Cadremploi.fr  > Actualités > L'actualité de l'emploi > Au-delà de 30 minutes pour aller au travail, votre santé est menacée

Au-delà de 30 minutes pour aller au travail, votre santé est menacée

au-dela-de-30-minutes-pour-aller-au-travail-votre-sante-est-menacee

Les salariés qui se rendent en moins d’une demi-heure au travail gagnent en moyenne 7 jours de productivité par an. Pour les autres, les conséquences sont nombreuses.

« Métro, boulot, dodo » n’est pas seulement une routine professionnelle désagréable. Au-delà de 30 minutes de transport, nous mettrions notre santé en danger. En cause, la fatigue et le stress liés aux transports. Selon une étude publiée récente publiée par l’assureur britannique Vitaly Health, les chanceux qui se rendent au bureau en moins d’une demi-heure gagneraient en moyenne 7 jours de productivité par an.

 

Les horaires flexibles pour contrecarrer les méfaits des temps de trajet

L’étude a été réalisée en partenariat avec l’université de Cambridge, l’institut de recherche RAND Europe et l’assureur américain Mercer. 34 000 travailleurs britanniques issus de toutes les branches professionnelles se sont prêtés à l’exercice. Au-delà d’une heure dans les transports tous les jours (aller-retour), les employés ont 33 % de risques en plus de développer une dépression. Ils sont aussi 12 % de plus à évoquer le stress au travail.

L’impact d’un temps de trajet trop long se répercute sur la qualité du sommeil. Les travailleurs avec plus d’une heure de transport ont 46 % de risques en plus de dormir moins de 7 heures par nuit. Stress et fatigue aidant, ils ont aussi 21 % de chances de plus de devenir obèses. Pour résoudre ce problème, inévitable dans les villes d’aujourd’hui, l’étude évoque la flexibilité du travail. Offrir des horaires de travail flexibles permettrait de gagner 5 jours de productivité par an.

 

Le télétravail n’est pas une bonne solution

Les horaires flexibles seraient bien plus efficaces que le télétravail. Les salariés autorisés à travailler de chez eux, mais sans flexibilité des horaires, seraient les moins productifs de tous, avec 29 jours de productivité en moins par an. La solution ? « Essayer de négocier un assouplissement (des) conditions de travail au nom d'un meilleur état d'esprit au travail ou d'une productivité accrue » explique Shaun Subel, directeur stratégique chez VitalyHealth.

Il ne faut donc pas hésiter à demander des horaires flexibles à votre employeur, pour booster votre productivité ! « Donner aux employés la possibilité d'éviter les heures de pointe ou d'arranger leur routine selon leurs obligations peut contribuer à réduire le stress (...) et cela a un impact positif sur la productivité », conclut Shaun Subel.

7

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Sébastien

18/06/2017

à 09:24

Pour mon précédent poste, je faisais 1h30 de route matin et 1h30 de route le soir . Le résultat évoqué dans cet article reflète bien la réalité.
Je me suis mis à trouver mon job moins intéressant. J'ai meme fini par faire un burn-out.
Ca a été pour moi un événement déclencheur. Je me suis mis à chercher ailleurs et résultat ce jour je fais 35 minutes de route. J'ai l impression de revivre. Je profite de mes soirées, de la famille bref de la vie.
Je pense que les 30 minutes sont une barrière en effet mais il faut pondérer ce chiffre en fonction du métier et de la région surtout .

> Répondre

Denis

02/06/2017

à 07:20

Bof. Pour moi, j'ai toujours choisi un boulot pas trop près de chez moi. 40 minutes mini. Avantages : j'ai le temps le matin de mettre la machine en route et le soir de réorganiser dans ma Tete les différentes actions en cours et de trouvé des solutions d'efficience
Et d'arriver chez moi détendu pour m'occuper de mes 4 enfants

> Répondre

En réponse à Denis

mahed

20/06/2017

à 12:15

Pas bien compris vos avantages la ! vous faites des machines le matin mais donc vous travaillez très tard et le soir vous finissez très tôt sinon je vois pas comment avec des horaires normales... !!

> Répondre

Tibor

31/05/2017

à 09:08

Certes, mais pour éviter cela il faudrait accorder les salaires Parisiens avec les loyers de la capitale qui ne se produira pas :)

> Répondre

Vroo

30/05/2017

à 23:11

Parfois hélas on n'a pas le choix de cette distance... Or, pour moi je trouve que le télétravail est une bonne opportunité et au contraire permet d'être plus productif surtout si cela évite le stress des trajets quotidiens. Mais en France on n'apprécie pas trop le télétravail, les petits chefs ayant l'impression qu'on se glande chez nous et qu'eux même bossent ( eh oui leur présence fait tout c'est bien connu !). Le pb c'est pas tant les trajets c surtout le stress généré par l'absence de confiance en les collaborateurs, l'absence de relations franches et sans ambiguïté basée sur les valeurs travail !

> Répondre

Laurent

30/05/2017

à 22:24

Sûr! cela fait plus de 12 ans que je passe 90 min (A+R) dans ma voiture pour me rendre à mon travail. Des nuits de 6h30 en moyenne, somnolence à l'aller en hiver, somnolence dans la journée devant mon écran, la mémoire qui est de moins en mois efficace. Mais j'aime ma boîte, mon poste. Je serais sans doute + efficace si j'avais la possibilité de siester 20 min après la pause déjeuner.

> Répondre

Marc

30/05/2017

à 20:56

Bien sûr, les besoins de l'entreprise ne cadrent pas toujours avec cette réalité.
Et " nécessité fait loi " dans le giron des RH
Ayant vécu moi-même ces phénomènes d'éloignement de mon domicile à plusieurs reprises, parfois par choix personnel , je ne peux que confirmer qu'à plus de 30 minutes de son domicile, on perd du temps, on perd sa santé et on est bien moins efficient au travail. Cqfd

> Répondre

+