1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'actualité de l'emploi >
  4. Ces entreprises où l’on peut être parent sans culpabiliser

Ces entreprises où l’on peut être parent sans culpabiliser

ces-entreprises-ou-lon-peut-etre-parent-sans-culpabiliser

Sylvie Laidet

26/09/2018

Ras-le-bol de ne pas voir vos enfants grandir ? Sachez que certaines entreprises ont mis en place des dispositifs pour faciliter la vie des parents. Parce qu’elles ont bien compris que ce critère attire et fidélise. Revue de détails des initiatives family friendly.

Du coaching parental offert

Le principe ? Aider les collaborateurs parents et futurs parents à endosser ce rôle et à concilier au mieux vie pro et vie perso sans culpabiliser. « « Cela peut passer par la mise en place de permanence avec des médecins, par exemple des pédiatres. Mais aussi par la possibilité d’accéder à une hotline pour poser toutes les questions relatives à la parentalité », souligne Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise (OPE). Autre tendance : les conférences et ateliers souvent proposés sur le temps méridien autour de la thématique de la parentalité. « On travaille par exemple sur comment être parents et travailler, comment mieux profiter du temps avec ses enfants après le travail, comment gérer les écrans à la maison, etc. », illustre Anne Peymirat, fondatrice de Calmer Parenting. 

Où ? EDF, TF1, Wavestone, Casino, BNP Paribas, Société Générale.

 

Un congé paternité rémunéré à 100 %

Le principe ? Compléter la somme issue des indemnités journalières versée par la Sécurité sociale lors de la prise des 11 jours de congé paternité. Une mesure appréciée des pères pour qui la perte financière est un réel frein dans la pose de ces jours de congé. Du coup, certaines entreprises mettent la main au porte-monnaie en payant le complément.

Où ? C’est le cas de Bouygues Immobilier mais aussi de CSP, L’Oréal pour ne citer qu’eux.  

 

Des congés offerts

Le principe ? Donner plus de temps aux parents pour profiter ou s’occuper de leurs enfants. Cela passe en général par un allongement du congé paternité ou un congé de parentalité. Mais aussi des jours de congés supplémentaires pour enfants hospitalisés (Bouygues Immobilier).

Où ? Aviva France propose par exemple un congé de parentalité unique de 10 semaines (payé) pour le parent conjoint (homme et femme). Ikea France a porté à 5 semaines la durée des congés liés à l’arrivée d’un enfant.

 

Du télétravail possible

Le principe ? Permettre aux parents de mieux concilier vie pro et vie perso en bossant de chez eux (ou d’un tiers lieu) limitant ainsi les temps de transports par exemple. Un bon moyen de pouvoir s’occuper des enfants aux moments critiques, c’est-à-dire en début et fin de journée. Revers de la médaille, il n’est pas rare que ces collaborateurs se reconnectent le soir après le coucher des enfants.

Où ? Web-Atrio et Plantronics facilitent le télétravail pour leurs collaborateurs, notamment ceux ayant des enfants. Chez BearingPoint, à partir du 5e mois de grossesse, les femmes peuvent pratiquer le télétravail jusqu’à 5 jours par semaine. Idem, à leur retour de congé maternité.

 

Des aménagements du temps de travail pointus

Le principe ? Autoriser les collaborateurs parents à faire concilier leurs horaires de boulot avec le timing de leur vie perso. Sur le sujet, on trouve autant de dispositifs différents que d’entreprises. A noter, l’existence d’horaires adaptés au système de garde alternée. « Dans un grand groupe belge, les parents fonctionnant avec ce système de garde ont la possibilité d’alterner une semaine de 20h avec une autre de 36 heures », illustre Fabienne Raynaud, président de Goods to know lors de la présentation avec l’ORSE de l’étude «Les hommes en entreprise : regards croisés hommes-femmes ».

Où ? Chez CSP, pas d’horaires imposés. « Chaque salarié s’organise comme il le souhaite. A partir du moment où le job est fait, les horaires de travail ne sont pas un sujet », explique Aurélie Feld, présidente de CSP. Chez Plantronics, chaque collaborateur travaille lorsqu’il le souhaite et où il souhaite.

 

Des temps partiels intelligents

Le principe ? Permettre aux collaborateurs parents (mais pas que) d’adapter au mieux leur temps partiel à leur mode de vie personnelle. Par exemple, un temps partiel « vacances » permet de concentrer ses jours de travail en dehors des vacances scolaires. Et ainsi de consacrer du temps à ses enfants durant ces périodes de congés.

Où ? BearingPoint propose des forfaits jours réduits. « Le principe est que le salarié choisissant la formule temps réduit à 95 % est payé 95 % de son salaire brut en contrepartie de l’acquisition de 13 jours de congés supplémentaires, à prendre quand il le souhaite. Par exemple pendant les vacances scolaires. Instaurée depuis 7 ans, cette formule séduit autant les hommes que les femmes – 40% de bénéficiaires sont des hommes. Les temps partiels plus traditionnels restent à 95 % féminins », détaille Katy Naujoks, DRH. Mise en place également d’un « forfait réduit » à La Banque de France et de temps partiels annualisés à France télévisions.

 

Des horaires de réunions sous haute surveillance

Le principe ? Exit les meeting à 8h ou à 18h30 (voire plus tard), horaires auxquels les parents, notamment ceux ayant de jeunes enfants, doivent accompagner ou récupérer leur progéniture. Ne pas pouvoir y assister pouvait notamment pénaliser les évolutions de carrière (principalement des femmes) car perçues comme peu disponibles et peu investies. En encadrant les horaires de réunion, les entreprises entendent gommer cette discrimination.

Où ? Dans la plupart des grandes entreprises, l’engagement a été pris. Est-il tenu au quotidien ?

 

Forum interne en ligne entre parents salariés

Le principe : permettre à des collaborateurs parents d’échanger des bons plans, des coordonnées de baby-sitters, des conseils, de poser des questions…

Où ? mc2i a ainsi créé un espace qui leur est dédié sur son intranet.

 

Des places en crèche réservées

Le principe ? Déstresser les futurs parents sur le mode de garde de leur enfant à venir. Pour cela, les entreprises réservent un certain nombre de places en crèche. A charge pour les collaborateurs de postuler pour un berceau proche de son domicile ou de son travail. L’avantage : la place étant pré réservée par la boite, le salarié n’est pas en concurrence avec tous les autres parents candidats mais seulement avec ses potentiels collègues. Donc plus de chance de décrocher une place.

Où ? Chez BearingPoint mais aussi Renault, L’Oréal, Société Générale, SFR, Casino, PwC, etc. Les réseaux de crèches privées sont très friands de ce type de partenariat.

 

Des CESU co financés pour les salariés

Le principe ? Votre employeur vous remet des Chèques Emploi Service Universels (CESU) avec lesquels vous pouvez directement payer des salariés à domicile. Par exemple une nounou, des baby-sitters, des profs pour des cours particuliers, etc. Un coup de pouce financier non négligeable car avec ces CESU vous ne payez aucune charge sociale.

Où ? Chez Bouygues Immobilier, Capgemini et Carrefour par exemple.

 

Des rémunérations variables maintenues

Le principe ? Ne pas pénaliser l’avancement des femmes durant leur congé maternité voire leur congé parental.

Où ? Malgré l’absence prolongée durant une partie de l’année, CSP verse l’intégralité de leur variable à ces collaboratrices mamans. Un mois avant le départ en congé maternité et 3 mois après le retour, BearingPoint neutralise les objectifs de ces collaboratrices afin qu’elles jouissent d’un départ et d’un come back sereins.

 

Des espaces d’intimité open

Le principe ? Mettre à disposition des salles adaptées proposant tout le confort et l'intimité pour les mamans qui maintiennent l'allaitement après la reprise de leur activité salariale (canapé, coussins, frigo à bonne température pour conserver le lait tiré, mobilier adéquat pour nettoyer les appareils ...).

Où ? mc2i par exemple.

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Bouh

03/10/2018

à 16:23

Bearingpoint cité comme une entreprise ou il fait bon à élever ses enfants, c'est une bonne blague. Cet article aurait dû sortir un 1er avril.
Quid de la charge de travail attendu, Du fait que l'on ne maitrise pas le lieu où l on travail (qui peut être très éloigné de son lieu de vie) , des closes pour obtenir une place en creche ...

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte