1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Anglais : les cadres français n'ont toujours pas l’étoffe de managers internationaux

Anglais : les cadres français n'ont toujours pas l’étoffe de managers internationaux

anglais--les-cadres-franais-nont-toujours-pas-letoffe-de-managers-internationaux

Quentin Velluet

25/11/2016

Le niveau en anglais des cadres français est au-dessus de la moyenne mondiale, quel que soit le secteur dans lequel ils travaillent. Mais de là à pouvoir être vraiment efficace dans un environnement international, il y a du chemin à faire. Voici pourquoi.

Les Français ne sont pas si mauvais en anglais qu’on voudrait nous le faire croire. Notre pays se positionne 29e sur 72 en 2016 et gagne 8 places par rapport à l’année précédente, au palmarès de l’étude EF EPI*, publiée chaque année par l’organisme de formation linguistique, EF Education First. Selon l’étude, qui évalue également le niveau d’anglais des entreprises à travers des dizaines de pays du globe, les salariés français sont au-dessus de la moyenne mondiale, quel que soit le secteur où ils travaillent, à l’exception de l’ingénierie. Et si on ne s’intéresse qu’aux cadres, ils sont eux aussi au-dessus de la moyenne. Pourtant, il n’y pas de quoi crier victoire.



La note des cadres français, définie par l’indice EF EPI, se situe à 54,87 sur 100. Mais le niveau mondial est très bas, à 52,58 sur 100. En termes académiques, cela se traduit par un niveau B1, c’est-à-dire un niveau intermédiaire. 

C’est à dire qu’au maximum, ils peuvent communiquer avec des clients et des collègues sur des sujets qu’ils maîtrisent, exprimer une opinion de façon limitée, comprendre des instructions orales et des informations courantes et comprendre le message fondamental de la plupart des textes. Ils peuvent aussi rédiger des mails ou prendre des notes sur des sujets familiers ou prévisibles. Pas de quoi diriger des équipes basées partout dans le monde ou mener des réunions complexes. Il serait donc peut-être temps que les cadres usent de leur compte personnel de formation (CPF) pour s’inscrire à des cours d’anglais afin d’éviter d’être freiné dans leur évolution de carrière.

>> Voir aussi : notre dossier sur l’anglais pour booster sa carrière

 

*Études réalisées à l’aide d’un test d’anglais standardisé en ligne. L’étude EF EPI 2016 a réuni 950 000 participants de 72 pays différents. L’EPI-c analyse quant à elle le niveau d’anglais de 2 078 entreprises de 16 secteurs d’activité dans 40 pays. Elle a rassemblé en 2016, 510 000 participants.

 

>>Trouvez sur Cadremploi une formation en anglais qui vous correspond

8

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Goudemornaingue

13/12/2016

à 12:26

Pour parler correctement une autre langue il faut aussi commencer par maîtriser la sienne, ce qui est loin d'être le cas. Pour preuve il suffit de lire les posts publiés sur les réseaux sociaux et les messages émanant des jeunes cadres de la nouvelle économie. Un charabia personnalisable par chacun finit par rendre la communication très approximative, même entre giks de la même génération.

> Répondre

réaliste

01/12/2016

à 22:50

Soyons logique !

L'anglais doit devenir la langue officielle dans les pays.

Et tout le monde sera content.

> Répondre

En réponse à réaliste

Goudemornaingue

12/12/2016

à 17:17

Cet article dit tout et son contraire. Parler bien l'anglais n'est ni suffisant ni indispensable. Sauf en France ! Les cadres Francais sont appréciés à l'étranger. En revanche les Français sont compléxés de leur accent ce que ne sont pas les Espagnols ou lrs Chinois...

> Répondre

Venusette

30/11/2016

à 15:35

Message destiné au site :

comment enlevé cet encart de ma fenêtre de lecture.
En principe :
1 - on lit l'article
2 - seulement après lecture, on réagit

Là il m'est assez difficile de réagir à un article en partie illisible car en grande partie masquée votre fenêtre "réagir à l'article"

> Répondre

En réponse à Venusette

Sylvia Di Pasquale, rédactrice en chef de Cadremploi

12/12/2016

à 10:01

Bonjour Venusette,
Afin que nos services techniques puissent corriger ce problème, pouvez-vous nous préciser si vous lisiez cet article depuis votre smartphone, un PC ou une tablette ? D'avance, merci.

> Répondre

Nikosii

29/11/2016

à 19:52

Comme j ai répondu à un anglophone qui critiquait mon accent en Anglais dans une réunion avec des canadiens, sud africains et anglais ... Combien tu parles de langue ? Une seule seule, et moi quatre .. N hesitez pas à leur repondre

> Répondre

B. CHATELET

29/11/2016

à 18:16

Je le souvenir très vif d'un prof d'anglais qui enseignait à l'IUT et à la fac de droit de Valenciennes. Son anglais avec l'accent "Ch'tis" : c'était charmant, mais pas très motivant. L'enseignement par des profs à peine bilingues et désabusés ; voilà le résultat....

> Répondre

tucuman

27/11/2016

à 18:18

On peut facilement comprendre que les cadres français ne soient pas toujours fluents en anglais, lorsque l on voit en lisant les titres des articles que les journalistes français ne savent pas écrire avec un français correct !!!

> Répondre

+