et mettent en œuvre des solutions. À l’image d’Accenture, qui fait partie de la petite majorité (53 %) d’entreprises des secteurs des STI à proposer du mentorat à ses collaborateurs. Chacun, à son arrivée dans la société de conseil aux entreprises, se voit attribuer un conseiller en carrière. Ce dernier n’est ni un dirigeant, ni un RH mais un collaborateur qui conseille et se fait l’avocat de son "filleul". Il promeut son travail et négocie avec la hiérarchie son évolution de carrière. Autres acteurs d’influence, les réseaux féminins, promeuvent la vigilance et coachent les collaboratrices volontaires.

 

Et puisqu’elle se veut tournée vers la technologie, l’entreprise Accenture teste également des solutions plus innovantes. Elle propose à ses collaborateurs, de jouer, lors d’ateliers, au Gender Swap, un mini-jeu d’immersion censé les faire réfléchir sur leurs préjugés. Muni d’un casque de réalité virtuelle, le cobaye doit mener une discussion avec un collaborateur qui hésite à accorder une promotion à une certaine Emma, parce qu’elle vient d’accoucher de son second enfant. En fonction des propos choisis par le joueur parmi plusieurs options, le jeu détermine si ce dernier a répondu plutôt comme un homme ou comme une femme et s’il a véhiculé consciemment ou non des stéréotypes sexistes. Un bon moyen d’éveiller les consciences en quelques minutes.

Mais ces innovations paraissent légères comparé à des stéréotypes bien ancrés et vieux comme le monde. Et si rien ne change, ils auront encore de longs jours devant eux. Pour rappel, le Forum économique mondial a récemment estimé que la parité ne serait atteinte qu’en 2186.

 

*Enquête menée de mars à août 2016 en partenariat avec l’Unesco dans 50 pays, auprès de 4 441 hommes et femmes âgés de 18 ans et plus.

**Enquête menée de novembre 2015 à janvier 2016 qui a interrogé 11 500 femmes et hommes à travers 25 pays.

***Le Global 100 sont les 100 premiers groupes mondiaux cotés en bourse et identifiés par l’Organisation des Nations Unies comme les plus engagés en termes de responsabilité sociale et environnementale.

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

bertrouf

16/11/2016

à 08:54

De mon expérience de manager, j'ai pu constater que les équipes les plus faciles à diriger sont soit 100% masculines, auquel cas il y a une entraide qui se créée entre les hommes, soit à majorité féminine avec quelques hommes au milieu.
Les deux autres cas sont beaucoup plus difficiles. Dans le cas majorité d'hommes avec quelques femmes, il y a une concurrence, une sorte de comportement de coq des hommes pour briller. Dans le cas 100% femmes, ce sont effectivement les commérages, comme le dit Isabel5. Or il suffit de quelques hommes pour calmer ces ragots.
Par exemple dans une des entreprises de ma carrière, nous avons recruté une soudeuse dans la maintenance. Pour bien l'intégrer et ne pas casser la dynamique, nous avons rapproché le bureau du contrôle qualité composé de femmes. Bien sûr mon patron n'a pas donné cette raison pour le déménagement. Les deux équipes s'en sont mieux porté.
Je précise que je suis un homme et que j'ai vécu ces comportements à la fois en tant que collaborateur et responsable.

> Répondre

Isabel5

10/11/2016

à 23:11

Je confirme que surtout que un.environnement a majorité feminine c'est commérages, coups bas, jalousie à gogo ! Environnement ultra negqtif et qui ne permet pas l'epanouissement. Je prefere meme etre dans un environnement 100 % masculin qie feminin... et je suis une femme.

> Répondre

En réponse à Isabel5

RS

18/11/2016

à 03:05

Regardez le documentaire norvegien Brainwash (realisez par la tele publique norvegienne).
Cela dure 30 minutes, c'est disponible sur Youtube, et c'est sous-titre en anglais.
Regardez, et vous saurez quoi penser de cette... article.

> Répondre

En réponse à Isabel5

FRO56

15/11/2016

à 15:51

Bonjour Isabel5... Je constate dans ce que vous écrivez que ce qu'on appelait la "misogynie intégrée (par les femmes) dans les années 80 a toujours cours!?!! Et ce que vous décrivez de l'environnement "à majorité féminine", c'est exactement ce que je constate lorsque je suis dans une équipe 100% masculine (à part moi:-), et j'y suis souvent puisque je travaille dans un milieu "technique" - mais peut-être que le problème, c'est le "100%"! En tout cas, vive les équipes mixtes!!

> Répondre

En réponse à FRO56

Isabel5

20/11/2016

à 03:08

Bonjour fro56, je ne sais pas mais ce qui est sur c'est que être dans une direction totalement feminine ou des secteurs trop feminin ça n'a rien de bon, j'ai vu et non je n'ai pas le temps avec ce genre de lopesa. J'ai travaillée dans un secteur très masculin et une direction très masculine et je n'ai eu aucun problème bien au contraire c'etait top ! donc oui vive la mixité ou plus d'hommes que de femmes.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte