1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Anatomie d’un recrutement cadre en France

Anatomie d’un recrutement cadre en France

anatomie-dun-recrutement-cadre-en-france

Quentin Velluet

12/01/2017

De nombreuses incertitudes entourent les offres d’emploi : combien de candidats postulent en même temps que vous ? Combien de temps le processus de recrutement va durer ? Autant de questions qui stressent les candidats et auxquelles l’Apec répond dans deux nouvelles études. Vous allez enfin savoir.

9 semaines d’attente

C’est le délai moyen d’un processus de recrutement pour un poste cadre en CDI. Patience donc, si vous souhaitez décrocher le Saint Graal. L’attente se réduit à 7 semaines pour un CDD puisqu’ils sont souvent plus urgents à pourvoir.  Pour un CDI, les recruteurs préfèrent prendre leur temps, rencontrer plusieurs fois les candidats et les tester afin d’éviter les erreurs de casting qui coûtent très cher à l’entreprise.

Plus vous êtes expérimenté, plus les délais s’allongent. Une tendance à mettre en lien avec l’importance du poste que vous convoitez. Selon l’Apec, dans près d’un cas sur deux, les délais de recrutement des cadres dirigeants sont supérieurs à la moyenne. Les raisons ? Se faire démarcher demande plus de temps, les circuits de validation également.

Connaître ou se faire connaître du recruteur

Prise de contact par mail ou par message sur les réseaux sociaux professionnels comme Viadeo, dans un club professionnel, une association ou un dîner sont autant de moments et de lieux où il ne faut pas hésiter à faire part de sa recherche d’emploi. Des solutions qui peuvent vous faire sauter des étapes et raccourcir le délai de recrutement. Connaître le recruteur ou être recommandé augmente les chances d’être recruté en moins de 4 semaines dans 40 % des cas.

>>Lire aussi : Comment parler de sa recherche d'emploi en société ?

47 CV par offre en moyenne

C’est le nombre moyen de candidats qui postulent à une offre en CDI. En effet, trois quarts des offres d’emploi reçoivent moins de 50 candidatures. La concurrence existe, mais n’est finalement pas si énorme. Tout dépend des secteurs.

C’est dans les postes en communication, en marketing et en RH où la concurrence est la plus rude. Environ 83 candidatures pour un poste de cadre dans la communication, dont un quart des offres ont reçues plus de 100 CV en 2015.

C’est au contraire dans l’informatique, la santé, le social ou la culture que les candidats se bousculent le moins au portillon. Dans l’informatique, un tiers des postes a attiré moins de 10 candidatures en 2015. Elles pleuvent encore moins en informatique de gestion et pour des postes en systèmes réseaux ou systèmes de données. Vous avez donc pleinement votre carte à jouer dans ces secteurs.

Mobilité interne ?

Les candidats internes ne sont pas une menace si importante quand vous postulez : moins d’une offre sur dix est pourvue par une personne déjà en poste dans l’entreprise. La tendance est encore plus faible sur les fonctions RH, communication et en gestion, finance et administration où le recrutement en interne a représenté seulement 6 % des postes pourvus.

 

*D’après deux études de l’Apec publié en janvier 2017. La première, intitulée De l’offre au recrutement, a recueilli les témoignages de plus de 1 600 entreprises clientes de l’Apec. La seconde, Délais de recrutement, enjeux et bonnes pratiques, est une étude qualitative menée en décembre 2016 qui synthétise les retours de 30 entretiens semi-directifs de responsables d’entreprises, d’experts RH et de cadres, tous secteurs confondus. Elle a été publiée en décembre 2016.

13

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Michel Th.

22/02/2017

à 16:36

Oui effectivement, d'expérience je confirme que le circuit est très long, car trop compliqué : sans doute une spécificité franco-française?

L'équivalent d'un parcours du combattant avec des entretiens fleuves où vous êtes confrontés à des interlocuteurs différents (chargé de recrutement, RRH, collaborateur opérationnel, Directeur, DG..) où rien n'est laissé au hasard (motivation, compétences, savoir-être, relationnel, personnalité), des cas pratiques à résoudre, des prises de références, etc...

Soit, c'est le jeu! Et comme je suis joueur et que j'aime le challenge...alors jouons!

Quand bien même vous passez toutes ces étapes avec brio, quand il est encore question après 5, voire 6 entretiens, de :
- 1) rassurer le recruteur sur des questions subjectives (exemple : comment nous rassurer sur la fait que vous n'allez pas nous ennuyez chez nous rapidement?...)
- 2) convenir d'un n-ième entretien où finalement la dernière personne exige par exemple un style de management précis qui ne vous correspond pas alors que l'on vous a analysé sous tous les angles aux entretiens précédents

...alors, je ne peux me laisser penser que la lenteur des processus de recrutement n'est que le reflet de la manière dont les entreprises et les administrations françaises fonctionnent et qui les gangrène : manque de circuit décisionnel court, tendance à complexifier plutôt qu'à simplifier, etc...

> Répondre

hpvectravl

18/01/2017

à 22:00

Vos statistiques sont surprenantes car abonné à un profil administratif / gestion. Les postes de DAF n'affichent pas moins de 100 réponses selon le compteur présent au bas de l'annonce. 10 ou 40 candidatures sur des postes semblent loin de la réalité du marché de l'emploi des cadres.

> Répondre

Lucien

18/01/2017

à 15:52

Ne pas confondre qualification avec compétences.

> Répondre

Daniel

17/01/2017

à 17:46

ce qui rallonge le recrutement et qui le plus souvent n'apporte aucune plus value, car souvent ils ne connaissent pas le métier ou la fonction, c'est les cabinets de recrutement et les jeunes stagiaires qui font la préselection !!!

> Répondre

En réponse à Daniel

Lucien

18/01/2017

à 15:44

Je confirme.
2 entretiens menés par des stagiaires via deux cabinets de recrutement.
Et un 3ème avec une employée qui ne connaissait pas les termes, demandés par son client futur employeur, qu'elle avait mentionné dans son annonce et que je lui ai expliqué lors de notre rencontre.
Même pour un CDD très peu éloigné de mon domaine d'origine, j'ai réussi à prouver mes valeurs manuelles car au vue de mon CV, les profils identiques au mien en place également en CDD depuis 1 mois dans l'entreprise n'étaient pas "chaud" car pas trop de dextérité manuelle.

> Répondre

Praséodyme

17/01/2017

à 17:01

Intéressantes statistiques, notamment celle disant que dans un cas sur deux, le délai de recrutement est supérieur à la moyenne xD

Plus sérieusement, avec une cinquantaine de candidatures en moyenne, il ne faut plus s'étonner de ne pas recevoir de réponse même lorsque on a pile le profil recherché. Pour peu que la société en question soit prestigieuse et le poste situé dans un endroit attractif, ce doit être 100 ou 200 CV qui parviennent.

Enfin, il est intéressant de mettre un chiffre sur l'efficacité du réseau dans une recherche d'emploi.

Si les candidats en interne ne sont pas une menace pour les postulants externes, ils peuvent ralentir significativement le processus de recrutement. Chez un groupe aéronautique qui s'impose d'étudier toutes les demandes de mobilité venant des autres filiales, j'ai attendu 9 semaines pour rencontrer le N+2 et le DRH et 18 semaines de plus dans un silence radio assourdissant avant de recevoir une proposition (en dessous de mes attentes). Trop tard, j'avais déjà signé ailleurs. Et encore, je vous parle d'un poste subalterne dans une bourgade où les cadres ne rêvent pas spécialement de s'installer.

> Répondre

soup

12/01/2017

à 14:46

Et plus la boite est grosse, plus la probabilité d'avoir des cadres incompétents est élevée.
Dans ma boite, on recherche un responsable de maintenance depuis plus d'un an (grosse multinationale américaine).
Avec le temps qu'ils mettent, je pense qu'on aura un champion de chez champion.
N'est-ce pas monsieur Pignon :)

> Répondre

Stéphane

12/01/2017

à 13:53

Bonjour à tous,

Cette étude reflète parfaitement la réalité.

On observe, en effet, que le temps de recrutement est globalement plus court lorsqu'il s'agit de fonctions transverses qui requièrent peu de qualifications et qui sont majoritairement réservées aux femmes, comme les RH, la communication ou le marketing.

> Répondre

En réponse à Stéphane

Annick

17/01/2017

à 18:31

Et pourquoi réservés au femmes ? parce qu'ils requièrent peu de qualifications ? Et d'après vous les RH, la communication et le marketing requièrent peu de qualifications ?

> Répondre

En réponse à Stéphane

salome

17/01/2017

à 17:18

Stephane Superbe commentaire sexiste et mysogyne. Les personnes qui travaillent dans les fonctions supports sont très souvent plus capées que la moyenne ! En effet on demande aux femmes d'en faire davantage pour avoir une reconnaissance souvent en dessous de la moyenne

> Répondre

En réponse à Stéphane

Eduen2109

16/01/2017

à 18:32

Des fonctions transverses qui requièrent peu de qualifications, qui sont majoritairement réservées aux femmes comme les RH, la communication ou le marketing ....

> Répondre

Erwan coiffard

12/01/2017

à 12:18

Et le plus important en France : Le piston.

> Répondre

En réponse à Erwan coiffard

Isabel5

13/01/2017

à 21:30

Exactement

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte